Connexion
/ Inscription
Mon espace

[Tribune d’Expert] Loi de finances rectificative pour 2015 : la France s’aligne sur l’Europe

ABONNÉS

Par Martine Rossetti, Responsable pédagogique Fiscalité, Francis Lefebvre Formation

Le 17 décembre, au terme de 248 heures de discussion, 3 641 amendements examinés dont 1 005 adoptés, l'Assemblée nationale a définitivement adopté le projet de loi de finances pour 2016 et le projet de loi de finances rectificative pour 2015. Parmi les nouvelles mesures, 3 ont particulièrement retenu notre attention.


1/ Régime mère-fille : fin de la neutralisation de la quote-part de frais et charges

La loi de finances rectificative pour 2015 tire les enseignements de l’arrêt rendu par la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) dans l’affaire Steria et modifie le régime mère-fille applicable aux dividendes dans le cadre de l’intégration fiscale. La neutralisation de la quote-part de frais et charges, réservée aux distributions réalisées dans le cadre de l’intégration fiscale, avait été jugée non conforme au droit communautaire par la CJUE. Pour les exercices ouverts à compter du 1er janvier 2016, cette neutralisation est supprimée. En contrepartie de la perte d’un des avantages fiscaux du régime d’intégration fiscale, le taux de la quote-part pour frais et charges est abaissé de 5 à 1% pour les dividendes perçus par une société intégrée et versés par une autre société du groupe ou par une société membre de l’UE, soumise à un impôt équivalent à l’impôt sur les sociétés (IS), à condition que cette société remplisse les conditions qui lui permettrait d’être membre du groupe intégré si elle était établie en France (détention de son capital à 95%, exercice comptable identique…).


2/ Un BEPS français pour lutter contre l’évasion des bénéfices

Le reporting pays par pays a été adopté dans le cadre de la loi de finances pour 2016. La France met ainsi en application l’action 15 du plan BEPS de l’OCDE (BEPS pour Base erosion and profit shifting - érosion de la base d’imposition et transfert de bénéfices). Son but est de délivrer aux États des solutions pour éliminer les failles fiscales qui subsistent dans les règles actuelles. Désormais, les grandes entreprises devront fournir une sorte de cartographie de l’ensemble des pays où le groupe est implanté, indiquant systématiquement et pour chaque établissement : le chiffre d’affaires, le bénéfice avant impôts, le nombre d’employés, etc. Il s’agit ici de vérifier la cohérence des CA et des bénéfices et, in fine, de débusquer les éventuelles tentatives d’évasion. Si, dans la nuit précédant l’adoption du texte, un débat s’est tenu sur la possibilité de rendre ces données publiques, la décision a été prise de se contenter, dans la loi de finances pour 2016, d’une transmission des déclarations pays par pays à l’administration fiscale.


3/ Non prorogation de la contribution exceptionnelle d’IS

La contribution exceptionnelle d’IS, créée il y a 5 ans, est due au titre des exercices clos entre le 31 décembre 2011 et le 30 décembre 2016. Elle concerne les sociétés réalisant un chiffre d’affaires supérieur à 250 M€. Son taux est passé de 5 à 10,7% il y a 3 ans. Cette année, aucune mesure de prorogation n’est intervenue. Les entreprises qui clôturent avec l’année civile devront donc acquitter pour la dernière fois cette contribution exceptionnelle au titre de l’exercice 2015. Une bonne nouvelle qui montre qu’une contribution exceptionnelle peut ne pas être pérenne…

Aujourd’hui, le Conseil constitutionnel doit encore se prononcer sur la constitutionalité des dispositions adoptées.

Pour maîtriser les enjeux de ces nouvelles lois sur la gestion de l'entreprise, Francis Lefebvre Formation propose d'assister à sa conférence-débat « Actualité fiscale et loi de finances 2016 »*  qui aura lieu entre le 12 et le 22 janvier à Paris, Toulouse, Nantes, Lyon et Strasbourg.

*Assister à la conférence débat : http://www.flf.fr/formation-professionnelle/formation_actualite-fiscale-loi-finances-2014_2572.html

 

Soyez acteur de la finance responsable ! 

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

BE - Culture & Société
ABONNES
La nouvelle plateforme soClassiQ, un accès gratuit au répertoire de la musique classique et à l’opéra

Avec l'Intelligence Artificielle et la Data Science, soClassiQ met la musique classique à la portée du plus grand nombre et se positionne comme le site de référence en la matière. Après 2 ans de recherche et développement, la plateforme soClassiQ fait son entrée officielle dans le monde de la musique classique et de l'opéra. Grâce à la puissance de ses algorithmes et au travers d'une expérience utilisateur simple et épurée, soClassiQ donne accès :- à l'ensemble des œuvres du répertoire...

BE - Culture & Société
ABONNES
Les soft skills, des compétences déterminantes au cours des premiers mois de collaboration

Une étude* menée par le cabinet international de recrutement spécialisé Robert Half auprès de directeurs généraux (DG) et de directeurs financiers (DAF) révèle que 76% d'entre eux admettent avoir embauché un collaborateur qui ne s'intégrait pas à l'équipe.* Enquête réalisée auprès de 305 DG et 200 DAF en décembre 2017 en France. Les raisons évoquées et les mesures jugées les plus efficaces Rejoindre une organisation implique d'emblée de mettre en avant un panel de compétences à la fois...

BE - Culture & Société
ABONNES
« Solutions solidaires », plateforme de fabrique des solidarités nouvelles

Lancé par le Conseil départemental de la Gironde et ses partenaires, Alternatives économiques, l'Avise, la Fondation Jean-Jaurès, Harmonie mutuelle, Terra Nova, Up et Usbek & Rica, « solutions solidaires » c'est : - Une plateforme pour animer un large débat autour des solidarités nouvelles, et organiser un foisonnement d'idées, expériences et initiatives afin d'inventer ensemble les protections de demain.- Un rendez-vous annuel pour croiser, comparer et projeter vers l'avenir ces idées et ces...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Bruno Colmant, Degroof Petercam

« Nous devons retrouver une économie solidaire et basée sur l'intérêt général » Débats télévisés, émissions de radio, couvertures de presse : le livre de dialogue entre Bruno Colmant, chef économiste de Degroot Petercam, et le prêtre Eric de Beukelaer, ancien proche collaborateur du cardinal Lustiger à Rome, fait un carton en Belgique (1). Il est vrai que leur conversation aborde des sujets qui nous concernent tous, au croisement de la morale et de l'économie. « Le capitalisme anglo-saxon...