Connexion
/ Inscription
Mon espace

[Avis d’Expert] « Il faut revoir l’organisation des introductions en Bourse en France »

BE - Culture & Société
ABONNÉS

Par Jérôme Laurre, Managing Partner chez Degroof Petercam Finance

Après Deezer et Oberthur Technologies, il est urgent de s’interroger sur l’échec de ces introductions. Il est également temps de faire des propositions pour éviter que de telles déconvenues, qui ternissent les réputations des sociétés concernées, ne se reproduisent.
Dans des marchés actions plutôt bien orientés, des entreprises françaises aussi performantes et prometteuses que Deezer et Oberthur ont été contraintes d’ajourner leur introduction en Bourse (IPO) tandis que Showroomprivé a réalisé la sienne avec un résultat mitigé. Seul Amundi, fort de sa surface financière, a véritablement convaincu les investisseurs. Le constat est néanmoins amer pour la Place de Paris et amène à s’interroger.

Il est vrai que les investisseurs ont été refroidis par deux « chocs » ayant déstabilisé les marchés au cours des derniers mois : la crise grecque au début de l’été et la Chine au mois d’août. Alors que la fin de l’année approche, l’aversion au risque augmente et certains opérateurs ne veulent pas remettre en cause les performances acquises malgré ces chocs. Si la volatilité a tendance à s’estomper, il a suffi que Gemalto, le concurrent d’Oberthur Technologies, annonce des résultats décevants dans plusieurs de ses métiers pour créer la défiance autour de la société française. De son côté, Deezer a été victime des mauvais résultats du site américain Pandora Media. Oberthur et Deezer ont ainsi subi des dommages collatéraux malgré des fondamentaux solides et attractifs. Showroomprivé a pu, pour sa part, s’introduire en Bourse car la valeur n’a pas été impactée négativement par une mauvaise nouvelle touchant une entreprise de son secteur.
Les investisseurs font preuve d’une sélectivité accrue après une vague d’introductions de valeurs technologiques et des chocs économiques d’une ampleur certaine. D’autant qu’une entreprise qui veut s’introduire en Bourse doit franchir un parcours du combattant.


Engager une réflexion pour raccourcir les délais

Il convient de lancer une réflexion globale sur ce sujet. Que constate-t-on en effet ? Le délai entre le dépôt du prospectus d’introduction auprès de l’AMF et le lancement de l’opération peut atteindre 3 mois. Il serait pertinent de raccourcir cette période. Les obligations demandées à ces entreprises sont compréhensibles, car elles permettent de recueillir des informations les plus exhaustives possibles et de protéger les futurs actionnaires. Mais un processus trop long peut avoir des conséquences très dommageables pour ces prétendants.
Afin d’améliorer le pilotage de ce type d’opérations, il pourrait s’avérer judicieux d’encourager les contacts en amont entre la société candidate à l’IPO et un panel restreint d’investisseurs influents qui s’engageraient à souscrire lors de l’introduction. Cela réduirait le risque de marché lié à ce processus administratif excessivement long.

La mise en place de dispositifs mieux adaptés à la volatilité des marchés pourrait éviter à l’avenir de telles déconvenues, qui finissent par ternir la réputation des sociétés et de leurs dirigeants. L’échec d’une IPO peut être très préjudiciable pour une entreprise sur le plan de sa réputation et plus particulièrement vis-à-vis de ses actionnaires, collaborateurs, clients et fournisseurs. Or, ces échecs tiennent davantage à l’environnement de marché qu’à la qualité de l’entreprise en elle-même.

https://degroofpetercam.com/


 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

BE - Culture & Société
ABONNES
La nouvelle plateforme soClassiQ, un accès gratuit au répertoire de la musique classique et à l’opéra

Avec l'Intelligence Artificielle et la Data Science, soClassiQ met la musique classique à la portée du plus grand nombre et se positionne comme le site de référence en la matière. Après 2 ans de recherche et développement, la plateforme soClassiQ fait son entrée officielle dans le monde de la musique classique et de l'opéra. Grâce à la puissance de ses algorithmes et au travers d'une expérience utilisateur simple et épurée, soClassiQ donne accès :- à l'ensemble des œuvres du répertoire...

BE - Culture & Société
ABONNES
Les soft skills, des compétences déterminantes au cours des premiers mois de collaboration

Une étude* menée par le cabinet international de recrutement spécialisé Robert Half auprès de directeurs généraux (DG) et de directeurs financiers (DAF) révèle que 76% d'entre eux admettent avoir embauché un collaborateur qui ne s'intégrait pas à l'équipe.* Enquête réalisée auprès de 305 DG et 200 DAF en décembre 2017 en France. Les raisons évoquées et les mesures jugées les plus efficaces Rejoindre une organisation implique d'emblée de mettre en avant un panel de compétences à la fois...

BE - Culture & Société
ABONNES
« Solutions solidaires », plateforme de fabrique des solidarités nouvelles

Lancé par le Conseil départemental de la Gironde et ses partenaires, Alternatives économiques, l'Avise, la Fondation Jean-Jaurès, Harmonie mutuelle, Terra Nova, Up et Usbek & Rica, « solutions solidaires » c'est : - Une plateforme pour animer un large débat autour des solidarités nouvelles, et organiser un foisonnement d'idées, expériences et initiatives afin d'inventer ensemble les protections de demain.- Un rendez-vous annuel pour croiser, comparer et projeter vers l'avenir ces idées et ces...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Bruno Colmant, Degroof Petercam

« Nous devons retrouver une économie solidaire et basée sur l'intérêt général » Débats télévisés, émissions de radio, couvertures de presse : le livre de dialogue entre Bruno Colmant, chef économiste de Degroot Petercam, et le prêtre Eric de Beukelaer, ancien proche collaborateur du cardinal Lustiger à Rome, fait un carton en Belgique (1). Il est vrai que leur conversation aborde des sujets qui nous concernent tous, au croisement de la morale et de l'économie. « Le capitalisme anglo-saxon...