Connexion
/ Inscription
Mon espace

Comment un DAF trop strict peut nuire à l'entreprise

BE - Culture & Société
ABONNÉS

Ce que les Directeurs Administratifs et Financiers décident en termes d'investissement et de budget informatique pour soutenir leur entreprise, dépend étroitement de leur personnalité et de leur style de leadership, révèle l’étude internationale commissionnée par Epicor Software Corporation
Selon les réponses des DAFs questionnés sur leurs méthodes de travail et leur approche personnelle dans le processus de prise de décision, l'étude révèle 6 grands profils de décideurs :

- le Politique : 27%

- le Révolutionnaire 19%

- le Bienveillant : 19%

- le Chef d'Orchestre : 16%

- le Conservateur : 9%

- le Visionnaire : 9%

Les DAFs appartenant à la catégorie des révolutionnaires sont aussi liés aux entreprises rapportant les plus forts bénéfices : 72% déclarent faire des bénéfices contre 64% en moyenne. Les DAFs appartenant à la catégorie “conservateurs “ en revanche sont liés aux entreprises rapportant les bénéfices les plus faibles : seulement 56% des conservateurs déclarent faire des bénéfices contre 64% en moyenne.

Le Conservateur, rigide et strict, préfère les systèmes existants et ne se laisse pas influencer par les réputations et les personnalités au moment de prendre ses décisions - c'est le profil le moins enclin à reconnaître la nécessité de changer les infrastructures informatiques : seulement 14% pensent que leur système informatique devrait être mis à jour contre 32% en moyenne sur tout le panel des interrogés.
 
A l'opposé, le Révolutionnaire, ne craint pas d'altérer la culture et les structures d'entreprise si le besoin s'en fait sentir. Il aime se fixer des objectifs difficiles à atteindre et ambitieux. Son approche est moins structurée et il travaille souvent en marge des systèmes et processus formels, prenant des risques lorsque cela s'impose. Il est aussi plus critique que ses pairs vis-à-vis des TI utilisées par les services financiers de l'entreprise - 48% jugent leur infrastructure informatique inadaptée contre seulement 36% de leurs pairs. Peut-être un sentiment lié à leur caractère non-conformiste qui les pousse à improviser et chercher des données en dehors du cadre de l'entreprise.

Caractéristiques  observées chez les quatre autres profils de DAFs

Le Politique est le profil le plus répandu - rassemblant plus 27% des DAFs interrogés. Le DAF politique est un dirigeant prudent avec une approche méthodique et consensuelle. Il aime consulter ses collaborateurs sur les décisions importantes et préfère repousser une décision plutôt que de prendre le risque de commettre une erreur. Il est plus enclin que la moyenne à penser que la collaboration est un défi majeur à relever : 27% contre 22% en moyenne. De fait, il est plus susceptible de favoriser les investissements technologiques pour améliorer la collaboration au sein de l'entreprise.

Le Chef D'orchestre aime fixer des objectifs difficiles et ambitieux, aussi bien à son équipe qu'à lui-même. Il a aussi tendance à infléchir les règles et à travailler hors des systèmes et processus formels ainsi qu'à prendre des décisions basées sur son intuition plutôt qu'en fonction de données pures et dures : 54% contre 46%. Plutôt satisfaits des systèmes informatiques, les DAF chefs d'orchestre sont plus nombreux que leurs pairs à les juger faciles à utiliser : 35% contre 30%. La raison est peut-être qu'ils sont moins disposés à explorer les informations dans le détail et se contentent plus volontiers que la moyenne de données synthétiques et de vues d'ensemble.

Le Bienveillant préfère reporter une décision plutôt que de risquer de faire une erreur. L'étude montre que la plus grande préoccupation de ce profil est le manque de précision des données : ils sont 52% à en faire l'une de leurs deux priorités principales, contre 44% en moyenne. L'enquête révèle que les DAFs bienveillants s'inquiètent plus que la moyenne du manque d'informations pertinentes sur la performance financière de lignes de produits particulières : ils ne sont que 48% à penser disposer d'informations de qualité, contre 57% de leurs pairs en moyenne.
 
Le Visionnaire travaille hors des systèmes formels et prend volontiers ses décisions en s'appuyant sur son expérience et son intuition. Il s'inquiète de ne pas disposer de suffisamment de temps ou de ressources pour produire des éléments d'appréciation constructifs : 26% contre 18%. Il est plus enclin que ses pairs à considérer qu'à l'avenir les décisions devront plus souvent être collégiales : 23% contre 14% en moyenne. Ils reconnaissent la nécessité de changer les systèmes informatiques de leur entreprise dans un avenir proche. Ils sont 41% à considérer qu'une actualisation des systèmes s'impose, contre 32% de leurs pairs, et 27% à penser qu'ils devraient investir sans tarder dans de nouveaux systèmes, contre 17%.

* L'enquête, commissionnée en 2015 par Epicor Software, a été menée par Redshift Research auprès de plus de 1500 décideurs financiers dans 11 pays : Australie, Chine, France, Allemagne, Hong Kong, Mexique, Singapour, Suède, Royaume-Uni, Etats-Unis et au Canada.

www.epicor.com.

 

Lectures du moment, tribunes d'experts, management et entrepreneuriat...

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation