Connexion
/ Inscription
Mon espace

Rapport Badinter : le syndrome de stockholm a frappé nos gouvernants

BE - Entreprises & initiatives
ABONNÉS

Par Christian PERSON, Entrepreneur, Fondateur d'Umalis et Président du Club des Entrepreneurs de Croissance

Les entrepreneurs, comme les salariés, sont otages d'un Code du travail daté et inadapté au monde économique d'aujourd'hui.

Entrepreneurs, comme salariés, les Français qui ont partagé depuis longtemps la vie de ce Code du travail agissant comme un geôlier, ont développé une empathie, voire une sympathie, ou avec lui.

C'est regrettable. Ainsi, au lieu d'engager une profonde refonte du Code du travail qui nécessite tant un allégement qu'une modernisation, fait l'objet d'un nouveau rapport... qui alimentera les étagères des bibliothèques publiques...

Ce dont les Français ont besoin c'est que le souffle nouveau de l'entrepreneuriat dynamise le Code du travail.

Quand nous entendons que "Tout salarié a droit à une rémunération lui assurant des conditions de vie digne", nous entrepreneurs, ne pouvons qu'être exaspérés alors que nous avons du combattre avec acharnement la suppression de l'exonération des heures supplémentaires. Nous ne pouvons qu'être désespérés quand nous devons nous battre pour ouvrir le dimanche alors que nos salariés sont consentants et rémunérés davantage.

Nous ne sommes pas favorables à la dérégulation. Nous, entrepreneurs de croissance, sommes favorables à une modernisation. Que le rapport Badinter vienne consolider des désuétudes en affirmant notamment que "la durée normale du travail est fixée par la loi" est un vrai scandale. La durée normale du travail devrait tout simplement être fixée par entreprises ou par branches mais certainement pas par des loi déconnectées des réalités du terrain économique.

Le rapport Badinter fera tout sauf améliorer le fonctionnement du marché du travail. C'est dommage. Au lieu de se demander si certaines dispositions du Code du travail sont utiles ou adaptées, cette mission n'est que l'alibi d'un gouvernement qui ne veut rien changer. Nous avons besoin de souplesse. La prochaine fois, nous devinerons dans les prémisses de la lettre de mission qu'il n'y a rien à attendre des commissions et des groupes de travail. La France a besoin d'une refonte intégrale de son Code du travail qui constitue aujourd'hui une véritable entrave au marché du travail. Elle a besoin d'un souffle nouveau.  Qu'attend le gouvernement pour abroger les 35 heures ? pour exonérer les TPE de charges sur les nouvelles embauches ? pour autoriser les ouvertures en soirée et le dimanche ? Qu'attend le gouvernement pour faciliter les embauches ? On se le demande ...

En matière sociale, les gouvernements successifs ont touché le fond mais creusent encore ...

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
Etat des lieux du coworking en Ile-de-France

Accroissement du nombre de travailleurs indépendants, essor de la digitalisation et du télétravail, nouvelles générations plus mobiles et en quête d'autonomie… le coworking répond aux multiples enjeux posés par la transformation des modes de travail, ainsi qu'aux stratégies d'entreprises de plus en plus soucieuses de flexibilité... Le phénomène est en pleine expansion depuis 2015 sur le marché immobilier des bureaux. Knight Frank dresse le bilan de la situation en Ile-de-France. Un phénomène...

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
4 salariés sur 10 se plaignent d'un mauvais équilibre vie pro / vie perso

75% des salariés européens préfèrent garder bien distinctes et séparées leur vie professionnelle et leur vie personnelle, selon l'étude « Révélez vos talents » d'ADP (Automatic Data Processing). L'étude, qui a interrogé plus de 2 500 travailleurs en France, en Allemagne, en Italie, aux Pays-Bas et au Royaume Uni, a conclu que, malgré ces préférences, près d'un tiers (31%) de ces salariés ne pensent pas avoir un bon équilibre vie professionnelle - vie privée dans leur situation actuelle. Les...

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
Depuis 2017, les tensions géopolitiques augmentent les pertes associées au risque politique

Willis Towers Watson et Oxford Analytica publient leur enquête annuelle* sur le risque politique. Selon les résultats de cette enquête, les préoccupations géopolitiques grandissantes provoquent une augmentation des risques politiques. Ainsi 55% des entreprises internationales générant un CA supérieur à 1 Md$ ont vécu au moins une perte liée au risque politique supérieure à 100 M$. L'étude souligne par ailleurs le phénomène selon lequel les crises économiques vécues par les marchés émergents...

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
Mauvaises performances du marché mondial des fusions et acquisitions, sauf en Europe

Le marché mondial des fusions-acquisitions (M&A) a sous-performé pour un 4ème trimestre consécutif, selon les derniers résultats du Quarterly Deal Performance Monitor (QDPM), l'observatoire trimestriel des fusions-acquisitions de Willis Towers Watson. Les opérations évaluées entre 100 M$ et plus de 10 Mds$ ont sous-performé l'indice  mondial de 1,8 point (points de pourcentage) en moyenne sur les deux dernières années. Maud Mercier, directrice de l'activité Global Solutions and Services, au...