Connexion
/ Inscription
Mon espace

Baromètre des TPE : l'emploi s'effondre au 4ème trimestre 2015

ABONNÉS

La 61ème édition du Baromètre des TPE, l’enquête de conjoncture trimestrielle réalisée par l’IFOP pour le compte de Fiducial auprès des Très Petites Entreprises dresse le bilan d’une année 2015 difficile. Et 2016 débute dans un climat de morosité avec l’ensemble des indicateurs économiques qui replongent. Dans cette ambiance teintée de pessimisme, les mesures gouvernementales en faveur de l’emploi peinent toujours à convaincre. Pendant ce temps, Alain Juppé s’impose largement comme le candidat favori des chefs d’entreprise. 

L’année 2016 ne s’annonce pas meilleure que 2015

Situation catastrophique pour l’emploi au 4e trimestre. La création nette d’emplois* s’effondre à 3,5 sur la période octobre-décembre, le deuxième score le plus mauvais depuis 15 ans derrière le 4ème trimestre 2012 (-4). Les secteurs de l’hôtellerie (-7), de l’industrie (-7) et des services aux particuliers (-6) sont plus gravement touchés. Celui du commerce s’en sort un peu mieux (+2) ainsi que les entreprises de plus de 5 salariés (+6).

Jean-Marc Jaumouillé, Directeur des techniques professionnelles de Fiducial, dresse le bilan de l’année 2015 : « En synthèse, sur l’année 2015, les TPE ont détruit des emplois. Les effectifs des entreprises employant du personnel au 31 décembre sont à l’équilibre, les créations compensant les suppressions. Mais cette situation est notoirement insuffisante pour couvrir les suppressions d’emplois des entreprises devenues en 2015 sans salarié (9 %), et on l’oublie trop souvent, des entreprises qui ont disparu (dépôt de bilan, cessation volontaire ou involontaire de l’activité) ».

Pour le second trimestre consécutif, l’indicateur de situation financière rechute de -4 points pour se situer à -21. Dans ce contexte :

  • 32 % (+6 points par rapport au 4ème trimestre) des patrons de TPE jugent la situation financière de leur entreprise préoccupante. 22 % des trésoreries sont dans le rouge et 48 % à l’équilibre.
  • 80 % (+9 points en 6 mois) des chefs d’entreprise demeurent pessimistes sur le climat général des affaires en France.
  • 56 % (+3 points) se montrent négatifs pour leur propre activité.

Les prévisions pour 2016, ne sont guère réjouissantes. 12 % des employeurs prévoient d’augmenter leurs effectifs contre 11 % qui envisagent de les réduire au regard de leurs perspectives de développement actuelles. Ces dernières étant très obscures : 50 % des patrons n’ont à ce jour aucune visibilité sur les perspectives de croissance de leur activité, 28 % envisagent une croissance et 21 % une récession.

Le plan de relance de l’emploi : des mesures diversement appréciées

En plein débat sur le projet de loi El Khomri sur la réforme du Code travail, le plan de relance de l’emploi annoncé le 18 janvier dernier par François Hollande n’a pas réussi à convaincre les chefs d’entreprise. Ils sont 60 % à penser qu’il ne permettra pas d’infléchir la courbe du chômage, contre 5 % qu’il aura un effet bénéfique dès 2016. Dans le détail, les mesures rencontrent une adhésion variable.

Seuls le développement et la valorisation de l’apprentissage, avec un statut et une rémunération davantage liés aux compétences qu’à l’âge, trouvent grâce aux yeux d’une majorité d’entrepreneurs avec 62 % d’avis positifs.

Et l’une des mesures les plus médiatisées par l’exécutif, la prime à l’embauche de 2 000 euros par an pour les salaires inférieurs à 1,3 SMIC, essuie un camouflet avec uniquement 22 % des petits patrons qui la jugent efficace.

Le remplacement du CICE par une baisse des cotisations reçoit un accueil mitigé (54 %) ainsi que le plafonnement des indemnités prud’homales (43 %).

Jean-Marc Jaumouillé, Directeur des techniques professionnelles de Fiducial, précise : « Alors que la prime à l’embauche rend nulles les charges sociales sur un salaire au SMIC et qu’elle les réduit à 20 % pour un salaire à 1 900 euros, elle aurait une influence marginale chez les patrons sur la décision d’embauche : 8 % une influence déterminante ou importante, 21 % une influence secondaire, et 71 % aucune influence ».

L’allègement du système des qualifications obligatoires des artisans (à l’exemple des coiffeurs) pour pouvoir exercer subit un tollé, 64 % des patrons s’y opposant.

Etude complète sur http://www.fiducial.fr/

 

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

 

Lire la suite...


Articles en relation

BE - Culture & Société
ABONNES
[Etude] Vos corvées vous rendent plus sympathique que vos « talents innés »

Une étude de la Cass Business School (City University of London) affirme que le fait de mettre l'accent sur la notion d'effort plutôt que de talent naturel permet de faire meilleure impression lors d'un premier rendez-vous Les personnes devant faire bonne impression lors de rendez-vous galants ou d'entretiens d'embauche doivent mettre en exergue le dur labeur et les efforts consentis pour expliquer leur succès, d'après une étude récente de la Cass Business School. Dans l'étude intitulée...

BE - Culture & Société
ABONNES
Alerte JNA : l’état de santé auditif des jeunes est inquiétant

A 3 semaines de la 22e Journée Nationale de l'Audition, l'association JNA - Association d'alerte et de plaidoyer agissant depuis 22 ans en France - lance une alerte aux pouvoirs publics et aux acteurs de la santé sur l'état de santé des jeunes. Déjà en 2017, l'enquête Ifop - JNA « Smartphone : ami ou ennemi de notre santé auditive ? » apportait un éclairage fort inquiétant, questionnant l'impact des pratiques toxiques d'écoute de musique via les oreillettes sur la santé, en regard de l'enquête...

BE - Culture & Société
ABONNES
Les Européens veulent consommer plus local et responsable

Avec une croissance qui s'essouffle et des perspectives moins favorables pour 2019, la prudence grandit chez les consommateurs européens. Mais un autre mouvement se fait jour : ils se tournent de plus en plus vers une consommation plus locale considérée comme plus responsable. Tels sont les deux grands enseignements de la nouvelle édition de L'Observatoire Cetelem qui, depuis plus de 30 ans, décrypte et analyse les modes de consommation des ménages en Europe. Cette étude intitulée « Think local,...

BE - Culture & Société
ABONNES
Quelle place pour les énergies renouvelables chez les Français ?

A l'heure du grand débat national, les Français réaffirment leur désir de privilégier les énergies renouvelables pour l'avenir du pays. L'engagement des Français est important sur cette thématique, puisque 67% estiment qu'il leur revient également d'agir à leur échelle. L'amélioration énergétique de leur logement figure parmi les actions les plus citées, devant les changements de comportement en matière de déplacements, mais derrière les résolutions en faveur d'une consommation plus responsable...