Connexion
/ Inscription
Mon espace

L’emploi rechute, mais les indicateurs financiers se stabilisent

BE - Culture & Société
ABONNÉS

La 60ème édition du Baromètre des TPE, l’enquête de conjoncture trimestrielle réalisée par l’IFOP pour le compte de Fiducial auprès des Très Petites Entreprises dresse une situation de l’emploi qui se dégrade à nouveau après une embellie. Dans une période qui reste délicate et où la réforme du code du travail se fait attendre, le gouvernement risque un vote sanction lors des élections régionales.

Le 3e trimestre aura connu une amélioration éphémère. Tous les indicateurs mesurant l'emploi et le moral, qui s’étaient redressés au mois de juillet, replongent. Des tensions réapparaissent sur le front de l’emploi avec une création nette d’emplois à -0,5 sur la période juillet-septembre (+0,5 sur la période avril-juin). Si les secteurs de l’industrie (+3) et du commerce (+5) connaissent un regain de recrutement, l’hôtellerie (-5) et les services aux particuliers (-7) sont en souffrance.

Commentaire de Jean-Marc Jaumouillé, Directeur des techniques professionnelles de Fiducial « Les embauches se situent dans la moyenne des 3èmes trimestres grâce, comme chaque année, à la signature des contrats d’apprentissage et en alternance. Un bon niveau de créations de postes, y compris en CDI, est à souligner mais il est malheureusement contrarié par un nombre de suppressions de postes encore jamais atteint depuis la création du Baromètre des TPE en 2000. Environ 1 employeur sur 8 a supprimé en moyenne 1,7 poste ».

Si l’indicateur de situation financière rechute de -4 points pour se situer à -17, ce score reste "honorable" puisque, hormis juillet 2015, il faut remonter 3 ans en arrière pour retrouver un niveau aussi "bon". De même, 26% (-6 points par rapport au 3ème trimestre) des patrons de TPE jugent la situation financière de leur entreprise préoccupante, le niveau le plus bas depuis juillet 2011.
En parallèle, la situation de trésorerie des TPE s’améliore sensiblement : 17% des patrons font état d’une trésorerie négative (résultat le plus bas depuis 3 ans) contre 23% en juillet et 32% se déclarent excédentaires.

Pour autant, 79% (+8 points) des chefs d’entreprise demeurent pessimistes sur le climat général des affaires en France, 53% (+4 points) se montrent négatifs pour leur propre activité et la confiance globale accordée au gouvernement Valls s’érode à nouveau de -4 points, à 19%.


COP 21 : l’écologie, une opportunité… et un handicap

La plupart des patrons de TPE perçoivent dans le sujet environnemental et écologique tant des opportunités de croissance et de réduction du chômage (68%) que le moyen de réduire la facture énergétique (70%). Ils jugent surtout les actions liées à l’enjeu environnemental urgentes (42%), ou pour le moins importantes (52%), nécessitant des réformes des modes de production et de consommation ainsi qu’une évolution des modes de vie sur le long terme.
Au niveau de leur entreprise, la prise en compte des problématiques environnementales occasionne selon 52% d’entre eux des contraintes administratives et/ou génère des surcoûts de production pour 40%.
36% des patrons de TPE veulent toutefois tirer profit des opportunités de développement de leur activité, auprès de clients actuels ou sur de nouveaux segments de marché. 43% ont également déjà entrepris, ou envisagent de mettre en œuvre (44%), des actions pour maîtriser leur consommation énergétique


La réforme du droit du travail : les patrons n’y croient pas

Alors qu’une réforme à minima du code du travail se profile, seuls 25% des patrons de TPE estiment qu’elle sera effective à court ou moyen terme. François Hollande a indiqué qu’il ne toucherait pas à la durée légale des 35 heures. Une décision qui va à l’encontre des attentes des chefs d’entreprise. En effet, 16% seulement se prononcent en faveur de son maintien, contre 38% pour un rehaussement à 37 ou 39 heures et 45% pour son abandon dans toutes les branches ou entreprises qui fixeraient par un accord collectif un autre pallier de déclenchement des heures supplémentaires


Les mesures du rapport Combrexellle ne remportent pas l’adhésion majoritaire des chefs d’entreprise :
- 44% jugent que la fusion des branches représentant moins de 5 000 salariés sera efficace pour les inciter à embaucher ;
- 36% sont pour la proposition par les branches d’accords clés en main pour les TPE, adoptés ensuite par référendum.


L’attractivité des territoires

- L’Île-de-France est la région qui apparaît économiquement la plus attractive aux yeux des patrons de TPE (36%).
- En seconde position on retrouve l’Auvergne et Rhône Alpes (12%) suivie de l’Aquitaine, Limousin et Poitou-Charentes (10%).
- En queue de peloton, on retrouve le Centre, la Bourgogne et Franche-Comté et la Corse (1%).


L’efficience du redécoupage des régions reste à démontrer.
Seuls 35% des dirigeants interrogés pensent que ce changement sera bénéfique pour l’attractivité de la région et son dynamisme économique. 51% pensent qu’il n’aura aucun effet.

Plus de résultats, retrouver l’étude via :
www.fiducial.fr et www.ifop.com

 

Lectures du moment, tribunes d'experts, management et entrepreneuriat...

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

BE - Culture & Société
ABONNES
La nouvelle plateforme soClassiQ, un accès gratuit au répertoire de la musique classique et à l’opéra

Avec l'Intelligence Artificielle et la Data Science, soClassiQ met la musique classique à la portée du plus grand nombre et se positionne comme le site de référence en la matière. Après 2 ans de recherche et développement, la plateforme soClassiQ fait son entrée officielle dans le monde de la musique classique et de l'opéra. Grâce à la puissance de ses algorithmes et au travers d'une expérience utilisateur simple et épurée, soClassiQ donne accès :- à l'ensemble des œuvres du répertoire...

BE - Culture & Société
ABONNES
Les soft skills, des compétences déterminantes au cours des premiers mois de collaboration

Une étude* menée par le cabinet international de recrutement spécialisé Robert Half auprès de directeurs généraux (DG) et de directeurs financiers (DAF) révèle que 76% d'entre eux admettent avoir embauché un collaborateur qui ne s'intégrait pas à l'équipe.* Enquête réalisée auprès de 305 DG et 200 DAF en décembre 2017 en France. Les raisons évoquées et les mesures jugées les plus efficaces Rejoindre une organisation implique d'emblée de mettre en avant un panel de compétences à la fois...

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
Plongée dans l’univers des investissements des entrepreneurs les plus accomplis

La 5ème édition de l'étude « Entrepreneurs BNP Paribas 2019 » de BNP Paribas Wealth Management publie les investissements privés préférés des investisseurs fortunés - les Entrepreneurs « Elite » - et les tendances qui façonnent leurs choix en matière d'allocation de leur portefeuille. Extrait de l'étude 1/ Les actions sont le premier choix de portefeuille des entrepreneurs Élite : en réagissant avec enthousiasme à la hausse des marchés boursiers, ils ont davantage investi en actions...

BE - Culture & Société
ABONNES
« Solutions solidaires », plateforme de fabrique des solidarités nouvelles

Lancé par le Conseil départemental de la Gironde et ses partenaires, Alternatives économiques, l'Avise, la Fondation Jean-Jaurès, Harmonie mutuelle, Terra Nova, Up et Usbek & Rica, « solutions solidaires » c'est : - Une plateforme pour animer un large débat autour des solidarités nouvelles, et organiser un foisonnement d'idées, expériences et initiatives afin d'inventer ensemble les protections de demain.- Un rendez-vous annuel pour croiser, comparer et projeter vers l'avenir ces idées et ces...