Connexion
/ Inscription
Mon espace

Rock and (pre)Roll : la vidéo bouscule les stratégies digitales

BE - Entreprises & initiatives
ABONNÉS

Par Arthur Kannas, CEO du groupe de communication digital, heaven

A l’ombre du mastodonte Youtube, c’est déjà plus de 4 milliards de vidéos qui sont visionnées chaque jour sur Facebook. La vidéo est désormais un format incontournable pour toute campagne de communication sur les réseaux sociaux et agences comme annonceurs l’ont bien compris. Mais cette transformation doit amener une remise en question des méthodes sur des plans divers : mesure de la performance, adaptation aux plates-formes mais aussi gestion des budgets.

Le format préféré des plates-formes
Au-delà de notre appétence naturelle pour l’image, l’explosion du nombre de vidéos sur Internet a été rendue possible par la démocratisation des techniques de capture, la multiplication des écrans, l’augmentation du débit et la généralisation de l’Internet illimité. Mais cette explosion a également été encouragée par les plates-formes sociales qui voient dans ce format un moyen idéal de placer des publicités tout en augmentant le temps moyen de connexion à leur service. Au risque de transformer Internet en une usine à prérolls, la vidéo est donc favorisée par les algorithmes qui déterminent le contenu des fils d’actualité.

Des contenus au cœur des campagnes multicanales
Du point de vue des annonceurs, la vidéo est un medium extrêmement engageant qui génère facilement de l’interaction entre les marques et leurs clients. Ce format a également l’avantage de s’adapter facilement à tous les types d’écran : les campagnes social media peuvent ainsi simplement (et parfois malheureusement) reprendre en pre- et post-roll les spots télévisés tout en adressant également les audiences mobiles. Combinés aux capacités de ciblage propres aux réseaux sociaux, ces avantages font de la vidéo en ligne un outil particulièrement attractif pour les marques. Selon une étude Bright Roll Agency réalisée cette année, 72% des annonceurs considèrent que les publicités vidéo sur Internet sont autant ou plus efficaces que les campagnes TV et 64% d’entre eux déclarent que le contenu vidéo va dominer leur stratégie de communication.

Les producteurs de contenu aussi s’adaptent au social media
Cette généralisation de la vidéo sur les réseaux sociaux a mené au développement de nombreux savoir-faire visant à l’adaptation du contenu aux plates-formes. Sur Facebook, l’autoplay des vidéos sans son a ainsi encouragé la création de vidéos sous-titrées ou assez explicites pour être comprises via l’image seulement. L’augmentation du nombre de vidéos visionnées sur mobile pousse également les producteurs de contenus à privilégier souvent un format court et parfois même un format vertical.

Seulement voilà, dans cette ambiance festive où les besoins vidéo explosent, il y a bien un élément qui lui malheureusement ne varie pas : le budget des annonceurs. La vidéo est un format coûteux et les budgets ne peuvent augmenter exponentiellement. Un modèle vertueux et « industriel » reste donc à trouver, pour passer du brand content « blockbuster » rare, épique et mémorable, au snackingcontent, fréquent, court mais délicieux. C’est la philosophie par exemple des socialmotions, une stratégie de production vidéo mise en place en agence. Elle se base sur des vidéos très courtes, proches d’un gif ou d’un vine, tirées de l’ensemble des contenus préexistants : spots TV, publicités long format diffusées en pre-roll, etc. Ces vidéos sont conçues de façon à être efficaces sur les réseaux et à délivrer un message clair en quelques secondes.

Cette stratégie permet de réduire les coûts de production des campagnes vidéo en revalorisant par des procédés d’édition intelligents les contenus de la marque. Le budget associé à une vidéo de format moyen peut ainsi être alloué à la production de dix vidéos de format court particulièrement adaptées aux modes de visionnage sur les plates-formes sociales. 

Montage, découpage, mixage, sous-titrage et recyclage, autant d’adages qui vont probablement nous permettre de réconcilier des formats vidéo couteux avec des budgets statiques. Avec les plateformes sociales, la vidéo s’est prise une Gif.

http://heaven.fr/


Lectures du moment, tribunes d'experts, management et entrepreneuriat...

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
Etat des lieux du coworking en Ile-de-France

Accroissement du nombre de travailleurs indépendants, essor de la digitalisation et du télétravail, nouvelles générations plus mobiles et en quête d'autonomie… le coworking répond aux multiples enjeux posés par la transformation des modes de travail, ainsi qu'aux stratégies d'entreprises de plus en plus soucieuses de flexibilité... Le phénomène est en pleine expansion depuis 2015 sur le marché immobilier des bureaux. Knight Frank dresse le bilan de la situation en Ile-de-France. Un phénomène...

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
4 salariés sur 10 se plaignent d'un mauvais équilibre vie pro / vie perso

75% des salariés européens préfèrent garder bien distinctes et séparées leur vie professionnelle et leur vie personnelle, selon l'étude « Révélez vos talents » d'ADP (Automatic Data Processing). L'étude, qui a interrogé plus de 2 500 travailleurs en France, en Allemagne, en Italie, aux Pays-Bas et au Royaume Uni, a conclu que, malgré ces préférences, près d'un tiers (31%) de ces salariés ne pensent pas avoir un bon équilibre vie professionnelle - vie privée dans leur situation actuelle. Les...

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
Depuis 2017, les tensions géopolitiques augmentent les pertes associées au risque politique

Willis Towers Watson et Oxford Analytica publient leur enquête annuelle* sur le risque politique. Selon les résultats de cette enquête, les préoccupations géopolitiques grandissantes provoquent une augmentation des risques politiques. Ainsi 55% des entreprises internationales générant un CA supérieur à 1 Md$ ont vécu au moins une perte liée au risque politique supérieure à 100 M$. L'étude souligne par ailleurs le phénomène selon lequel les crises économiques vécues par les marchés émergents...

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
Mauvaises performances du marché mondial des fusions et acquisitions, sauf en Europe

Le marché mondial des fusions-acquisitions (M&A) a sous-performé pour un 4ème trimestre consécutif, selon les derniers résultats du Quarterly Deal Performance Monitor (QDPM), l'observatoire trimestriel des fusions-acquisitions de Willis Towers Watson. Les opérations évaluées entre 100 M$ et plus de 10 Mds$ ont sous-performé l'indice  mondial de 1,8 point (points de pourcentage) en moyenne sur les deux dernières années. Maud Mercier, directrice de l'activité Global Solutions and Services, au...