Connexion
/ Inscription
Mon espace

Les banques obligées de s’adapter aux offres exponentielles des usages sur mobile

BE - Culture & Société
ABONNÉS

L’analyse de Bertrand Cocagne, Responsable Produits et de Stefan Gysemberg, Chargé de Comptes chez Linedata.

On dénombre aujourd’hui 7,3 milliards de téléphones mobiles pour 7,2 milliards d’habitants dans le monde, soit plus d’un téléphone portable par être humain. Près des deux tiers de ces téléphones mobiles sont des smartphones ayant un accès Internet. Aucune autre technologie n’avait eu un tel impact au quotidien et n’avait suscité un tel engouement à l’échelle planétaire, depuis son apparition il y a trente ans. Les tablettes, qui sont arrivées plus récemment sur le marché, devraient connaître un essor similaire, puisque plus d’un milliard de personnes pourraient utiliser une tablette en 2015, soit deux fois plus qu’il y a trois ans.
Cette croissance exponentielle du nombre d’utilisateurs de téléphones mobiles et de tablettes s’accompagne d’une évolution des modes de consommation qui se traduit notamment par une demande accrue de services mobiles : les consommateurs souhaitent de plus en plus souvent réaliser des opérations à partir de leur téléphone ou de leur tablette.

Le secteur de la banque n’échappe pas à ce mouvement de fond : ainsi, 51% des utilisateurs d’un smartphone ont eu recours à des services bancaires mobiles (« mobile banking ») au cours des 12 derniers mois, un chiffre en croissance de 48% par rapport à l’année dernière. Ces taux dépassent les 60% dans des pays comme les Etats-Unis ou certains pays asiatiques (Chine, Indonésie, Thaïlande…). Et dans le métier de la gestion de fortune, 85% des clients disent souhaiter utiliser des outils technologiques. Les marchés de la banque directe sont d’ailleurs en forte croissance.


Un très fort taux de croissance des crédits vendus en ligne
L’activité crédits est également fortement concernée par cet essor du mobile banking. En effet, sur 1 an, les recherches mobiles sur les conditions financières des crédits immobiliers, sur les cartes de crédit et sur les crédits à la consommation ont bondi de 48%. De plus, les taux de conversion sont 58% plus élevés sur mobile que sur PC, ce qui est considérable. Enfin le taux de croissance des crédits vendus en ligne est deux fois plus important que le taux de croissance des autres canaux de distribution. Ces chiffres révèlent bien que pour une banque, le fait de mettre à la disposition de sa clientèle une plateforme mobile influe de manière significative sur son activité.


Les clients font confiance à leurs banques
Selon une étude internationale d’ING réalisée en avril 2015, un tiers des consommateurs européens ont déjà utilisé une application de paiement mobile et plus de la moitié imagine le faire dans les 12 prochains mois. Ils se fient d’ailleurs avant tout à leur banque : 84% d’entre eux font d’abord confiance aux applications de paiement de leur établissement, plutôt qu’à celles proposées par d’autres acteurs (les autres banques, les réseaux sociaux, Google…).

Pour répondre à cette tendance de développement du mobile banking, les établissements financiers proposent à leur clientèle de nombreux services accessibles depuis leur téléphone, via des plateformes ou des applications :
- trouver un distributeur,
- suivre le solde de leur compte courant ou des comptes d’épargne,
- effectuer des virements et des paiements,
- gérer les plafonds des cartes de crédit,
- s’informer et effectuer des placements,
- demander des crédits et suivre leur position,
- demander des financements en affacturage et suivre les encours,
- etc.


Dépasser progressivement les contraintes technologiques liées au mobile
Aller vers la mobilité, ce n’est pas seulement répondre à des contraintes de performance, de sécurité ou de bande passante, c’est surtout réinventer de nouvelles façons d’interagir avec ses clients et ses partenaires. Ainsi, les établissements financiers doivent répondre au défi d’enrichir leur offre avec de nouveaux services, rendus possibles par ce contact permanent avec leur client. Et ceci dans un monde où les contraintes règlementaires et de respect de la vie privée impactent lourdement les outils informatiques.

www.linedata.com

 

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

 

 

Lire la suite...


Articles en relation

BE - Culture & Société
ABONNES
La nouvelle plateforme soClassiQ, un accès gratuit au répertoire de la musique classique et à l’opéra

Avec l'Intelligence Artificielle et la Data Science, soClassiQ met la musique classique à la portée du plus grand nombre et se positionne comme le site de référence en la matière. Après 2 ans de recherche et développement, la plateforme soClassiQ fait son entrée officielle dans le monde de la musique classique et de l'opéra. Grâce à la puissance de ses algorithmes et au travers d'une expérience utilisateur simple et épurée, soClassiQ donne accès :- à l'ensemble des œuvres du répertoire...

BE - Culture & Société
ABONNES
Les soft skills, des compétences déterminantes au cours des premiers mois de collaboration

Une étude* menée par le cabinet international de recrutement spécialisé Robert Half auprès de directeurs généraux (DG) et de directeurs financiers (DAF) révèle que 76% d'entre eux admettent avoir embauché un collaborateur qui ne s'intégrait pas à l'équipe.* Enquête réalisée auprès de 305 DG et 200 DAF en décembre 2017 en France. Les raisons évoquées et les mesures jugées les plus efficaces Rejoindre une organisation implique d'emblée de mettre en avant un panel de compétences à la fois...

BE - Culture & Société
ABONNES
« Solutions solidaires », plateforme de fabrique des solidarités nouvelles

Lancé par le Conseil départemental de la Gironde et ses partenaires, Alternatives économiques, l'Avise, la Fondation Jean-Jaurès, Harmonie mutuelle, Terra Nova, Up et Usbek & Rica, « solutions solidaires » c'est : - Une plateforme pour animer un large débat autour des solidarités nouvelles, et organiser un foisonnement d'idées, expériences et initiatives afin d'inventer ensemble les protections de demain.- Un rendez-vous annuel pour croiser, comparer et projeter vers l'avenir ces idées et ces...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Bruno Colmant, Degroof Petercam

« Nous devons retrouver une économie solidaire et basée sur l'intérêt général » Débats télévisés, émissions de radio, couvertures de presse : le livre de dialogue entre Bruno Colmant, chef économiste de Degroot Petercam, et le prêtre Eric de Beukelaer, ancien proche collaborateur du cardinal Lustiger à Rome, fait un carton en Belgique (1). Il est vrai que leur conversation aborde des sujets qui nous concernent tous, au croisement de la morale et de l'économie. « Le capitalisme anglo-saxon...