Connexion
/ Inscription
Mon espace

Entretien, annuel d'évaluation : les clés du succès selon Robert Half

BE - Entreprises & initiatives
ABONNÉS

La période des entretiens annuels d’évaluation est un moment souvent et probablement à tort, redouté par les salariés. Bien que contesté aujourd’hui, EAE reste encore un exercice très présent dans les entreprises françaises. Parce qu’il est important pour le collaborateur de démystifier cet entretien afin d’apparaître confiant et réfléchi aux yeux de son responsable, Robert Half, expert mondial du recrutement spécialisé, donne 5 conseils simples et efficaces pour être serein le jour J. 

Conseil n°1 : faire son bilan

L’entretien annuel d’évaluation est le moment idéal pour faire le point avec son responsable, pour certains, c’est l’un des rares moments de discussion avec le manager autrement que dans un coin de porte ! Pour l’occasion, un petit travail de préparation s’impose.  Il faut commencer par revoir le descriptif de son poste et comparer les missions menées à ce qui était attendu par le management. Pour cela, Il faut se poser quelques questions en amont: « Ai-je réussi à atteindre les objectifs qui m’avaient été fixés l’an dernier ? Si ce n’est pas le cas, pour quelles raisons? Et comment puis-je y remédier ? »

Astuce : noter l’ensemble des points que l’on souhaite aborder lors de ce rendez-vous et amener ses notes le jour J démontre son implication et sa motivation. A contrario, venir  les mains dans les poches peut mettre le manager en mauvaise disposition.

Conseil n°2 : se préparer aux reproches

Il est important d’appréhender cet entretien avec l’esprit ouvert, de manière positive. Il est possible que malgré ses efforts, on n’ait pas réussi à atteindre les objectifs fixés. Dans ce cas, il faut se préparer à entendre et à accepter des reproches de la part de sa hiérarchie. Le but est de proposer des solutions d’amélioration des performances pour l’année à venir. Cela dit demandez toujours à votre manager d’expliquer ses points de vue, ses décisions.

Astuce : Si cela est possible, veillez à vous justifier et à mettre en avant les missions réussies ainsi que les objectifs atteints voire dépassés.

Conseil n°3 : formaliser ses perspectives

L’entretien annuel d’évaluation n’est pas seulement un bilan, c’est aussi l’occasion pour le collaborateur d’aborder ses perspectives pour le futur, de faire part de ses aspirations professionnelles.

Astuce : se poser les bonnes questions en amont : « Comment est-ce que je vois mon poste évoluer ? De quoi ai-je besoin pour progresser ? Quelles responsabilités nouvelles pourrais-je exercer ? Qu’est-ce que j’aimerais changer dans mon quotidien ? »

Conseil n°4 : oser

 

Cet entretien est l’occasion idéale pour le collaborateur d’oser faire des demandes, motivées et argumentées, à son manager : solliciter une mobilité, demander des formations, obtenir des horaires aménagés, du télétravail, solliciter des aides, négocier une augmentation…

Astuce : ne pas hésiter à faire le point sur sa relation avec son responsable, lui préciser ce que l’on apprécie dans son mode de management mais également partager avec lui ses interrogations.

Conseil n°5 : rester positif

Même si l’on n’a pas réussi à valider ses objectifs et que son responsable a refusé une augmentation de salaire, il est crucial de rester positif et motivé, et de le montrer à son N+1. Objectif : zen sans réaction à chaud

Astuce : il est toujours possible de solliciter un nouvel entretien après un nécessaire temps de réflexion. 

D’ailleurs une enquête* Robert Half réalisée auprès de 1000 salariés français confirme que cette solution du nouvel entretien est plébiscitée en cas de refus d’une augmentation de salaire lors de l’entretien annuel d’évaluation. 62% des salariés interrogés ont répondu qu’ils attendaient le prochain entretien afin d’évoquer à nouveau le sujet, 26% demanderaient autre chose (une formation, avoir un rôle différent à jouer dans l’entreprise…) et seulement 5% rechercheraient un autre emploi.

« L’entretien annuel d’évaluation n’est pas un exercice qui doit être pris à la légère, les employeurs et les DRH y attachent de l’importance » explique Gaëlle Marre, Directrice Office Team. Pour les salariés, il s’agit de faire le point sur les réalisations professionnelles et ainsi être plus à-même de se positionner, dans son entreprise comme sur le marché du travail. L’idée de ce rendez-vous est de mettre en cohérence ses objectifs professionnels à moyen terme et ses ambitions de carrière à plus long terme. Cela peut être aussi le moment de demander une augmentation et aussi de faire un point sur la relation avec le management»

https://www.roberthalf.fr/

 

 

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

 

 

 

 

Lire la suite...


Articles en relation

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
Etat des lieux du coworking en Ile-de-France

Accroissement du nombre de travailleurs indépendants, essor de la digitalisation et du télétravail, nouvelles générations plus mobiles et en quête d'autonomie… le coworking répond aux multiples enjeux posés par la transformation des modes de travail, ainsi qu'aux stratégies d'entreprises de plus en plus soucieuses de flexibilité... Le phénomène est en pleine expansion depuis 2015 sur le marché immobilier des bureaux. Knight Frank dresse le bilan de la situation en Ile-de-France. Un phénomène...

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
4 salariés sur 10 se plaignent d'un mauvais équilibre vie pro / vie perso

75% des salariés européens préfèrent garder bien distinctes et séparées leur vie professionnelle et leur vie personnelle, selon l'étude « Révélez vos talents » d'ADP (Automatic Data Processing). L'étude, qui a interrogé plus de 2 500 travailleurs en France, en Allemagne, en Italie, aux Pays-Bas et au Royaume Uni, a conclu que, malgré ces préférences, près d'un tiers (31%) de ces salariés ne pensent pas avoir un bon équilibre vie professionnelle - vie privée dans leur situation actuelle. Les...

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
Depuis 2017, les tensions géopolitiques augmentent les pertes associées au risque politique

Willis Towers Watson et Oxford Analytica publient leur enquête annuelle* sur le risque politique. Selon les résultats de cette enquête, les préoccupations géopolitiques grandissantes provoquent une augmentation des risques politiques. Ainsi 55% des entreprises internationales générant un CA supérieur à 1 Md$ ont vécu au moins une perte liée au risque politique supérieure à 100 M$. L'étude souligne par ailleurs le phénomène selon lequel les crises économiques vécues par les marchés émergents...

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
Mauvaises performances du marché mondial des fusions et acquisitions, sauf en Europe

Le marché mondial des fusions-acquisitions (M&A) a sous-performé pour un 4ème trimestre consécutif, selon les derniers résultats du Quarterly Deal Performance Monitor (QDPM), l'observatoire trimestriel des fusions-acquisitions de Willis Towers Watson. Les opérations évaluées entre 100 M$ et plus de 10 Mds$ ont sous-performé l'indice  mondial de 1,8 point (points de pourcentage) en moyenne sur les deux dernières années. Maud Mercier, directrice de l'activité Global Solutions and Services, au...