Connexion
/ Inscription
Mon espace

D’une mesure favorable aux locataires,... les effets pervers de la Loi ALUR

BE - Culture & Société
ABONNÉS

Explication de Bernard Cadeau, Président du réseau ORPI

On a beaucoup parlé de l’encadrement des loyers, moins de l’élargissement de la protection des seniors : alors qu’auparavant, tout propriétaire souhaitant récupérer son logement en fin de bail devait reloger ses locataires si ceux-ci avaient plus de 70 ans et des ressources correspondant à un SMIC et demi au maximum, depuis le 1er août 2015, l’obligation est étendue à tous les locataires de plus de 65 ans ayant un niveau de revenu équivalant à celui donnant droit aux logements sociaux.

L’intention est bonne, mais à vouloir trop protéger les locataires, on finit par créer un environnement et des conditions qui leurs sont défavorables : le danger est que les propriétaires, face à cette disposition, favorisent largement les jeunes et les familles au moment de louer leur logement, plutôt que de prendre le risque d’avoir des difficultés pour le récupérer en fin de bail s’ils louent à des seniors. Par conséquent, les personnes de plus de 65 ans aux revenus modestes vont être victimes d’une vraie discrimination à la location. 

C’est une perspective inacceptable pour ORPI : la non-discrimination est un principe de base dans nos agences, et nous mettons un point d’honneur à accueillir et accompagner toute personne dans son projet sans aucune distinction. Avec cette mesure, on va simplement desservir ceux que l’on cherchait à protéger. 
La question du logement et des seniors est une vraie problématique dans une société confrontée au vieillissement de sa population. Chez ORPI, nous proposons la mise en place d’une mesure simple : un compte épargne immobilier bloqué et libérable après 65 ans. Abondé pendant la vie active et bonifié par les établissements bancaires, il constituerait à la fin de l’activité professionnelle un capital disponible pour se loger, financer des travaux ou encore aider les siens à se loger… et profiter sereinement de sa retraite.

http://www.orpi.com/

 

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

BE - Culture & Société
ABONNES
La nouvelle plateforme soClassiQ, un accès gratuit au répertoire de la musique classique et à l’opéra

Avec l'Intelligence Artificielle et la Data Science, soClassiQ met la musique classique à la portée du plus grand nombre et se positionne comme le site de référence en la matière. Après 2 ans de recherche et développement, la plateforme soClassiQ fait son entrée officielle dans le monde de la musique classique et de l'opéra. Grâce à la puissance de ses algorithmes et au travers d'une expérience utilisateur simple et épurée, soClassiQ donne accès :- à l'ensemble des œuvres du répertoire...

BE - Culture & Société
ABONNES
Les soft skills, des compétences déterminantes au cours des premiers mois de collaboration

Une étude* menée par le cabinet international de recrutement spécialisé Robert Half auprès de directeurs généraux (DG) et de directeurs financiers (DAF) révèle que 76% d'entre eux admettent avoir embauché un collaborateur qui ne s'intégrait pas à l'équipe.* Enquête réalisée auprès de 305 DG et 200 DAF en décembre 2017 en France. Les raisons évoquées et les mesures jugées les plus efficaces Rejoindre une organisation implique d'emblée de mettre en avant un panel de compétences à la fois...

BE - Culture & Société
ABONNES
« Solutions solidaires », plateforme de fabrique des solidarités nouvelles

Lancé par le Conseil départemental de la Gironde et ses partenaires, Alternatives économiques, l'Avise, la Fondation Jean-Jaurès, Harmonie mutuelle, Terra Nova, Up et Usbek & Rica, « solutions solidaires » c'est : - Une plateforme pour animer un large débat autour des solidarités nouvelles, et organiser un foisonnement d'idées, expériences et initiatives afin d'inventer ensemble les protections de demain.- Un rendez-vous annuel pour croiser, comparer et projeter vers l'avenir ces idées et ces...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Bruno Colmant, Degroof Petercam

« Nous devons retrouver une économie solidaire et basée sur l'intérêt général » Débats télévisés, émissions de radio, couvertures de presse : le livre de dialogue entre Bruno Colmant, chef économiste de Degroot Petercam, et le prêtre Eric de Beukelaer, ancien proche collaborateur du cardinal Lustiger à Rome, fait un carton en Belgique (1). Il est vrai que leur conversation aborde des sujets qui nous concernent tous, au croisement de la morale et de l'économie. « Le capitalisme anglo-saxon...