Connexion
/ Inscription
Mon espace

Le patrimoine français plébiscité par les investisseurs étrangers

BE - Entreprises & initiatives
ABONNÉS

Analyse de Cyril Kammoun, CEO de Degroof Petercam Finance

Au cours des derniers mois, les acquisitions d’entreprises françaises par des groupes ou fonds étrangers se sont multipliées. Notre pays regorge de marques et de savoir-faire très appréciés à l’international.

Mais le constat est sans appel : l’argent disponible pour les valoriser à leur juste mesure ne se trouve plus en France.
Au cours des dernières années, les acquisitions se sont multipliées, avec d’un côté de nombreuses entreprises familiales françaises mises en vente, de l’autre des acheteurs potentiels souvent venus de l’étranger et disposant de liquidités substantielles. Certains investisseurs, en provenance d’Asie notamment, sont prêts à payer des sommes importantes pour acquérir des marques emblématiques de notre patrimoine.
Notre patrimoine et notre savoir-faire séduisent en effet bien au-delà de nos frontières. Il est très difficile de créer une marque ex-nihilo et il faut des années pour réussir à l’imposer dans l’imaginaire collectif. Un investisseur désirant se construire un patrimoine préférera s’offrir une marque centenaire, entourée d’un prestige considérable et disposant d’un potentiel de développement prometteur dans un marché mondialisé. 

Des secteurs sont particulièrement concernés par ce mouvement de fonds : l’agroalimentaire, les vins et spiritueux avec une prédilection pour les vins de Bordeaux, de Bourgogne, le cognac et le Champagne, l’immobilier haut-de-gamme etc. Mais le mouvement dépasse le patrimoine traditionnel et touche tous les métiers, comme le tourisme ou la banque.
Les acheteurs sont chinois, indiens, brésiliens, ou viennent des Etats du Golfe même si dans l’univers technologique, ils restent le plus souvent américains. Il y a en effet un appétit significatif des investisseurs d’outre-Atlantique pour les valeurs internet, les biotechs ou encore les sociétés de technologie médicale. Dans ce domaine, les moyens financiers que les acteurs américains sont prêts à déployer s’avèrent supérieurs à ceux de leurs concurrents européens ou asiatiques.


Problème fiscal

La profusion d’opérations financières impliquant des entreprises françaises disposant d’une marque et/ou d’un savoir-faire reconnus n’est pas sans susciter des interrogations. La surface financière de ces investisseurs étrangers résulte en effet de l’absence d’une fiscalité confiscatoire dans de nombreux pays qui leur donne toute latitude pour acquérir des cibles en dehors de leurs frontières domestiques.
Se réapproprier notre patrimoine passe déjà par la prise de conscience de la valeur de celui-ci et une détermination plus grande pour réformer notre fiscalité et notre économie, condition indispensable pour enrayer l’hémorragie en cours. Au niveau européen, l’absence d’harmonisation fiscale et réglementaire reste également un frein considérable sur lequel il faudrait avancer.

En attendant, la France recèle de nombreuses start-up prometteuses, de jeunes entrepreneurs extrêmement talentueux. Malheureusement, le manque de capitaux disponibles pousse nombre d’entre eux à s’expatrier. Et le même manque d’argent amène notre patrimoine à tomber peu à peu dans l’escarcelle d’investisseurs étrangers. Un phénomène qui a tendance à s’accélérer.

https://degroofpetercam.com/

 

     

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
Etat des lieux du coworking en Ile-de-France

Accroissement du nombre de travailleurs indépendants, essor de la digitalisation et du télétravail, nouvelles générations plus mobiles et en quête d'autonomie… le coworking répond aux multiples enjeux posés par la transformation des modes de travail, ainsi qu'aux stratégies d'entreprises de plus en plus soucieuses de flexibilité... Le phénomène est en pleine expansion depuis 2015 sur le marché immobilier des bureaux. Knight Frank dresse le bilan de la situation en Ile-de-France. Un phénomène...

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
4 salariés sur 10 se plaignent d'un mauvais équilibre vie pro / vie perso

75% des salariés européens préfèrent garder bien distinctes et séparées leur vie professionnelle et leur vie personnelle, selon l'étude « Révélez vos talents » d'ADP (Automatic Data Processing). L'étude, qui a interrogé plus de 2 500 travailleurs en France, en Allemagne, en Italie, aux Pays-Bas et au Royaume Uni, a conclu que, malgré ces préférences, près d'un tiers (31%) de ces salariés ne pensent pas avoir un bon équilibre vie professionnelle - vie privée dans leur situation actuelle. Les...

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
Depuis 2017, les tensions géopolitiques augmentent les pertes associées au risque politique

Willis Towers Watson et Oxford Analytica publient leur enquête annuelle* sur le risque politique. Selon les résultats de cette enquête, les préoccupations géopolitiques grandissantes provoquent une augmentation des risques politiques. Ainsi 55% des entreprises internationales générant un CA supérieur à 1 Md$ ont vécu au moins une perte liée au risque politique supérieure à 100 M$. L'étude souligne par ailleurs le phénomène selon lequel les crises économiques vécues par les marchés émergents...

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
Mauvaises performances du marché mondial des fusions et acquisitions, sauf en Europe

Le marché mondial des fusions-acquisitions (M&A) a sous-performé pour un 4ème trimestre consécutif, selon les derniers résultats du Quarterly Deal Performance Monitor (QDPM), l'observatoire trimestriel des fusions-acquisitions de Willis Towers Watson. Les opérations évaluées entre 100 M$ et plus de 10 Mds$ ont sous-performé l'indice  mondial de 1,8 point (points de pourcentage) en moyenne sur les deux dernières années. Maud Mercier, directrice de l'activité Global Solutions and Services, au...