Connexion
/ Inscription
Mon espace

Impact de VW sur l’économie allemande

BE - Culture & Société
ABONNÉS

Le point avec Maxime Alimi, Recherche & Stratégie d’investissement chez AXA

Le scandale Volkswagen (VW) a déjà fait trembler les marchés, mais ses implications pour l’économie allemande seront plus longues à apparaitre. En estimer l’impact soulève deux difficultés. L’étendue du choc, d’abord : s’il est certain que VW encoure des pertes financières et de réputation qui l’affecteront longtemps, il est possible que le choc aille plus loin, touchant l’ensemble de la technologie diesel, voire l’ensemble de l’industrie automobile allemande en cas de défiance des consommateurs, voire même le ‘Made in Germany’ dans son ensemble. La seconde difficulté est d’estimer les effets induits sur l’ensemble de l’économie par un choc affectant l’industrie automobile. Comme cette dernière est au cœur de l’ensemble du complexe industriel allemand où elle trouve beaucoup de ses fournisseurs, l’effet multiplicateur peut être important.

Pour mesurer les enchaînements macroéconomiques, nous partons des données statistiques de la matrice d’input-output (dite de Leontieff) allemande. Celle-ci indique un multiplicateur très élevé, de 1,6 : une baisse d’activité de 1% dans l’automobile entraine mécaniquement une perte de 1,6% pour l’économie dans son ensemble. A ne considérer que la part de l’automobile dans l’économie (3%), on sous-estimerait gravement son poids économique réel (près de 5%). Nous envisageons ensuite 3 scénarios :
- Le 1er ne touchant que VW, avec une baisse des ventes de 10% sur le marché domestique et de 20% sur les marchés tiers, et une hypothèse de substitution partielle entre VW et les autres constructeurs allemands. L’impact économique final serait modeste, environ 0,1% du PIB.
- Le 2ème simule un choc où toute l’industrie automobile allemande serait touchée par le choc VW, et où la substitution se ferait au profit de constructeurs étrangers. L’impact négatif sur le PIB serait de l’ordre de 0,4%.
- Le 3ème  l’impact d’un choc hypothétique sur l’image de marque allemande, touchant d’autres secteurs phares comme les machines-outils. Le choc sur l’économie serait alors de grande ampleur, de l’ordre de 1,1%.

Le scénario d’un choc sur le diesel, selon lequel les consommateurs s’éloignent graduellement de cette technologie et forcent à un rapide ajustement des constructeurs, est selon nous assez probable. Cette évolution sera par ailleurs accélérée par le durcissement de la règlementation à partir de 2018-20. Puisque le diesel représente plus de 50% des ventes de voitures dans l’UE (source : ACEA), ce choc aura très probablement un impact négatif sur l’industrie automobile européenne, soit temporaire soit permanent. Mais nous ne quantifions pas ce scénario, compte tenu des incertitudes à la fois sur la rapidité et la capacité des constructeurs européens à s’adapter et à maintenir leurs parts de marché grâce à des technologies alternatives (hybride, électrique).

Evidemment, la centralité de l’industrie automobile n’est pas qu’un phénomène allemand. En Allemagne, environ 25% des intrants du secteur sont importés. Les économies voisines seront donc touchées par l’impact du choc : les fournisseurs principaux sont la France et la République Tchèque, suivies de près par l’Autriche et l’Espagne. Mais les constructeurs allemands ont aussi d’importants fournisseurs en Italie, au Royaume Uni, en Hongrie et en Pologne.

Un mot de conclusion : l’impact de ce choc est incertain par son amplitude, mais aussi par son timing. Ce qui a été intégré par les marchés en quelques jours mettra plusieurs années à intégrer l’économie. Par ailleurs, nos chiffres sous-estiment probablement la réalité pour deux raisons. D’abord, ils ne prennent pas en compte les effets d’entraînement internationaux décrits ci-dessus. Ensuite, ils ignorent les effets de second tour liés aux pertes d’emplois et de revenu possibles.

http://www.axa-im.com/en/

 

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

aude.dodson@axa-im.com ,

Lire la suite...


Articles en relation

BE - Culture & Société
ABONNES
La nouvelle plateforme soClassiQ, un accès gratuit au répertoire de la musique classique et à l’opéra

Avec l'Intelligence Artificielle et la Data Science, soClassiQ met la musique classique à la portée du plus grand nombre et se positionne comme le site de référence en la matière. Après 2 ans de recherche et développement, la plateforme soClassiQ fait son entrée officielle dans le monde de la musique classique et de l'opéra. Grâce à la puissance de ses algorithmes et au travers d'une expérience utilisateur simple et épurée, soClassiQ donne accès :- à l'ensemble des œuvres du répertoire...

BE - Culture & Société
ABONNES
Les soft skills, des compétences déterminantes au cours des premiers mois de collaboration

Une étude* menée par le cabinet international de recrutement spécialisé Robert Half auprès de directeurs généraux (DG) et de directeurs financiers (DAF) révèle que 76% d'entre eux admettent avoir embauché un collaborateur qui ne s'intégrait pas à l'équipe.* Enquête réalisée auprès de 305 DG et 200 DAF en décembre 2017 en France. Les raisons évoquées et les mesures jugées les plus efficaces Rejoindre une organisation implique d'emblée de mettre en avant un panel de compétences à la fois...

BE - Culture & Société
ABONNES
« Solutions solidaires », plateforme de fabrique des solidarités nouvelles

Lancé par le Conseil départemental de la Gironde et ses partenaires, Alternatives économiques, l'Avise, la Fondation Jean-Jaurès, Harmonie mutuelle, Terra Nova, Up et Usbek & Rica, « solutions solidaires » c'est : - Une plateforme pour animer un large débat autour des solidarités nouvelles, et organiser un foisonnement d'idées, expériences et initiatives afin d'inventer ensemble les protections de demain.- Un rendez-vous annuel pour croiser, comparer et projeter vers l'avenir ces idées et ces...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Bruno Colmant, Degroof Petercam

« Nous devons retrouver une économie solidaire et basée sur l'intérêt général » Débats télévisés, émissions de radio, couvertures de presse : le livre de dialogue entre Bruno Colmant, chef économiste de Degroot Petercam, et le prêtre Eric de Beukelaer, ancien proche collaborateur du cardinal Lustiger à Rome, fait un carton en Belgique (1). Il est vrai que leur conversation aborde des sujets qui nous concernent tous, au croisement de la morale et de l'économie. « Le capitalisme anglo-saxon...