Connexion
/ Inscription
Mon espace

Investir en Afrique nécessite d’anticiper le risque de liquidité sur les devises

BE - Culture & Société
ABONNÉS

Par Olivier Carrolaggi, responsable de la plate-forme de trésorerie internationale d’EBI - Groupe Ecobank.


Les difficultés d’accès à la liquidité peuvent potentiellement mettre en péril la pérennité de la présence d’une entreprise ou d’une ONG dans certains pays.

De nombreuses sociétés désireuses d’investir en Afrique Subsaharienne ont vu leur développement entravé faute de liquidités disponibles, en devises locales ou en dollars. Gérer ce risque doit donc s’avérer une préoccupation permanente.
En effet, l’accès à la liquidité dépend de la situation financière du pays et de la capacité de la banque centrale de ce dernier à fournir l’argent nécessaire à une entreprise qui investit localement. Dans certains Etats africains pénalisés par la chute des prix du pétrole, les réserves de change sont sous pression et les banques centrales conditionnent la distribution de liquidités à leurs ressources disponibles.
Pour autant, ces facteurs d’instabilité, qui sont à prendre en compte mais peuvent être anticipés, ne doivent pas dissuader les investisseurs internationaux de venir faire des affaires en Afrique. Les grandes banques occidentales ont tendance à se désengager du continent africain qui ne représente toujours que 4% du PIB mondial. Malgré les perspectives de croissance à moyen-long terme, certains dirigeants des pays développés n’ont pas conscience du potentiel économique de la zone et surestiment les risques associés à un investissement sur le continent.
Pour un client particulier, une entreprise ou une ONG, l’accès à la devise de certains pays implique d’avoir constitué au préalable un dossier fastidieux soumis aux autorités locales. Il est donc indispensable de pouvoir s’appuyer sur un intermédiaire au fait de ces procédures et qui prendra en main les démarches nécessaires à l’établissement de ce dossier.


Une plate-forme électronique couvrant 26 devises africaines

Ecobank traite chaque mois au moins 1,5 Mds$ d’ordres en provenance de ses clients et cote 26 devises africaines. Sa plate-forme électronique offre un niveau de transparence et de rapidité avantageux. Elle s’adresse à la fois à la clientèle internationale qui fait du commerce en Afrique et à la clientèle locale qui a des besoins de liquidités pour ses activités internationales, y compris entre pays africains. L’avantage de cette plate-forme est ainsi de pouvoir accompagner les entreprises et ONG installés dans plusieurs pays d’Afrique.
La couverture géographique globale d’Ecobank dans 33 pays africains, combinée à un réseau unique de 125 banques africaines partenaires, lui permet d’être en mesure de garantir une présence complète, y compris dans les zones les plus compliquées du continent, au Burundi ou en République Centrafricaine, par exemple. Lors du déclenchement de l’épidémie d’Ebola, son implantation a permis aux ONG installées au Sierra-Léone, Guinée-Conakry et Libéria de faire face à l’urgence et de continuer à payer leur personnel.

http://www.ecobank.com/


 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

BE - Culture & Société
ABONNES
La nouvelle plateforme soClassiQ, un accès gratuit au répertoire de la musique classique et à l’opéra

Avec l'Intelligence Artificielle et la Data Science, soClassiQ met la musique classique à la portée du plus grand nombre et se positionne comme le site de référence en la matière. Après 2 ans de recherche et développement, la plateforme soClassiQ fait son entrée officielle dans le monde de la musique classique et de l'opéra. Grâce à la puissance de ses algorithmes et au travers d'une expérience utilisateur simple et épurée, soClassiQ donne accès :- à l'ensemble des œuvres du répertoire...

BE - Culture & Société
ABONNES
Les soft skills, des compétences déterminantes au cours des premiers mois de collaboration

Une étude* menée par le cabinet international de recrutement spécialisé Robert Half auprès de directeurs généraux (DG) et de directeurs financiers (DAF) révèle que 76% d'entre eux admettent avoir embauché un collaborateur qui ne s'intégrait pas à l'équipe.* Enquête réalisée auprès de 305 DG et 200 DAF en décembre 2017 en France. Les raisons évoquées et les mesures jugées les plus efficaces Rejoindre une organisation implique d'emblée de mettre en avant un panel de compétences à la fois...

BE - Culture & Société
ABONNES
« Solutions solidaires », plateforme de fabrique des solidarités nouvelles

Lancé par le Conseil départemental de la Gironde et ses partenaires, Alternatives économiques, l'Avise, la Fondation Jean-Jaurès, Harmonie mutuelle, Terra Nova, Up et Usbek & Rica, « solutions solidaires » c'est : - Une plateforme pour animer un large débat autour des solidarités nouvelles, et organiser un foisonnement d'idées, expériences et initiatives afin d'inventer ensemble les protections de demain.- Un rendez-vous annuel pour croiser, comparer et projeter vers l'avenir ces idées et ces...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Bruno Colmant, Degroof Petercam

« Nous devons retrouver une économie solidaire et basée sur l'intérêt général » Débats télévisés, émissions de radio, couvertures de presse : le livre de dialogue entre Bruno Colmant, chef économiste de Degroot Petercam, et le prêtre Eric de Beukelaer, ancien proche collaborateur du cardinal Lustiger à Rome, fait un carton en Belgique (1). Il est vrai que leur conversation aborde des sujets qui nous concernent tous, au croisement de la morale et de l'économie. « Le capitalisme anglo-saxon...