Connexion
/ Inscription
Mon espace

Cloud hybride, gare, à la réputation !

BE - Entreprises & initiatives
ABONNÉS

Le Cloud Computing va provoquer un véritable séisme dans le secteur informatique et certains acteurs historiques espèrent sauver leurs acquis en communicant sur une vision qui leur est très personnelle du Cloud hybride.

 Avec l’essor des solutions de stockage dans le Cloud, avec l’arrivée d’offres Iaas (Infrastructures as a Service) performantes à faible coût, le Cloud Computing est en train de changer la donne sur le marché informatique. Les DSI considèrent de plus en plus le Cloud comme la meilleure alternative à l’achat et à la maintenance de serveurs dans leurs murs et, pour certaines applications comme le CRM, le Cloud s’est imposé comme la norme en vigueur. Une bonne nouvelle pour les entreprises et les budgets informatiques, une bonne nouvelle pour les DSI qui vont pouvoir consacrer leurs ressources davantage aux nouveaux projets et moins de ressources pour le « run », cette gestion de l’existant si couteuse pour les entreprises.

 Le cloud hybride, un moyen pour les fournisseurs de maintenir l’emprise sur leurs clients ?

 Ce basculement vers le Cloud est inéluctable et ce n’est pas sans conséquences tant pour les acteurs de l’informatique traditionnelle. Incapables de lutter contre le sens de l’histoire, ceux-ci ont dû se résoudre plus ou moins rapidement à lancer à leur tour leurs propres services Cloud. C’est le moyen qu’ils ont trouvé pour ne pas perdre tout à fait leurs clients « historiques », un moyen aussi de leur proposer d’autres services. Cette stratégie, ils l’ont maquillée sous le terme de Cloud hybride. Leur idée est simple : continuer à fournir des serveurs traditionnels, leur associer des services Cloud complémentaires et proposer une console d’administration pseudo-unifiée pour gérer l’ensemble. Du fait de leur poids sur le marché, ils se permettent de redéfinir ce qu’est le Cloud hybride. Ils se livrent à une véritable préemption du terme afin de garantir le « vendor lock-in », cette emprise qu’ils exercent sur leurs clients depuis des dizaines d’années. Un verrouillage du marché qui est tout autant pratiqué par d’autres acteurs de l’informatique traditionnelle, tels les grossistes. Contraints de réinventer leur business model face à des clients qui se détournent du matériel au profit du service, ils répliquent leur modèle du passé. Sans avoir ni les compétences ni les infrastructures, ils mettent en place une offre parcellaire et très sélective, uniquement basée sur leurs accords commerciaux passés et donc pas nécessairement en phase avec les attentes réelles du client final.

 Or, le Cloud hybride n’est en rien une prolongation de pratiques aujourd’hui datées. Le Cloud hybride, c’est bien plus être capable de faire coexister une infrastructure legacy avec des technologies plus modernes. Le Cloud devient une extension du datacenter de l’entreprise. Elle va pouvoir étendre les capacités de son infrastructure interne avec un Cloud public ou privé externe sans remettre en question son existant.

 Le Cloud hybride tel que nous le concevons chez Aruba, ce n’est pas s’appuyer sur un fournisseur unique, ce n’est en aucun cas le concept figé tel que les fournisseurs historiques tentent d’imposer.

 Une Cloud, c’est avant tout s’appuyer sur des standards

 Pour profiter des vrais avantages du Cloud Computing, il faut avant tout privilégier des offres souples, adaptées au contexte et aux contraintes de chaque client. Quand une entreprise choisit un service Cloud, elle doit opter pour un fournisseur ouvert aux standards du marché. C’est uniquement comme cela qu’elle pourra profiter à plein de la souplesse et de l‘adaptabilité du Cloud et faire sauter ce « vendor lock-in » que font peser sur elle ses fournisseurs depuis des décennies.

C’est la raison pour laquelle certaines offres Cloud s’appuient tant sur les offres VMware, la plateforme de virtualisation la plus utilisée par les entreprises, que sur Hyper-V la solution Microsoft ou encore Hyper-V low cost. C’est le fait d’être agnostiques en termes de technologies, d’être multi-hyperviseurs, qui nous permet aujourd’hui d’apporter cette souplesse à nos clients, ce n’est que comme cela que l’on peut assurer une garantie de portabilité et de réversibilité. Faire le choix des standards du marché, c’est le seul moyen pour une entreprise, et tout particulièrement pour une PME dont les ressources techniques sont les plus modestes, de pouvoir tirer profit du Cloud tant dans une approche hybride que 100% externalisée.

 La localisation d’un Datacenter a toute son importance

 Autre critère à prendre en compte pour un projet de Cloud hybride comme pour un projet 100% Cloud, c’est la proximité avec son fournisseur. Le discours ambiant des fournisseurs de Cloud américains, notamment, c’est de dire que les distances ne comptent plus, que le Cloud abolit toute notion de localisation. C’est faux, tant sur le plan des performances réseau que sur la qualité du support offert.

 Quant aux garanties liées à la confidentialité des données, l’actualité a montré les limites de leurs promesses. Outre les gains en performances réseau, choisir un opérateur d’infrastructure de Cloud européen a de vraies conséquences tant techniques que juridiques. C’est comme cela que nous concevons le Cloud Hybride.

 Eric Sansonny, Directeur Général Aruba Cloud

Lire la suite...


Articles en relation

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
Etat des lieux du coworking en Ile-de-France

Accroissement du nombre de travailleurs indépendants, essor de la digitalisation et du télétravail, nouvelles générations plus mobiles et en quête d'autonomie… le coworking répond aux multiples enjeux posés par la transformation des modes de travail, ainsi qu'aux stratégies d'entreprises de plus en plus soucieuses de flexibilité... Le phénomène est en pleine expansion depuis 2015 sur le marché immobilier des bureaux. Knight Frank dresse le bilan de la situation en Ile-de-France. Un phénomène...

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
4 salariés sur 10 se plaignent d'un mauvais équilibre vie pro / vie perso

75% des salariés européens préfèrent garder bien distinctes et séparées leur vie professionnelle et leur vie personnelle, selon l'étude « Révélez vos talents » d'ADP (Automatic Data Processing). L'étude, qui a interrogé plus de 2 500 travailleurs en France, en Allemagne, en Italie, aux Pays-Bas et au Royaume Uni, a conclu que, malgré ces préférences, près d'un tiers (31%) de ces salariés ne pensent pas avoir un bon équilibre vie professionnelle - vie privée dans leur situation actuelle. Les...

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
Depuis 2017, les tensions géopolitiques augmentent les pertes associées au risque politique

Willis Towers Watson et Oxford Analytica publient leur enquête annuelle* sur le risque politique. Selon les résultats de cette enquête, les préoccupations géopolitiques grandissantes provoquent une augmentation des risques politiques. Ainsi 55% des entreprises internationales générant un CA supérieur à 1 Md$ ont vécu au moins une perte liée au risque politique supérieure à 100 M$. L'étude souligne par ailleurs le phénomène selon lequel les crises économiques vécues par les marchés émergents...

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
Mauvaises performances du marché mondial des fusions et acquisitions, sauf en Europe

Le marché mondial des fusions-acquisitions (M&A) a sous-performé pour un 4ème trimestre consécutif, selon les derniers résultats du Quarterly Deal Performance Monitor (QDPM), l'observatoire trimestriel des fusions-acquisitions de Willis Towers Watson. Les opérations évaluées entre 100 M$ et plus de 10 Mds$ ont sous-performé l'indice  mondial de 1,8 point (points de pourcentage) en moyenne sur les deux dernières années. Maud Mercier, directrice de l'activité Global Solutions and Services, au...