Connexion
/ Inscription
Mon espace

Rock and (pre)Roll : la vidéo bouscule les stratégies digitales

BE - Entreprises & initiatives
ABONNÉS

Par Arthur Kannas, CEO du groupe de communication digital, heaven

A l’ombre du mastodonte Youtube, c’est déjà plus de 4 milliards de vidéos qui sont visionnées chaque jour sur Facebook. La vidéo est désormais un format incontournable pour toute campagne de communication sur les réseaux sociaux et agences comme annonceurs l’ont bien compris. Mais cette transformation doit amener une remise en question des méthodes sur des plans divers : mesure de la performance, adaptation aux plates-formes mais aussi gestion des budgets.

Le format préféré des plates-formes
Au-delà de notre appétence naturelle pour l’image, l’explosion du nombre de vidéos sur Internet a été rendue possible par la démocratisation des techniques de capture, la multiplication des écrans, l’augmentation du débit et la généralisation de l’Internet illimité. Mais cette explosion a également été encouragée par les plates-formes sociales qui voient dans ce format un moyen idéal de placer des publicités tout en augmentant le temps moyen de connexion à leur service. Au risque de transformer Internet en une usine à prérolls, la vidéo est donc favorisée par les algorithmes qui déterminent le contenu des fils d’actualité.

Des contenus au cœur des campagnes multicanales
Du point de vue des annonceurs, la vidéo est un medium extrêmement engageant qui génère facilement de l’interaction entre les marques et leurs clients. Ce format a également l’avantage de s’adapter facilement à tous les types d’écran : les campagnes social media peuvent ainsi simplement (et parfois malheureusement) reprendre en pre- et post-roll les spots télévisés tout en adressant également les audiences mobiles. Combinés aux capacités de ciblage propres aux réseaux sociaux, ces avantages font de la vidéo en ligne un outil particulièrement attractif pour les marques. Selon une étude Bright Roll Agency réalisée cette année, 72% des annonceurs considèrent que les publicités vidéo sur Internet sont autant ou plus efficaces que les campagnes TV et 64% d’entre eux déclarent que le contenu vidéo va dominer leur stratégie de communication.

Les producteurs de contenu aussi s’adaptent au social media
Cette généralisation de la vidéo sur les réseaux sociaux a mené au développement de nombreux savoir-faire visant à l’adaptation du contenu aux plates-formes. Sur Facebook, l’autoplay des vidéos sans son a ainsi encouragé la création de vidéos sous-titrées ou assez explicites pour être comprises via l’image seulement. L’augmentation du nombre de vidéos visionnées sur mobile pousse également les producteurs de contenus à privilégier souvent un format court et parfois même un format vertical.

Seulement voilà, dans cette ambiance festive où les besoins vidéo explosent, il y a bien un élément qui lui malheureusement ne varie pas : le budget des annonceurs. La vidéo est un format coûteux et les budgets ne peuvent augmenter exponentiellement. Un modèle vertueux et « industriel » reste donc à trouver, pour passer du brand content « blockbuster » rare, épique et mémorable, au snackingcontent, fréquent, court mais délicieux. C’est la philosophie par exemple des socialmotions, une stratégie de production vidéo mise en place en agence. Elle se base sur des vidéos très courtes, proches d’un gif ou d’un vine, tirées de l’ensemble des contenus préexistants : spots TV, publicités long format diffusées en pre-roll, etc. Ces vidéos sont conçues de façon à être efficaces sur les réseaux et à délivrer un message clair en quelques secondes.

Cette stratégie permet de réduire les coûts de production des campagnes vidéo en revalorisant par des procédés d’édition intelligents les contenus de la marque. Le budget associé à une vidéo de format moyen peut ainsi être alloué à la production de dix vidéos de format court particulièrement adaptées aux modes de visionnage sur les plates-formes sociales. 

Montage, découpage, mixage, sous-titrage et recyclage, autant d’adages qui vont probablement nous permettre de réconcilier des formats vidéo couteux avec des budgets statiques. Avec les plateformes sociales, la vidéo s’est prise une Gif.

http://heaven.fr/


Lectures du moment, tribunes d'experts, management et entrepreneuriat...

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
Esteval Infos - 8 février 2019

Au sommaire de nos publications cette semaine, 58 articles (accès libre et accès abonnés) dont : Lancement du fonds Candriam Equities L Oncology Impact Dette émergente : une classe d'actifs attrayante pour 2019 Comme chaque mois, retrouvez nos sélections de produits d'investissement : Notre liste de fonds de boutiques revient en territoire positif Notre liste diversifiée rebondit de 2,3 % sur un mois       Une fin d'année 2018 solide pour le marché locatif des bureaux...

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
Nominations professionnels du droit

Bernard Cendrier, Senior Advisor opérationnel chez Deloitte Corporate Finance Il apporte à l'équipe animée par Charles Bédier son expertise et sa connaissance, notamment des secteurs de la chimie, du facility management et de l'énergie. Fort d'une expérience de plus de 30 ans, Bernard Cendrier a occupé différentes fonctions de direction chez Gaz de France, Estampille SA, Engie, Desk Finance M&A et Rhodia. En 2008, après la reprise de Rhodia par Solvay, il devient Directeur des Fusions &...

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
Manifeste pour un meilleur dialogue entre organismes de notation extra-financière et entreprises

Le Medef et l'Afep*, en partenariat avec le Cliff** et le C3D***, prônent la mise en place d'un meilleur dialogue entre organismes de notation extra-financière et entreprises évaluées. Une grande enquête a été menée par les 4 partenaires auprès de 58 entreprises du SBF 120 - dont 27 du CAC 40 - afin d'évaluer, de façon anonyme, les pratiques des principaux organismes de notation de la politique RSE des entreprises. Sur la base des résultats, le Medef et l'Afep, en partenariat avec le Cliff et...

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
Affacturage : Factofrance accompagne ses clients aux Etats-Unis

Complémentaire à un contrat d'affacturage français ou Paneuropéen, cette offre proposée par Factofrance, acteur dans le secteur de l'affacturage en France, permet aux entreprises éligibles de financer le développement de leurs filiales américaines Les Etats-Unis est un pays d'implantation privilégié des entreprises françaises, où ces dernières réalisent 16% de leur chiffre d'affaires, soit 203 Mds€. Viennent ensuite l'Allemagne avec 117 Mds€ et le Royaume-Uni avec 108 Mds€. Les Etats-Unis...