Connexion
/ Inscription
Mon espace

Les freelances et les vacances ?

BE - Entreprises & initiatives
ABONNÉS

Hopwork, plateforme française de freelances, a voulu connaitre le rapport entre les congés et l'activité d'indépendant. Des résultats qui montrent comment les freelances gèrent leurs vacances et les différences notoires entre les femmes et les hommes. 

"Aujourd'hui, près de la moitié (47%) des freelances prennent entre 3 et 4 semaines de vacances par an. Cela représente un peu moins que les salariés, mais beaucoup plus que la moyenne des chefs d'entreprise qui ne posent que 19 jours de repos par an (source Ifop 2015). Par ailleurs, les freelances ont souvent quelques jours d'intermissions par mois, ce qui ne représente pas des vacances au sens propre du terme mais signifie potentiellement un allègement de leur rythme de travail". Vincent Huguet, CEO et cofondateur de hopwork.

Les femmes freelances prennent plus de vacances

Chez les indépendants, les vacances prennent une place bien différente que dans les autres catégories professionnelles. Ainsi, 4% des hommes ne prennent aucun congé par an et la plus grande partie (43%) entre 3 et 4 semaines alors que les femmes sont plus de 52% dans ce cas. 

Paradoxalement, même si elles partent plus en congés, 70% des femmes ont plus de difficultés à se décider de les prendre. Ce qui est moins le cas pour les hommes (56%).

Premier objectif : la satisfaction client

Pour les deux sexes, l'objectif principal est de réaliser leurs missions et atteindre les objectifs de leurs clients. C'est le cas pour 44% des hommes et 34% des femmes. Le manque à gagner financier n'est qu'en deuxième position avec 33% pour les femmes et 22% pour les hommes. Fait remarquable, l'envie de continuer de travailler et non de prendre des vacances est plus forte chez les hommes (21%) et presque absente chez les femmes (3%). de leur côté, elles s'inquiètent plus du manque de budget pour les congés (30%).

Toujours connectés

Pendant leurs vacances, lesfreelances restent disponibles et ceux qui parviennent à déconnecter totalement sont rares : seulement 8% chez les femmes et 9% chez les hommes. La grande majorité (66% chez les femmes et 56% chez les hommes) se sentent obligés de vérifier leurs emails et appels téléphoniques régulièrement mais ne répondent qu'en cas d'urgence. Les autres continuent de répondre aux sollicitations normalement. 

Tout ou rien ?

Les hommes freelances ont besoin de beaucoup d'outils à leur disposition et même pendant leurs congés. En effet, 39% emportent avec eux tout le matériel nécessaire afin de travailler ce qui n'est pas le cas des femmes (15%). De leur côté, 37% d'entre elles ne prennent que le strict minimum uniquement pour répondre aux besoins urgents. 

Jamais sans mon Web

L'un des choix déterminant des freelances pour leur destination de vacances est la disponibilité d'une connexion internet. 77% des femmes en ressentent le besoin et 78% des hommes.  

Partis mais toujours là...

Pour signifier leur absence, les indépendants sont partagés en deux mais les plus nombreux sont celles et ceux qui décident de ne rien dire du tout. Ainsi, 48% des femmes et 52% des hommes ne préviennent pas leur réseau de leur départ et ne configurent même pas leur messagerie vocale ou électronique.  

Des vacances en fonction de l'ancienneté de création

A partir de combien d'années d'existence en tant qu'indépendant, un freelance décide-t-il de partir en vacances ? Il faut attendre entre 1 et 3 ans pour que la période moyenne soit entre 1 et 3 mois. Evidement plus la durée d'activité est longue plus les congés sont nombreux. Ainsi, hommes et femmes indépendants depuis plus de 5 ans ont pris leurs dernières vacances il y a 1 à 3 mois (95% et 93%). Les indépendants récents (depuis moins d'un an) sont moins nombreux à partir vite et 13% des femmes ainsi que 10% des hommes ne se sont pas arrêtés depuis leur création. A noter que les femmes décrochent plus vite et que les hommes qui semblent connaîtreà partir de 1 à 3 ans d'activités un surcroit de travail apparent. 

 

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
Etat des lieux du coworking en Ile-de-France

Accroissement du nombre de travailleurs indépendants, essor de la digitalisation et du télétravail, nouvelles générations plus mobiles et en quête d'autonomie… le coworking répond aux multiples enjeux posés par la transformation des modes de travail, ainsi qu'aux stratégies d'entreprises de plus en plus soucieuses de flexibilité... Le phénomène est en pleine expansion depuis 2015 sur le marché immobilier des bureaux. Knight Frank dresse le bilan de la situation en Ile-de-France. Un phénomène...

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
4 salariés sur 10 se plaignent d'un mauvais équilibre vie pro / vie perso

75% des salariés européens préfèrent garder bien distinctes et séparées leur vie professionnelle et leur vie personnelle, selon l'étude « Révélez vos talents » d'ADP (Automatic Data Processing). L'étude, qui a interrogé plus de 2 500 travailleurs en France, en Allemagne, en Italie, aux Pays-Bas et au Royaume Uni, a conclu que, malgré ces préférences, près d'un tiers (31%) de ces salariés ne pensent pas avoir un bon équilibre vie professionnelle - vie privée dans leur situation actuelle. Les...

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
Depuis 2017, les tensions géopolitiques augmentent les pertes associées au risque politique

Willis Towers Watson et Oxford Analytica publient leur enquête annuelle* sur le risque politique. Selon les résultats de cette enquête, les préoccupations géopolitiques grandissantes provoquent une augmentation des risques politiques. Ainsi 55% des entreprises internationales générant un CA supérieur à 1 Md$ ont vécu au moins une perte liée au risque politique supérieure à 100 M$. L'étude souligne par ailleurs le phénomène selon lequel les crises économiques vécues par les marchés émergents...

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
Mauvaises performances du marché mondial des fusions et acquisitions, sauf en Europe

Le marché mondial des fusions-acquisitions (M&A) a sous-performé pour un 4ème trimestre consécutif, selon les derniers résultats du Quarterly Deal Performance Monitor (QDPM), l'observatoire trimestriel des fusions-acquisitions de Willis Towers Watson. Les opérations évaluées entre 100 M$ et plus de 10 Mds$ ont sous-performé l'indice  mondial de 1,8 point (points de pourcentage) en moyenne sur les deux dernières années. Maud Mercier, directrice de l'activité Global Solutions and Services, au...