Connexion
/ Inscription
Mon espace

Le marché du logement à mi-2015 vu par les réseaux, les notaires et autres acteurs de l’immobilier

BB - Analyse du marché immobilier
ABONNÉS

Volume des ventes : l’incertitude sur la reprise demeure… Seul Crédit Foncier Immobilier s’aventure à pronostiquer le nombre des transactions pour l’année 2015 : 750 000, soit une hausse de 8% par rapport à 2014. L’année dernière, CFI avait été un tout petit peu optimiste avec 707 000 ventes, contre 700 000 en réalité.

Deux réseaux avancent un volume de ventes sur 12 mois, 1er juillet 2014 au 30 juin 2015 :
- Guy Hocquet retient également le chiffre de 750 000 transactions, soit une progression de +4,2% sur 1 an ;
- L’analyse de la FNAIM est plus fine : elle distingue le nombre de transactions sur la France (707 000), sur l’Ile-de-France (130 000) et la Province (577 000). Sur ces trois marchés, la Fédération constate une baisse des ventes par rapport à la période du 1er juillet 2013 au 20 juin 2014.


Prix de vente : une baisse modérée mais quasi unanime

Tous les observateurs font état d’une érosion des prix entre le 1er juillet 2014 et le 30 juin 2015, à une exception près : Guy Hoquet, qui voit le prix du m² augmenter d’un petit +0,8% à Paris. Prévisions par territoire :


France entière. La baisse est générale 

- chez Guy Hoquet -2,1%, avec un prix moyen de 2 425 €/m² ;

- chez Century 21 -2,6% avec un prix moyen très proche de 2 479 €m². Ce dernier fait le détail entre le prix moyen au mètre carré pour les appartements à 3 370€ et 1 960€pour les maisons ;

- les indices de Notaire-INSEE confirment la tendance constatée, avec un recul général de -2,4%, à peine plus prononcée sur les appartements à -2,5% que sur les maisons à -2,4%.


Ile-de-France.
Les écarts se creusent 

- Pour Notaires-INSEE, la baisse des prix est de -2%

- Chez Century 21, la baisse est de -4,8%, avec un prix moyen de 3 089€ le m²

- Chez Guy Hoquet, la moyenne de -2,2%, à 3 169€, est nettement plus forte dans les appartements (-5,1%) que dans les maisons (-1,9%)

- Chez Laforêt, la baisse estimée est de -2,3%, avec un prix moyen de 3 556 €/m²

- Les notaires d’Ile-de-France, dont les statistiques communiquées s’arrêtent au 31 mars 2015, ne donnent pas de prix moyen d’ensemble mais détaillent celui des appartements : 5 260 €/m², en baisse de -2,6%, et celui des maisons à 289 500€, en baisse de -1.3%.

- La FNAIM, dont le prix moyen d’ensemble est de 3 969 €/m², précise 4 931 €/m² pour les appartements et 3 010 €/m² pour les maisons.


Province

- L’indice Notaire-INSEE fait état d’une baisse de -2,6%, contre -2,3% en 2014, plus marquée dans les appartements (-2,9%) que dans les maisons (-2,4%).

- Même baisse de -2,6% chez Guy Hoquet à 1 697 €/m² et même tendance à une inflexion plus forte des appartements (-5,1%) par rapport aux maisons (-1,8%).

- Chez Laforêt, la baisse moyenne est plus élevée de -2,8%, pour un prix moyen supérieur, lui aussi à 1 936 €m².

 

Le grand écart à Paris

- Guy Hoquet a vu les prix monter de +0,8% sur un an à 7 865 €/m²

- Meilleursagents.com les voit baisser de -3,4%

- Chez Century 21, il baisse de -1,7% à 8 086 €/m²

- Chez Laforêt, il baisse de -1,9% à 7 929 €/m²

- A la FNAIM, il stagne à 8 581 €/m² à +0,7%


Conclusion

La reprise des ventes de logements existants, pressentie par beaucoup, n’est toutefois pas encore actée. On attend du second semestre qu’il confirme la tendance, avec toutefois une incertitude sur les taux des prêts immobiliers. L’effet d’une hausse du coût du crédit doit néanmoins être relativisé : si une remontée des taux se produit, elle sera limitée, aussi longtemps que l’inflation restera faible, elle aussi.
De plus, le renchérissement du crédit devrait être compensé par la baisse des prix, de sorte que le pouvoir d’achat immobilier serait maintenu. C’est sans doute un facteur psychologique, le retour de la confiance des ménages, qui pourrait faire basculer le marché vers une franche reprise.

 Plus d’informations : http://www.galivel.com/

 

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
Esteval Infos - 8 février 2019

Au sommaire de nos publications cette semaine, 58 articles (accès libre et accès abonnés) dont : Lancement du fonds Candriam Equities L Oncology Impact Dette émergente : une classe d'actifs attrayante pour 2019 Comme chaque mois, retrouvez nos sélections de produits d'investissement : Notre liste de fonds de boutiques revient en territoire positif Notre liste diversifiée rebondit de 2,3 % sur un mois       Une fin d'année 2018 solide pour le marché locatif des bureaux...

BB - Analyse du marché immobilier
ABONNES
Immobilier de luxe : clignotants au vert-dollar chez les « gilets gold »

Loin des préoccupations du Grand débat national, les millionnaires et milliardaires internationaux continuent de prospérer et d'acquérir de l'immobilier. Focus sur cette population peu nombreuse mais très active. Toujours plus riches, toujours plus nombreux : ça va bien pour les High Net Worth Individuals (HNWI, plus de 3 millions de dollars de patrimoine, soit 2,6 millions d'euros) et encore mieux pour les Ultra-HNWI (plus de 30 millions de dollars de patrimoine). Le nombre de ces derniers,...

BB - Analyse du marché immobilier
ABONNES
Les taux bas se maintiennent

La météo des taux de Cafpi  Comme pressenti, les taux de crédit immobilier restent bas en ce début d'année : en janvier les taux effectivement pratiqués ont été de 0,84% sur 10 ans, 1,09% sur 15 ans, 1,29% sur 20 ans et 1,50% sur 25 ans. « Le maintien des taux à ce bas niveau permet à l'activité de se maintenir en janvier. On assiste d'ailleurs à une situation exceptionnelle avec des taux qui se maintiennent au niveau de l'inflation. Cette situation devrait perdurer dans les mois à venir »,...

BB - Analyse du marché immobilier
ABONNES
Explosion des encours de crédits immobiliers : merci les taux bas !

Selon la Banque de France, l'encours de crédits immobiliers avait atteint 1 003 Mds€ à fin novembre 2018. Un chiffre jamais atteint auparavant et qui représente l'équivalent de la moitié de la dette de l'État. Ce chiffre record s'explique bien évidemment par les taux de crédits immobiliers très bas qui poussent toujours les emprunteurs à emprunter massivement et ce, même malgré l'augmentation des prix de l'immobilier. « Aujourd'hui le crédit immobilier reste le seul outil de captation de...