Connexion
/ Inscription
Mon espace

Record historique : 19 millions de Français (37%) envisagent d'entreprendre un jour !

BE - Entreprises & initiatives
ABONNÉS

De la création d'entreprise à la reconversion professionnelle... les Français s'ouvrent au travail indépendant

Chiffre record depuis 15 ans : en janvier 2016, 37% des Français déclarent avoir envie de se mettre un jour à leur compte (vs. 25% en janvier 2015). Un bond annuel sans précédent et un score inégalé depuis 2000 ! L'essor du travail indépendant, et particulièrement du statut d'autoentrepreneur - malgré le léger trou d'air causé par la loi Pinel - n'y sont pas étrangers, offrant à tous les Français une perspective d'entrée dans la vie active ou de reconversion professionnelle. Des aménagements sur le statut d'indépendant, actuellement à l'étude par le gouvernement, restent néanmoins à réaliser pour, d'un côté, concrétiser davantage les aspirations des Français et, de l'autre, permettre aux entreprises de faire appel à leurs services.

Le sondage OpinionWay commandé par l'Union des Auto-Entrepreneurs avec le soutien de la Fondation Le Roch-Les Mousquetaires, à l'occasion du 23ème Salon des Entrepreneurs de Paris, dévoile le regard croisé que portent Français et dirigeants d'entreprise sur le statut de travailleur indépendant et leurs motivations à s'y lancer ou y recourir.

« Le regard des Français et des dirigeants sur le travail évolue : pour 66 % des Français et 60% des dirigeants la forme d'activité amenée à se développer à l'avenir est le travail indépendant. C'est le signe d'une volonté d'initiative et d'entrepreneuriat, mais aussi de l'avènement de l'économie numérique et collaborative, dont le développement nécessite des acteurs indépendants » analyse François Hurel, Président de l'Union des Auto-Entrepreneurs.

Année record POUR les intentions de création d'entreprise !

37% des Français manifestent l'envie de créer, reprendre une entreprise ou se mettre un jour à leur compte (vs. 25% en janvier 2015). Mesurée depuis l'année 2000, cette tendance n'a jamais été aussi marquée. Par projection, le vivier d'entrepreneurs intentionnistes monte désormais à 19 millions1, soit le niveau le plus haut jamais atteint en 15 ans. L'envie est particulièrement forte chez les jeunes de 18 à 34 ans (55%) et chez les ouvriers (49%). 34% des intentionnistes ambitionnent de réaliser leur projet dans les deux ans à venir.

« Le sacro-saint modèle du salariat s'égratigne un peu plus chaque année. Il ne fait plus rêver les Français, et encore moins les jeunes. Jusqu'à aujourd'hui, plus de 8 salariés sur 10 ont toujours été salariés. Et désormais, un actif sur trois imagine son avenir en tant qu'indépendant/auto-entrepreneur, de façon exclusive ou partielle », commente Xavier Kergall, Directeur général du Salon des Entrepreneurs.

Le rêve d'un changement de vie professionnelle désormais accessible

Parmi ces Français créateurs en puissance, une large part va aux projets de reconversion professionnelle. Près de 7 Français sur 10 ont déjà changé de vie ou en ont eu l'envie, poursuivant la quête d'une vie plus épanouie, moins stressante, motivée parfois par une période compliquée. Pour 27% d'entre eux, l'envie de changement est d'ordre professionnel, avec la curiosité de découvrir un nouveau métier. Pour 18%, c'est l'envie même d'être à son compte à travers la reprise ou la création d'une entreprise, une tendance à la hausse - ils étaient 13% en 2012.

S'ils devaient être amenés à créer leur entreprise, 45% des Français en profiteraient pour changer de domaine de compétences, de secteur d'activités. D'ailleurs, 40% se verraient bien en gérant d'une maison d'hôte, 27% à la tête d'un commerce de proximité, 23% en expert indépendant ou artiste à son compte. Et pourquoi pas créateur de bijoux/accessoires en ligne (16%) voire blogueur star reconnu dans sa spécialité (8%).

« Toutes ces activités ont en commun d'être accessibles et  rapidement réalisables, grâce au statut d'auto-entrepreneur, qui depuis son lancement en 2009 a considérablement simplifié les démarches de création d'une micro-entreprise », poursuit Xavier Kergall.

Le travail indépendant installé dans le paysage du travail en France SÉDUIT LES FRANçAIS ET DIRIGEANTS D'ENTREPRISE

Soutenant pour 84% d'entre eux les plateformes de services, d'achat ou de vente, favorisant le travail indépendant (Priceminister, Amazon, Leboncoin, eBay, Uber...), les Français ont changé leur regard sur le statut d'indépendant, avec lequel ils sont devenus familiers. Ils le perçoivent désormais comme source de créativité (83%) et d'épanouissement (90%). Ils sont même près de 7 Français sur 10 à penser, qu'en comparaison avec le salariat, ce statut permet davantage de se consacrer à sa passion et offre plus de libertés.

C'est pour eux la forme d'activité amenée à se développer à l'avenir (66%) contre 32% pour le salariat. Ils voient d'un bon œil l'augmentation du nombre d'indépendants pour l'emploi en France (86%), en particulier des jeunes (84%), mais aussi pour le développement de nouveaux services innovants à l'égard des utilisateurs (85%) et la réponse aux besoins des entreprises (85%). 

Partageant, dans l'ensemble, le même constat à l'égard du statut d'indépendant, 70% des dirigeants pensent que son développement est une bonne chose pour leur entreprise, 59% que l'auto-entreprise permet de développer des produits et services qui répondent aux nouveaux besoins des Français et 55% qu'il favorise la diminution du travail illégal en France. Son effet sur le chômage des jeunes est particulièrement souligné et 66% estiment que c'est une forme d'insertion professionnelle pour beaucoup de jeunes qui n'arrivent pas à décrocher un entretien d'embauche.

Pour eux-mêmes, les Français se projettent en tant qu'indépendants. Pour 33% des Français actifs interrogés (une part croissante des créateurs d'entreprises), la suite de leur carrière passera par le travail indépendant et l'auto-entrepreneuriat, exclusivement (pour 15% d'entre eux) ou en alternant période de salariat et de travail indépendant (18% et même 26% chez les 18-34 ans). Des parcours moins linéaires et plus diversifiés sont donc envisagés. Autre fait nouveau : la multi-activité. Parmi ceux souhaitant se lancer, 38% envisageraient une activité complémentaire à leur activité actuelle...

Le développement du travail indépendant freinÉ par le manque de protection sociale et les risques de requalification pour les entreprises

Quelques points d'achoppement restent encore à lever, pour permettre de concrétiser plus largement les rêves d'indépendance des Français : une courte majorité d'entre eux estime que le statut d'indépendant offre une protection suffisante, contre 46% à penser qu'elle est insuffisante. Plus de 7 Français sur 10 se disent favorables à l'évolution du statut d'autoentrepreneur/indépendant vers plus de sécurité (portabilité des droits sociaux et convergence des protections sociales - chômage, retraite, au même titre que les salariés) et de souplesse (possibilité de travailler en réseau avec d'autres indépendants, augmenter le plafond de chiffres d'affaires).

Du côté des entreprises, le recours aux indépendants est une évolution de fond, mais la marge de progression s'avère élevée. En effet,  77 % des entreprises sont à conquérir pour les travailleurs indépendants, seules 23% d'entre elles ayant déjà travaillé avec des indépendants/auto-entrepreneurs, et  8% de façon régulière. Il existe donc un potentiel de création d'activités considérable. Leur principal frein demeure le risque de requalification en salaires déguisés. 66% des dirigeants le jugeaient important en novembre 20152. 50% des entreprises étaient même prêtes à recourir davantage à des indépendants ou à des auto-entrepreneurs si ce risque de requalification disparaissait2.

Pour le dirigeant dans son entreprise, cette collaboration répond plus à une diversification de l'activité et de l'offre de l'entreprise qu'à un renfort sur son activité de base : les indépendants représentent l'opportunité de réaliser certaines missions pour lesquelles l'entreprise ne dispose pas de ressources en interne (76%), de proposer des services complémentaires et de mener à bien des projets de développement et d'innovation (nouveaux services clients, développement de nouvelles plateformes) pour 34%. Seulement pour 25% d'entre eux de faire face à un surcroît d'activité.

« En facilitant le recours des entreprises au travail indépendant, nous augmentons considérablement les perspectives de création d'activité en France. En moyenne, la projection du recours aux compétences d'indépendants par les entreprises en cas de réduction du risque de requalification serait de plus de 2 millions3 à l'échelle de la France ! », commente François Hurel, Président de l'Union des Auto-Entrepreneurs.

 

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

 

Lire la suite...


Articles en relation

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
Etat des lieux du coworking en Ile-de-France

Accroissement du nombre de travailleurs indépendants, essor de la digitalisation et du télétravail, nouvelles générations plus mobiles et en quête d'autonomie… le coworking répond aux multiples enjeux posés par la transformation des modes de travail, ainsi qu'aux stratégies d'entreprises de plus en plus soucieuses de flexibilité... Le phénomène est en pleine expansion depuis 2015 sur le marché immobilier des bureaux. Knight Frank dresse le bilan de la situation en Ile-de-France. Un phénomène...

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
4 salariés sur 10 se plaignent d'un mauvais équilibre vie pro / vie perso

75% des salariés européens préfèrent garder bien distinctes et séparées leur vie professionnelle et leur vie personnelle, selon l'étude « Révélez vos talents » d'ADP (Automatic Data Processing). L'étude, qui a interrogé plus de 2 500 travailleurs en France, en Allemagne, en Italie, aux Pays-Bas et au Royaume Uni, a conclu que, malgré ces préférences, près d'un tiers (31%) de ces salariés ne pensent pas avoir un bon équilibre vie professionnelle - vie privée dans leur situation actuelle. Les...

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
Depuis 2017, les tensions géopolitiques augmentent les pertes associées au risque politique

Willis Towers Watson et Oxford Analytica publient leur enquête annuelle* sur le risque politique. Selon les résultats de cette enquête, les préoccupations géopolitiques grandissantes provoquent une augmentation des risques politiques. Ainsi 55% des entreprises internationales générant un CA supérieur à 1 Md$ ont vécu au moins une perte liée au risque politique supérieure à 100 M$. L'étude souligne par ailleurs le phénomène selon lequel les crises économiques vécues par les marchés émergents...

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
Mauvaises performances du marché mondial des fusions et acquisitions, sauf en Europe

Le marché mondial des fusions-acquisitions (M&A) a sous-performé pour un 4ème trimestre consécutif, selon les derniers résultats du Quarterly Deal Performance Monitor (QDPM), l'observatoire trimestriel des fusions-acquisitions de Willis Towers Watson. Les opérations évaluées entre 100 M$ et plus de 10 Mds$ ont sous-performé l'indice  mondial de 1,8 point (points de pourcentage) en moyenne sur les deux dernières années. Maud Mercier, directrice de l'activité Global Solutions and Services, au...