Connexion
/ Inscription
Mon espace

Aménagement du temps de travail

BE - Culture & Société
ABONNÉS

Smartphones, tablettes... incitent les salariés à poursuivre la journée de travail en dehors des horaires légaux... Une pratique dangereuse autant pour les salariés que les employeurs.

Pour Olivier Bach, consultant Francis Lefebvre Formation, avocat associé, cabinet Yramis : « 9 fois sur 10, le système d’aménagement du temps de travail d’une entreprise ne répond plus aux exigences légales, est obsolète, ou ne correspond plus du tout aux pratiques quotidiennes de l’entreprise. Une zone de danger pour le dirigeant qui peut même risquer une sanction sur le plan pénal. »


Si, en théorie, l’aménagement du temps de travail a bien évolué entre 2000 et 2008, en pratique, les entreprises ont fait le choix de rester sous l’ère des 35 heures et l’égide des dispositifs hérités du projet de loi initié par Martine Aubry.

Pourquoi ? Par peur, avant tout autre chose. Car les entreprises refusent de prendre le risque de renégocier sur ce terrain avec les syndicats et autres représentants des salariés. Pour beaucoup d’entre elles, les dispositifs complexes instaurés en 2000 prévalent donc toujours. Et le fait même qu’elles s’exposent à de lourdes charges en cas de contentieux initié par un salarié mécontent n’y change rien… Explications.

L’aménagement du temps de travail tel qu’on le connaît aujourd’hui prend sa source dans les dispositifs encadrés par la Loi Aubry II. Mis en place en 2000, la Loi et ses dispositifs avaient pour but de limiter l’éventuel impact de la réduction du temps de travail hebdomadaire – passage de 39 à 35 heures – sur la productivité des entreprises.
Depuis, l’héritage a été largement revisité ; les textes ayant globalement évolué au profit de l’allègement du carcan. En effet, entre 2000 et 2010, et tout particulièrement en 2008 lors de l’instauration de la loi du 20 août, les dispositifs ont été détricotés. L’objectif était à l’époque de désacraliser les 35 heures.


La loi de 2008 qui proposait des dispositifs plus souples que la loi Aubry n’a pas eu le succès escompté

Soutenue dans sa genèse car désirée par les entreprises, la réforme n’a pourtant finalement pas réussi à les séduire au final… Rares sont les entreprises qui peuvent aujourd’hui se prévaloir d’appliquer le dispositif unifié issu de la loi de 2008, en terme d’aménagement du temps de travail.
En effet, souvent échaudées par l’ampleur et les conséquences des négociations de 2000, les entreprises ont préféré en rester là et laisser l’aménagement du temps de travail en l’état. Aujourd’hui encore, nous constatons une vraie frilosité de la part des entreprises lorsqu’il s’agit d’appliquer le dispositif de la réforme. Et bien que nous soyons en 2015, il n’est donc pas rare de voir des entreprises appliquant encore les dispositifs de 2000.


Des risques bien réels pour les entreprises qui ignorent les enjeux liés aux évolutions du droit de l’aménagement du temps de travail

Le fait que le système d’aménagement du temps de travail soit obsolète ou même illégal, parfois, expose pourtant les entreprises à un double risque sur le plan civil et pénal. En cas d’infraction relevée par l’Inspection du travail par exemple, les entreprises peuvent, en effet, être amenées à répondre de ce manquement devant le Tribunal de Police. Cela les conduit également très régulièrement devant la juridiction prud’homale.
S’obstiner à laisser des dispositifs révolus en place et lieu d’un dispositif unique, plus moderne et qui répond davantage aux problématiques organisationnelles des entreprises, est, certes, plus simple, mais peut mettre en péril l’entreprise.
Enfin, le monde de l’entreprise a connu de profondes mutations au cours des dernières années. Sans cesse connecté grâce à son smartphone, par exemple, le salarié est tenté de l’utiliser en dehors de ses heures de travail en répondant aux mails le soir ou la nuit. Cette habitude courante constitue un risque majeur pour l’entreprise. En effet, c’est elle qui est censée veiller au respect de la loi par ses salariés et leur garantir un repos obligatoire de onze heures minimum entre deux postes.

Conscientes de ce risque, certaines grandes entreprises ont mis en place des paravents en limitant ou en coupant même, parfois, le soir, les connexions aux divers réseaux, serveurs et autres boîtes mails rattachés à l’entreprise. Elles affichent ainsi clairement leur volonté de respecter la loi et d’éviter tout risque psycho-social à leurs collaborateurs. Car ces dérives poussées à l’extrême peuvent mener au burn-out et la responsabilité de l’entreprise peut être engagée. Lui serait alors reprochée la mise en danger de la vie d’autrui… Avec toutes les conséquences pénales que cela représente pour le dirigeant.

http://www.flf.fr/


Lectures du moment, tribunes d'experts, management et entrepreneuriat...

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

BE - Culture & Société
ABONNES
La nouvelle plateforme soClassiQ, un accès gratuit au répertoire de la musique classique et à l’opéra

Avec l'Intelligence Artificielle et la Data Science, soClassiQ met la musique classique à la portée du plus grand nombre et se positionne comme le site de référence en la matière. Après 2 ans de recherche et développement, la plateforme soClassiQ fait son entrée officielle dans le monde de la musique classique et de l'opéra. Grâce à la puissance de ses algorithmes et au travers d'une expérience utilisateur simple et épurée, soClassiQ donne accès :- à l'ensemble des œuvres du répertoire...

BE - Culture & Société
ABONNES
Les soft skills, des compétences déterminantes au cours des premiers mois de collaboration

Une étude* menée par le cabinet international de recrutement spécialisé Robert Half auprès de directeurs généraux (DG) et de directeurs financiers (DAF) révèle que 76% d'entre eux admettent avoir embauché un collaborateur qui ne s'intégrait pas à l'équipe.* Enquête réalisée auprès de 305 DG et 200 DAF en décembre 2017 en France. Les raisons évoquées et les mesures jugées les plus efficaces Rejoindre une organisation implique d'emblée de mettre en avant un panel de compétences à la fois...

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
Plongée dans l’univers des investissements des entrepreneurs les plus accomplis

La 5ème édition de l'étude « Entrepreneurs BNP Paribas 2019 » de BNP Paribas Wealth Management publie les investissements privés préférés des investisseurs fortunés - les Entrepreneurs « Elite » - et les tendances qui façonnent leurs choix en matière d'allocation de leur portefeuille. Extrait de l'étude 1/ Les actions sont le premier choix de portefeuille des entrepreneurs Élite : en réagissant avec enthousiasme à la hausse des marchés boursiers, ils ont davantage investi en actions...

BE - Culture & Société
ABONNES
« Solutions solidaires », plateforme de fabrique des solidarités nouvelles

Lancé par le Conseil départemental de la Gironde et ses partenaires, Alternatives économiques, l'Avise, la Fondation Jean-Jaurès, Harmonie mutuelle, Terra Nova, Up et Usbek & Rica, « solutions solidaires » c'est : - Une plateforme pour animer un large débat autour des solidarités nouvelles, et organiser un foisonnement d'idées, expériences et initiatives afin d'inventer ensemble les protections de demain.- Un rendez-vous annuel pour croiser, comparer et projeter vers l'avenir ces idées et ces...