Connexion
/ Inscription
Mon espace

Le chômage mérite des mesures radicales, par Marc Albert Chaigneau

BE - Entreprises & initiatives
ABONNÉS

Un  nouveau  plan  de  «  lutte  contre  le  chômage  »  vient  d’être  lancé  par  François  Hollande  en  ce  début   d’année  2016.  Il  ne  sera,  pas  plus  que  les  précédents,  créateur  d’emploi.  Comme  ceux-­‐là,  il  n’est  destiné   qu’à  améliorer  les  statistiques  publiées  et  n’aura  pas  d’autre  effet.  

Depuis  trente-­‐cinq  ans,  le  chômage  s’accroit,  depuis  trente-­‐cinq  ans  les  mesures  prises,  toujours  du   même  ordre  d’ailleurs,  s’avèrent  inefficace.  Ce  qui  n’a  jamais  déterminé  aucun  dirigeant  politique  à   envisager  d’en  changer.  Constants  dans  l’erreur  ?  Pourquoi  ?    

Il  me  semble  que  la  racine  du  mal  est  une  erreur  d’analyse.  Le  chômage  est  un  problème  social  (certains   diraient  «  sociétal  »,  il  concerne  la  société  et  pas  spécifiquement  la  solidarité  ou  l’entraide),  pas  un   problème  économique.  Pour  les  entreprises,  surtout  les  grandes,  une  forte  proportion  de  chômage  ne   présente  presque,  que  des  avantages.  Facilité  à  trouver  de  la  main  d’œuvre.  A  maintenir  des  rémunérations   basses.  A  faire  accomplir  les  tâches  dangereuses  ou  pénibles  à  bas  coût  …  La  faiblesse  du  pouvoir  d’achat   distribué  n’ayant  que  peu  d’importance,  lorsque  l’on  vise  un  marché  international.  Un  problème  social  doit   être  traité  par  des  mesures  sociales.  Le  traiter  comme  un  problème  économique  ne  peut  être  qu’erroné

Le  principal  rôle  des  institutions,  du  gouvernement,  consiste  à  administrer  le  domaine  public,  à  gérer  ce   que  nous  avons  en  commun.  A  fixer  les  règles  de  fonctionnement  de  la  société.  Et  celle-­‐ci  a,  depuis  une   cinquantaine  d’années  que  je  m’intéresse  au  sujet,  beaucoup  changé.  Les  règles  qui  y  président,  fort  peu.   Au  moins  pour  les  règles  importantes,  toute  la  législation  étant  désormais  encombrée  de  lois  et  règlements   inutiles  ou  superflus,  ne  concernant  jamais  que  des  exceptions,  sans  tenir  aucun  compte  du  cas  général.    

Or,  dans  le  cas  du  chômage,  comme  pour  de  nombreux  autres  problèmes  de  notre  société,  aucune  mesure   homéopathique,  surchargeant  un  système  labyrinthique  et  kafkaïen,  ne  permettra  d’apporter  une  solution.   On  soigne  une  blessure  grave  par  des  mesures  chirurgicales.  Pas,  par  quelques  onguents  et  placébos.  

Pour  des  raisons  historiques,  que  j’ai  exposées  par  ailleurs  et  qui  ne  correspondent  plus  à  la  situation   actuelle,  le  financement  du  système  social  repose  (presque  exclusivement)  sur  les  salaires.  Conscients   que  ceci  ne  correspond  plus  à  la  réalité  sociale,  les  courbes  des  rémunérations  et  des  dépenses  sociales   divergeant  de  façon  de  plus  en  plus  radicale,  les  gouvernements  successifs  ont  cherché  à  adapter  le   système  «  à  la  marge  ».  CSG,  CRDS,  allègement  ou  exonération  de  cotisations  sur  les  salaires  les  plus  bas.  

Ces  méthodes  ne  sont  pas  seulement  inefficaces,  mais  nuisibles.  Elles  ont  principalement  des  «  effets   d’aubaine  »  déterminant  les  entreprises  à  remplacer  les  emplois  «  normaux  »  par  les  emplois  «  aidés  ».  A   favoriser  la  concurrence  d’entreprises  utilisant  ces  systèmes  sur  d’autres  qui,  versant  des  cotisations   «  normales  »,  ne  peuvent  survivre.  

La  diversité  des  systèmes  de  cotisation,  qui  a  des  raisons  historiques  incontestables,  est  devenue   nuisible.  Défavorable  à  l’emploi,  désorganisant  le  marché  du  travail,  favorisant  la  fraude  et  l’intervention   d’entreprises  étrangères.  

Il  faut  changer  le  financement  du  système  social  de  façon  radicale,  pour  l’adapter  à  la  situation  actuelle.   Désormais  et  contrairement  à  ce  qui  se  passait  il  y  a  une  soixantaine  d’années,  tout  le  monde,  y  compris  les   immigrés  en  situation  irrégulière,  bénéficie  du  système  social.  Il  faut  donc  que  ce  soit  l’ensemble  du   fonctionnement  de  la  société  qui  y  contribue  et  pas  seulement  les  salaires  et  autres  rémunérations.  

Ce  qui  correspond,  en  l’état  actuel  de  la  «  monétisation  »  ou  «  financiarisation  »  de  la  société,  au  plus   près  de  cet  ensemble  est  le  chiffre  d’affaires.  A  condition  bien  sûr  qu’aucun  domaine  n’en  soit  exclu  et   que   rien  ne  vienne  le  restreindre.  Surtout  pas  les  activités  financières.  Un  seul  taux  de  cotisation   frappant  toutes  les  ventes  de  biens  ou  de  services,  sans  aucune  exclusion,  ni  déduction,  permettrait   l’assiette  la  plus  large  et  le  taux  le  plus  bas.  

Aucun  «  patron  »,  chef  ou  responsable  d’entreprise,  cadre,  ne  crée  jamais  aucun  emploi,  «  pour  le  plaisir  de   créer  un  emploi  »  ou  même  pour  bénéficier  de  mesures  destinées  à  favoriser  la  création  d’emploi.  Il  ne   crée  un  emploi  que  parce  que  les  besoins  de  l’entreprise  l’y  déterminent.  Pour  son  profit  ou  son   développement.  Et  si  un  achat,  de  matériel,  produit,  service,  de  la  sous-­‐traitance,  peut  lui  permettre   d’atteindre  le  résultat  sans  créer  d’emploi,  c’est  la  solution  qu’il  choisira,  en  privilégiant  la  moins  risquée.   Celle  comportant  le  moins  d’engagement  pour  l’avenir.  

Il  n’est  pas  efficace  «  d’inciter  »,  ni  «  de  favoriser  »  la  création  d’emploi.  Il  faut  mettre  en  place  des   conditions  qui  fassent  que  les  chefs  d’entreprise  aient  intérêt  à  créer  de  l’emploi,  plutôt  qu’à  faire  appel  à   d’autres  solutions.    

Si  l’on  veut  vraiment  favoriser  l’emploi  et  aller  au  bout  du  raisonnement,  il  faut  donc  ne  déduire  de  la   base  des  cotisations  sociales  que  les   salaires,  en  en  prévoyant  un  pour  les  chefs  d’entreprises   individuelles,  mais  en  plafonnant  la  déductibilité  à  un  montant  raisonnable,  qui  pourrait  être  de  10.000  €   par  mois  et  par  personne.  

Ceci  entrainerait  des  bouleversements  dans  la  société.  Une  importante  réduction  des  tâches  et  donc  des   emplois  administratifs.  Une  forte  augmentation  de  l’offre  d’emploi  dans  les  secteurs  productifs.  Donc  de   la  création  de  richesse,  une  réduction  des  coûts  et  de  la  distribution  de  pouvoir  d’achat.  

Il  n’est  pas  possible  de  décrire  les  conséquences  sur  l’ensemble  de  la  société,  ni  même  sur  plusieurs   secteurs  économiques,  un  traité  n’y  suffirait  pas  et  le  présent  texte  est  un  simple  article.  Mais  il  est  possible   de  l’envisager  pour  l’agriculture,  secteur  particulièrement  sensible  actuellement  en  France.  

Dans  le  domaine  agricole,  les  producteurs  réalisent,  pour  la  plupart,  de  petits  chiffres  d’affaires  et  versent   des  cotisations  sociales  élevées.  Les  distributeurs  réalisent  de  gros  chiffres  d’affaires    et  ne  versent,  en   proportion,  que  peu  de  charges  sociales.  Ce  d’autant  plus  que  les  produits  importés  ne  supportent  pas  de   cotisations  sociales,  alors  qu’ils  contribuent,  souvent  plus  que  les  autres,  aux  coûts  sociaux.  Le  rééquilibrage   proposé  des  cotisations  sociales  favoriserait  donc  l’emploi  de  main  d’œuvre  dans  l’agriculture,  au   détriment  des  traitements  mécaniques  et  chimiques.  Dans  la  distribution,  les  structures  de  coûts  tendraient   à  modifier  les  politiques  d’achat.    

Il  est  clair  qu’un  changement  aussi  radical  pourrait  entrainer  des  bouleversements  sociaux.  Surtout  s’il   est  mis  en  œuvre  brutalement  et  sans  pédagogie.  

Néanmoins,  il  est  possible  de  ne  le  mettre  en  œuvre  que  progressivement.  En  l’instaurant  d’abord  à  un   très  faible  taux,  par  exemple  1%,  déductible  des  charges  sociales  actuelles,  dont  la  disparition  pourrait   être  programmée  sur  plusieurs  années,  en  conservant  un  équilibre  par  rapport  aux  cotisations  actuelles.  

 

 

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
Etat des lieux du coworking en Ile-de-France

Accroissement du nombre de travailleurs indépendants, essor de la digitalisation et du télétravail, nouvelles générations plus mobiles et en quête d'autonomie… le coworking répond aux multiples enjeux posés par la transformation des modes de travail, ainsi qu'aux stratégies d'entreprises de plus en plus soucieuses de flexibilité... Le phénomène est en pleine expansion depuis 2015 sur le marché immobilier des bureaux. Knight Frank dresse le bilan de la situation en Ile-de-France. Un phénomène...

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
4 salariés sur 10 se plaignent d'un mauvais équilibre vie pro / vie perso

75% des salariés européens préfèrent garder bien distinctes et séparées leur vie professionnelle et leur vie personnelle, selon l'étude « Révélez vos talents » d'ADP (Automatic Data Processing). L'étude, qui a interrogé plus de 2 500 travailleurs en France, en Allemagne, en Italie, aux Pays-Bas et au Royaume Uni, a conclu que, malgré ces préférences, près d'un tiers (31%) de ces salariés ne pensent pas avoir un bon équilibre vie professionnelle - vie privée dans leur situation actuelle. Les...

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
Depuis 2017, les tensions géopolitiques augmentent les pertes associées au risque politique

Willis Towers Watson et Oxford Analytica publient leur enquête annuelle* sur le risque politique. Selon les résultats de cette enquête, les préoccupations géopolitiques grandissantes provoquent une augmentation des risques politiques. Ainsi 55% des entreprises internationales générant un CA supérieur à 1 Md$ ont vécu au moins une perte liée au risque politique supérieure à 100 M$. L'étude souligne par ailleurs le phénomène selon lequel les crises économiques vécues par les marchés émergents...

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
Mauvaises performances du marché mondial des fusions et acquisitions, sauf en Europe

Le marché mondial des fusions-acquisitions (M&A) a sous-performé pour un 4ème trimestre consécutif, selon les derniers résultats du Quarterly Deal Performance Monitor (QDPM), l'observatoire trimestriel des fusions-acquisitions de Willis Towers Watson. Les opérations évaluées entre 100 M$ et plus de 10 Mds$ ont sous-performé l'indice  mondial de 1,8 point (points de pourcentage) en moyenne sur les deux dernières années. Maud Mercier, directrice de l'activité Global Solutions and Services, au...