Connexion
/ Inscription
Mon espace

2015, un bon cru pour l'activité du capital-investissement

BE - Entreprises & initiatives
ABONNÉS

L’AFIC et Grant Thornton publient l’activité des acteurs français du capital-investissement en 2015.


Pour Michel Chabanel, Président de l’AFIC : « Le palier de 10 Md€ investis et de 10 Md€ levés est d’autant plus satisfaisant que le capital-innovation connaît également une embellie. Toutefois nous sommes encore loin des 20 Md€ investis chaque année par les britanniques dans les entreprises non cotées. Notre enjeu est désormais d'amplifier nos ressources pour continuer à soutenir puissamment le talent des jeunes entrepreneurs français et la transformation des PME françaises en ETI européennes ou mondiales, au service de la croissance durable de la France. La période électorale qui s'annonce devra être favorable à un meilleur fléchage de l'épargne longue et abondante des Français vers l'investissement dans l'économie réelle créatrice des emplois de demain. »

1/ Plus de 10 Mds€ investis, un record depuis 8 ans

- En 2015, les acteurs du capital-investissement français ont investi 10,7 Mds€ dans l'accompagnement et l'accélération d’entreprises engagées dans des projets de transformation. Un fort rebond de +23% par rapport à 2014, un niveau au plus haut depuis 8 ans.
- 1.645 entreprises ont été accompagnées par les membres de l’AFIC. Il s’agit en majorité de PME (PME 61%, ETI 21%,  TPE 17%, grandes entreprises 1%) et pour la plupart françaises (85%).
- Les indicateurs du capital-innovation affichent une amélioration très sensible : double record historique pour le nombre d’entreprises accompagnées (499) et pour le montant total investi (758 M€), les intentions d’affectation des capitaux levés sont en hausse de 67% (1,4 Mds€ vs 0,8 Md€ en 2014). Une évolution positive qu’il sera important de poursuivre pour répondre à la dynamique de la French Tech et à la croissance rapide des jeunes entreprises françaises dans tous les secteurs de l'économie.
- Le capital-développement a accompagné 866 entreprises (53% du total) pour un montant de 3,9 Mds€, à nouveau en hausse cette année (+48% / 2014). Les 261 sociétés en capital-transmission ont bénéficié de 6,1 Mds€ d’investissement (+12% / 2014, 57% du total des investissements).
- Le montant moyen investi par entreprise est de 6,5 M€, allant de 1,5 M€ pour le capital-innovation, 4,4 M€ pour le capital-développement, à 23,4 M€ pour le capital-transmission. Au total plus de 50% des entreprises ont reçu moins de 1 M€ et 87% des investissements ont été supérieurs à 5 M€, preuve de la très grande capillarité du capital-investissement français.
- Des montants records investis dans les secteurs traditionnels de l’industrie (2,6 M€, doublement / 2014), des services et transports (2,6 M€, + 50% /2014), et dans les secteurs d’avenir de l’informatique et du numérique (1,8 M€, quadruplement / 2014).


2/ Près de 10 Mds€ levés, un palier haut

- En 2015, la France du capital-investissement demeure attractive avec 9,7 Mds€ de capitaux levés qui seront engagés dans l’économie par les 77 sociétés de capital-investissement établies en France qui les ont collectés.
Cette stabilité par rapport à 2014 (-4%) permet de maintenir un niveau proche de la moyenne d’avant crise (10,5 Mds€ entre 2005 et 2008). Un niveau atteint sans opération exceptionnelle supérieure à 1 Md€ comme ce fut le cas les deux années précédentes, synonyme d’une meilleure répartition des fonds levés auprès de l’ensemble des professionnels du capital-investissement.
- Concernant les catégories de souscripteurs, à noter une forte baisse des fonds de fonds par rapport à 2014 (-24%, 2,1 M€, 21% de la collecte), une progression continue depuis 4 ans des personnes physiques et family offices (1,6 M€, 16% de la collecte). La part des compagnies d’assurance et mutuelles progresse et se rapproche des niveaux d’avant crise (1,6 Md€ vs 1,9 moyenne 2006-2008) mais reste insuffisante compte tenu des réserves d’épargne disponible. Les industriels, bien qu’ils ne représentent que 4% de la collecte, ont plus que triplé leurs souscriptions en un an (364 M€ vs 111 en 2014). Sur les capitaux apportés par le secteur public, seulement 25% sont à destination des fonds privés.
- Les investisseurs français apportent 71% de la collecte, et les investisseurs étrangers ont confié aux membres de l’AFIC près de 3 Mds€ de ressources externes supplémentaires, signe de l’attractivité de la France, de ses perspectives lors des 3 à 5 prochaines années et de la capacité reconnue du capital-investissement français de délivrer de la performance durable.
- L’accès aux investisseurs internationaux reste proportionnellement plus important passé le seuil de 200 M€. 35% des levées supérieures à 200 M€ s’effectue à l’international, cette part n’est plus que de 15% pour des fonds inférieurs à 200 M€.


3/ Amélioration du capital-innovation 

- 2015 est une année record en nombre d’entreprises désinvesties (1.209) à un coût historique en baisse par rapport à 2014 (-30%), mais qui reste néanmoins au-dessus de la moyenne de long terme (4,9 Mds€ de 2006 à 2014).
- Les cessions ont été réalisées auprès des industriels (1er en nombre, 249 opérations, pour 1,3 Mds€) et des sociétés de capital-investissement (1er en montant, 1,9 Mds€, pour 189 opérations), confirmant le rôle d’investisseurs de long terme des investisseurs en capital. A noter la forte progression des cessions auprès du management des entreprises (nombre d’opérations +38% : 233 vs 169 en 2014 ; montant + 52% : 0,6 Md€ vs 0,4 Md€).

Thierry Dartus, associé, Directeur du Département Transaction Advisory Services chez Grant Thornton commente : « L’année 2015 confirme une fois de plus le niveau soutenu d’activité observé depuis 2013 sur tous les segments, avec un niveau exceptionnel d’investissement qui dépasse la moyenne observée avant crise, et un nombre de désinvestissements qui atteint un record historique. Soutenu par l’abondance des fonds propres et des financements attractifs, le marché du capital investissement français confirme son implication dans le financement de l’innovation, de la croissance et de la transmission des entreprises, à en juger par le nombre d’opérations réalisées sur la période et par la hausse des tickets moyens investis sur tous les segments de marché. L’activité des prochains mois peut s’appuyer sur des fondamentaux solides de liquidités et de financement qui permettront aux entreprises de continuer à créer de la valeur. »

Intégralité des statistiques professionnelles sur l’activité 2015 des acteurs français du capital-investissement, disponible via :
www.afic.asso.fr/statistiques

 

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
Etat des lieux du coworking en Ile-de-France

Accroissement du nombre de travailleurs indépendants, essor de la digitalisation et du télétravail, nouvelles générations plus mobiles et en quête d'autonomie… le coworking répond aux multiples enjeux posés par la transformation des modes de travail, ainsi qu'aux stratégies d'entreprises de plus en plus soucieuses de flexibilité... Le phénomène est en pleine expansion depuis 2015 sur le marché immobilier des bureaux. Knight Frank dresse le bilan de la situation en Ile-de-France. Un phénomène...

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
4 salariés sur 10 se plaignent d'un mauvais équilibre vie pro / vie perso

75% des salariés européens préfèrent garder bien distinctes et séparées leur vie professionnelle et leur vie personnelle, selon l'étude « Révélez vos talents » d'ADP (Automatic Data Processing). L'étude, qui a interrogé plus de 2 500 travailleurs en France, en Allemagne, en Italie, aux Pays-Bas et au Royaume Uni, a conclu que, malgré ces préférences, près d'un tiers (31%) de ces salariés ne pensent pas avoir un bon équilibre vie professionnelle - vie privée dans leur situation actuelle. Les...

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
Depuis 2017, les tensions géopolitiques augmentent les pertes associées au risque politique

Willis Towers Watson et Oxford Analytica publient leur enquête annuelle* sur le risque politique. Selon les résultats de cette enquête, les préoccupations géopolitiques grandissantes provoquent une augmentation des risques politiques. Ainsi 55% des entreprises internationales générant un CA supérieur à 1 Md$ ont vécu au moins une perte liée au risque politique supérieure à 100 M$. L'étude souligne par ailleurs le phénomène selon lequel les crises économiques vécues par les marchés émergents...

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
Mauvaises performances du marché mondial des fusions et acquisitions, sauf en Europe

Le marché mondial des fusions-acquisitions (M&A) a sous-performé pour un 4ème trimestre consécutif, selon les derniers résultats du Quarterly Deal Performance Monitor (QDPM), l'observatoire trimestriel des fusions-acquisitions de Willis Towers Watson. Les opérations évaluées entre 100 M$ et plus de 10 Mds$ ont sous-performé l'indice  mondial de 1,8 point (points de pourcentage) en moyenne sur les deux dernières années. Maud Mercier, directrice de l'activité Global Solutions and Services, au...