Connexion
/ Inscription
Mon espace

Projet de loi de finances 2016 : Les obligations de conservation des « Investissements PME » assouplies ?

BE - Entreprises & initiatives
ABONNÉS

Par Eugénie Berthet, Avocate associée au pôle Fiscalité, Pinsent Masons.

L’investissement dans les PME permet de bénéficier d’une réduction d’IR ou d’ISF dès lors que cette participation est conservée directement ou indirectement pendant au moins 5 ans par l’investisseur (« Investissements PME », codifiés sous les articles 199 terdecies-0 A et 885-0 V bis du Code général des impôts). Un amendement vient d’être adopté dans le cadre des débats sur le projet de loi de finances 2016 afin d’assouplir davantage les obligations de détention de ces Investissements PME.

Pour mémoire, la loi pour la croissance, l’activité et l’égalité des chances économiques du 6 août 2015 (loi « Macron ») avait déjà assoupli les obligations de détention attachées aux Investissements PME. En effet, conformément à la loi Macron, le non-respect de la condition de détention n’entraîne plus la remise en cause de l’avantage fiscal, sous certaines conditions, en cas de cessions de titres résultant :
- De fusion ou de scission de la PME bénéficiaire de la souscription
- D’annulation des titres de la PME pour cause de pertes
- D’une cession stipulée obligatoire par un pacte d’associés ou d’actionnaires
- D’une offre publique d’échange.

L’amendement n°I-CF362 propose d’assouplir encore davantage la condition de détention : ainsi, l’investisseur ne remettrait pas en cause la réduction d’impôt initialement obtenue en cas de cession avant le terme des 5 ans. Cet assouplissement concernerait :  
- Les cessions obligatoires du fait de l’application d’un pacte d’associés ou d’actionnaire intervenant dans les deux ans de la souscription (ie, les cessions collectives)
- Les cessions intervenant plus de deux ans après la souscription et cela quelle que soit la cause de la cession (ie, les cessions individuelles).

Dans ces deux cas de cessions prématurées, la réduction d’ISF ou d’IR pourrait être maintenue sous condition de réinvestissement du produit net de la cession (ie, prix de cession moins les impôts de plus-values) dans une autre PME éligible dans un délai de 12 mois et de conservation des nouveaux titres ainsi souscrits jusqu’au terme des 5 ans. Cet assouplissement nous semble pertinent et salutaire. S’il est voté, il permettrait au contribuable de procéder à des arbitrages sur ses investissements PME, dès la 3ème année, quitte à réinvestir dans d’autres PME. Il permettrait notamment de limiter les recours aux annulations de titres de PME pour cause de pertes puisque l’actionnaire pourrait céder et réinvestir, sans être pénalisé.

http://www.pinsentmasons.com/

 

Lectures du moment, tribunes d'experts, management et entrepreneuriat...

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
Etat des lieux du coworking en Ile-de-France

Accroissement du nombre de travailleurs indépendants, essor de la digitalisation et du télétravail, nouvelles générations plus mobiles et en quête d'autonomie… le coworking répond aux multiples enjeux posés par la transformation des modes de travail, ainsi qu'aux stratégies d'entreprises de plus en plus soucieuses de flexibilité... Le phénomène est en pleine expansion depuis 2015 sur le marché immobilier des bureaux. Knight Frank dresse le bilan de la situation en Ile-de-France. Un phénomène...

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
4 salariés sur 10 se plaignent d'un mauvais équilibre vie pro / vie perso

75% des salariés européens préfèrent garder bien distinctes et séparées leur vie professionnelle et leur vie personnelle, selon l'étude « Révélez vos talents » d'ADP (Automatic Data Processing). L'étude, qui a interrogé plus de 2 500 travailleurs en France, en Allemagne, en Italie, aux Pays-Bas et au Royaume Uni, a conclu que, malgré ces préférences, près d'un tiers (31%) de ces salariés ne pensent pas avoir un bon équilibre vie professionnelle - vie privée dans leur situation actuelle. Les...

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
Depuis 2017, les tensions géopolitiques augmentent les pertes associées au risque politique

Willis Towers Watson et Oxford Analytica publient leur enquête annuelle* sur le risque politique. Selon les résultats de cette enquête, les préoccupations géopolitiques grandissantes provoquent une augmentation des risques politiques. Ainsi 55% des entreprises internationales générant un CA supérieur à 1 Md$ ont vécu au moins une perte liée au risque politique supérieure à 100 M$. L'étude souligne par ailleurs le phénomène selon lequel les crises économiques vécues par les marchés émergents...

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
« GO ! Épargne entreprise », une offre d'épargne salariale pour les PME et les ETI

Lancée par le Groupe Henner, Cedrus Partners et Sanso IS, en partenariat avec l'assureur AXA, cette nouvelle offre se distingue par sa transparence et sa simplicité d'utilisation. Elle englobe 3 solutions d'investissement intégrant une composante liée au développement durable. Sans droits d'entrée ni frais de tenue de compte pour les salariés concernés, ce nouveau dispositif d'épargne salariale a pour vocation d'être clé en main pour les entreprises. Voté en première lecture à l'Assemblée en...