Connexion
/ Inscription
Mon espace

Les dirigeants des ETI confiants sur la compétitivité de leurs entreprises

BE - Entreprises & initiatives
ABONNÉS

Principaux enseignements du 4ème baromètre sur la compétitivité des Entreprises de Taille Intermédiaire (ETI) publié par Amundi, le METI et Option Finance.

1/ Une compétitivité qui continue de progresser :

Si 9 dirigeants d’ETI sur 10 estiment que leur entreprise est compétitive, 72% estiment même que leur compétitivité s’est améliorée au cours des 12 derniers mois (+ 5 pts vs vague 3). La principale raison invoquée chez 76% d’entre eux (+5 pts vs vague 3) est l’amélioration de la productivité, chiffre qui atteint 81% dans le secteur industriel, suivie de l’amélioration de la demande (pour 60% d’entre eux) qui se fait surtout sentir en Ile de France (69% vs 54% en province). S’agissant des dirigeants d’ETI dont la compétitivité s’est au contraire dégradée (1 sur 4), notons que les difficultés à recruter apparaissent désormais comme un facteur explicatif pour 31% d’entre eux (+16 pts vs vague 1).


2/ Un environnement juridique et fiscal toujours insatisfaisant mais qui tend à se stabiliser

Même si 57% des dirigeants d’ETI ressentent un alourdissement de la fiscalité hors impôts, ils ont le sentiment que le poids global de la fiscalité (taxes & impôts + hors impôts) se stabilise : 47% de dirigeants estiment que le niveau des taxes est resté stable ces 12 derniers mois, 48% qu’il s’est alourdi. Ce sentiment, constaté en vague 3, se confirme avec cette nouvelle vague.
73% des dirigeants d’ETI se sentent davantage en confiance dans leurs relations avec l’administration : il s’agit du meilleur taux de confiance, déjà obtenu en juin dernier, qui se maintient (+14 ptsvs vague 1).
En revanche, les dernières mesures gouvernementales peinent toujours à convaincre : que ce soit la Loi Macron, les mesures concernant l’investissement ou encore celles sur la simplification administrative, moins d’1 dirigeant d’ETI sur 2 pense qu’elles pourraient améliorer leur compétitivité (le niveau de confiance est plus élevé dans le secteur industriel à 59% vs 43% pour les services).
Néanmoins, 59% estiment que la mesure phare du rapport Combrexelle préconisant de régir l’essentiel du droit de travail par des accords d’entreprise permettrait d’améliorer la compétitivité de leur entreprises.


3/ Le financement n’étant pas un problème pour les ETI, les investissements se concentrent de plus en
plus sur les opérations de croissance externe

L’accès au financement est jugé aisé par 81% des ETI, indicateur en progression de +12 points depuis la 1ère vague de septembre 2014. Le secteur des services se distingue toujours sur cet aspect (85% vs 76% pour les ETI industrielles).
Même si la préservation du capital en matière de placement de trésorerie reste toujours la priorité pour 87% des dirigeants d’ETI (niveau stable depuis la vague 3), le financement du BFR (Besoin en Fonds de Roulement - 79%) et également la conservation de liquidités (66%) - pour une meilleure réactivité en cas d’opportunités - se confortent (+10pts vs janvier 2015).
Les priorités d’investissement restent cependant très différentes selon les secteurs : si la production (principalement le renouvellement de l’appareil productif) reste la priorité n° 1 pour 66% dans le secteur industriel, l’ensemble des postes (production, recherche & développement, marketing et communication, croissance externe et recrutement) sont quasiment au même niveau dans le secteur des services, avec une légère priorité au marketing et la communication pour 52%. A noter que la croissance externe est davantage prioritaire en Ile de France pour 54% vs 41%, et dans les ETI de taille moyenne


4/
Les collaborateurs de plus en plus associés à la performance de l’entreprise via l’épargne retraite

Même si on enregistre une grande stabilité dans les outils déjà mis en place dans les ETI comme la prévoyance (88%), les plans de formation (84%), et les primes individuelles (78%), la tendance est à la hausse pour l’épargne salariale à 68% (+10 pts vs 1ère vague) et l’épargne retraite à 46% (+16 pts vs vague 1).

En termes de projections, les ETI d’IIe de France se distinguent par leur dynamisme sur la mise en place des outils long terme, qu’il s’agisse d’épargne salariale (34%) ou de Plan d’épargne retraite (25%).

L’intégralité de ce Baromètre est accessible via :
http://www.asmep-eti.fr/wordpress/wp-content/uploads/2015/12/Barometre-competitivite-V4.pdf

 

Lectures du moment, tribunes d'experts, management et entrepreneuriat...

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
Etat des lieux du coworking en Ile-de-France

Accroissement du nombre de travailleurs indépendants, essor de la digitalisation et du télétravail, nouvelles générations plus mobiles et en quête d'autonomie… le coworking répond aux multiples enjeux posés par la transformation des modes de travail, ainsi qu'aux stratégies d'entreprises de plus en plus soucieuses de flexibilité... Le phénomène est en pleine expansion depuis 2015 sur le marché immobilier des bureaux. Knight Frank dresse le bilan de la situation en Ile-de-France. Un phénomène...

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
4 salariés sur 10 se plaignent d'un mauvais équilibre vie pro / vie perso

75% des salariés européens préfèrent garder bien distinctes et séparées leur vie professionnelle et leur vie personnelle, selon l'étude « Révélez vos talents » d'ADP (Automatic Data Processing). L'étude, qui a interrogé plus de 2 500 travailleurs en France, en Allemagne, en Italie, aux Pays-Bas et au Royaume Uni, a conclu que, malgré ces préférences, près d'un tiers (31%) de ces salariés ne pensent pas avoir un bon équilibre vie professionnelle - vie privée dans leur situation actuelle. Les...

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
Depuis 2017, les tensions géopolitiques augmentent les pertes associées au risque politique

Willis Towers Watson et Oxford Analytica publient leur enquête annuelle* sur le risque politique. Selon les résultats de cette enquête, les préoccupations géopolitiques grandissantes provoquent une augmentation des risques politiques. Ainsi 55% des entreprises internationales générant un CA supérieur à 1 Md$ ont vécu au moins une perte liée au risque politique supérieure à 100 M$. L'étude souligne par ailleurs le phénomène selon lequel les crises économiques vécues par les marchés émergents...

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
« GO ! Épargne entreprise », une offre d'épargne salariale pour les PME et les ETI

Lancée par le Groupe Henner, Cedrus Partners et Sanso IS, en partenariat avec l'assureur AXA, cette nouvelle offre se distingue par sa transparence et sa simplicité d'utilisation. Elle englobe 3 solutions d'investissement intégrant une composante liée au développement durable. Sans droits d'entrée ni frais de tenue de compte pour les salariés concernés, ce nouveau dispositif d'épargne salariale a pour vocation d'être clé en main pour les entreprises. Voté en première lecture à l'Assemblée en...