Connexion
/ Inscription
Mon espace

« La France des Petits patrons »

BE - Culture & Société
ABONNÉS

Les inégalités et la précarité au cœur de la société française

Tout au long de cette année pré-électorale, le baromètre des TPE de Fiducial réalisé par l’Ifop proposera des études sur des sujets considérés par les 3,2 millions de dirigeants de TPE comme des enjeux de la prochaine campagne présidentielle.

Cette première étude est consacrée aux inégalités et à la précarité. Suivront des enquêtes sur les impôts et la dette, la sécurité et l’immigration, l’emploi et la croissance.  
Dans l’enquête « La France des petits patrons », les dirigeants portent un jugement sans concession sur la société qu’ils estiment injuste et divisée. Les inégalités sont légion et la précarité gagne du terrain. Et ce ne sont pas les nouvelles formes de travail qui semblent en capacité d’inverser la tendance.  


Des inégalités de traitement sur tous les fronts

Pour 88% des chefs d’entreprise, les inégalités ont augmenté en France ces 10 dernières années. Le pouvoir d’achat est le domaine le plus porteur d’inégalité (87%). Il est suivi par l’accès au logement (77%), à l’emploi (77%) et à la justice (68%).
Le baromètre des TPE fait également état de fortes inégalités entre catégories sociales. Les inégalités entre les salariés du secteur public et ceux du privé sont jugées les plus importantes (79%). Viennent ensuite les différences de traitements entre les Français et les immigrés (76%), entre les hommes et les femmes (67%) puis entre les retraités et les actifs (61%)
Certes, 62% des petits patrons pensent qu’il est possible de lutter véritablement contre ces inégalités sociales. Il n’en ressort pas moins un constat amer : 80% des dirigeants ont la perception d’une société française actuellement injuste et divisée pour 74%.


Plus de précarité et un modèle social de redistribution peu efficace

La part des emplois précaires a aussi augmenté en 10 ans selon 83% des chefs d’entreprise. 55% considèrent même qu’elle a beaucoup augmenté. En outre, 53% estiment que la loi El Khomri va accroître la précarité des salariés.
Si l’INSEE fixe le seuil de pauvreté à un peu moins de 1 000€ pour une personne seule, soit 14% de la population française, les petits patrons surestiment ce niveau. Ils sont en effet 65% à penser qu’un revenu de 1 500€ par mois est nécessaire pour ne plus être pauvre et 60% à estimer qu’il y a plus de 16% de pauvres en France.
Les petits patrons ont une vision partagée du modèle social français de redistribution. Seulement 40% déclarent qu’il permet d’aider efficacement ceux qui en ont vraiment besoin. Ils sont 39 % à l’estimer trop généreux, 30% adapté et 25% pas assez généreux.

Malgré la reconnaissance de la précarité des français en termes d’emploi, 70% des dirigeants de TPE jugent que la durée d’indemnisation de 23 mois peut inciter les chômeurs à ne pas chercher un travail aussi efficacement qu’ils le pourraient.


Un accueil mitigé des nouvelles formes de travail

61% des chefs d’entreprise sont favorables au remplacement des CDD et des CDI par un contrat de travail unique. 55% opteraient pour la possibilité de remplacer des CDD par des auto-entrepreneurs, avec certaines conditions dans la rupture du contrat. Une évolution des formes de travail peut-elle favoriser l’accès à l’emploi des populations précaires ? Face à cette question, les patrons de TPE sont sceptiques, ces dernières ne faisant pas l’unanimité :
- 50% jugent que oui pour le télétravail
- 45% pour le développement des prestations de freelance payées à la tâche
- 44% pour le développement de contrat de mission
- 59 % déclarent qu’elles peuvent faire diminuer le chômage, mais avec comme corollaire une précarité accrue des actifs et 18% qu’elles risquent d’accroître le chômage.

Si 63% des patrons interrogés estiment que les opportunités ouvertes par le numérique et les nouvelles technologies peuvent permettent de recréer une dynamique de croissance, seuls 44% pensent qu’elles permettront une nouvelle forme de cohésion sociale

http://www.fiducial.fr/Barometre-des-TPE


Lectures du moment, tribunes d'experts, management et entrepreneuriat...

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
Esteval Infos - 8 février 2019

Au sommaire de nos publications cette semaine, 58 articles (accès libre et accès abonnés) dont : Lancement du fonds Candriam Equities L Oncology Impact Dette émergente : une classe d'actifs attrayante pour 2019 Comme chaque mois, retrouvez nos sélections de produits d'investissement : Notre liste de fonds de boutiques revient en territoire positif Notre liste diversifiée rebondit de 2,3 % sur un mois       Une fin d'année 2018 solide pour le marché locatif des bureaux...

BE - Culture & Société
ABONNES
[Etude] Vos corvées vous rendent plus sympathique que vos « talents innés »

Une étude de la Cass Business School (City University of London) affirme que le fait de mettre l'accent sur la notion d'effort plutôt que de talent naturel permet de faire meilleure impression lors d'un premier rendez-vous Les personnes devant faire bonne impression lors de rendez-vous galants ou d'entretiens d'embauche doivent mettre en exergue le dur labeur et les efforts consentis pour expliquer leur succès, d'après une étude récente de la Cass Business School. Dans l'étude intitulée...

BE - Culture & Société
ABONNES
Les Européens veulent consommer plus local et responsable

Avec une croissance qui s'essouffle et des perspectives moins favorables pour 2019, la prudence grandit chez les consommateurs européens. Mais un autre mouvement se fait jour : ils se tournent de plus en plus vers une consommation plus locale considérée comme plus responsable. Tels sont les deux grands enseignements de la nouvelle édition de L'Observatoire Cetelem qui, depuis plus de 30 ans, décrypte et analyse les modes de consommation des ménages en Europe. Cette étude intitulée « Think local,...

BE - Culture & Société
ABONNES
Quelle place pour les énergies renouvelables chez les Français ?

A l'heure du grand débat national, les Français réaffirment leur désir de privilégier les énergies renouvelables pour l'avenir du pays. L'engagement des Français est important sur cette thématique, puisque 67% estiment qu'il leur revient également d'agir à leur échelle. L'amélioration énergétique de leur logement figure parmi les actions les plus citées, devant les changements de comportement en matière de déplacements, mais derrière les résolutions en faveur d'une consommation plus responsable...