Connexion
/ Inscription
Mon espace

Des dirigeants d’ETI plus optimistes face au défi de la compétitivité

BE - Culture & Société
ABONNÉS

Ils sont même enclins à un certain optimisme en raison d’une conjoncture relativement favorable : baisse de l’euro, baisse des coûts de l’énergie, politique monétaire de la BCE. Ils n’en considèrent pas moins que le défi de la compétitivité des ETI demeure pour une très large part encore à relever.

Lancé en septembre 2014 et renouvelé en février dernier, le Baromètre Amundi, le METI et Option Finance, livre 3 principaux enseignements 


1/ Un regain d’optimisme des dirigeants d’ETI qui s’explique principalement par une conjoncture favorable

Au cours des 12 derniers mois, 67% des dirigeants d’ETI (chiffre stable vs vague 2) estiment que la compétitivité de leur entreprise s’est améliorée, 1 sur 4 estimant qu’elle s’est au contraire dégradée.
Le  sentiment d’amélioration touche plus nettement le secteur industriel (72%), que celui des services. Cette tendance se confirme également pour les 12 prochains mois puisque 85% des dirigeants (+10pts vs vague 1) ont confiance dans l’évolution de leur activité.
Même si l’augmentation de la productivité est pour 71% des dirigeants d’ETI la raison principale de l’amélioration de leur compétitivité, 67% d’entre eux (versus 58% en vague 2) l’imputent aussi à la réduction des coûts. Les effets positifs  de la baisse de l’euro  se font désormais plus nettement sentir : 20% d’entre eux les mentionnent en mai 2015 contre 9% en février dernier.

 

2/ Un environnement juridique et fiscal toujours insatisfaisant même si le ressenti s’améliore

Le poids de la fiscalité (taxes et impôts + taxes sectorielles) est toujours bien présent, bien que cette 3ème vague montre une inflexion : 50% des dirigeants d’ETI (-21pts par rapport à février 2015) estiment que les taxes se sont accrues au cours des 12 derniers mois. Le sentiment de l’allongement du temps passé aux aspects fiscaux est également en baisse de 10pts par rapport à la vague 1 (54%). Par ailleurs, 73% des dirigeants d’ETI (chiffre en hausse de 9 pts vs vague 2) se sentent davantage en confiance dans leurs relations avec l’administration.
En revanche, les dernières mesures gouvernementales peinent à convaincre : 59% d’entre eux considèrent que la Loi Macron n’est pas de nature à améliorer la compétitivité de leur entreprise.

 

3/ Des investissements qui ne posent pas de difficultés particulières de financement et se concentrent de plus en plus sur les opérations de croissance externe

Pour renforcer la compétitivité de leur entreprise, les dirigeants des ETI privilégient l’investissement en Recherche & Développement (pour 52% des dirigeants d’ETI, +5pts), puis les investissements dans la production (pour 52%, en baisse de 2pts).
Le marketing et la communication progressent de 4pts vs vague 2 (et +18pts vs vague 1) et deviennent une priorité pour 52% des ETI, voire le poste numéro 1 dans le secteur des services (58%). La croissance externe enregistre une nette progression : avec 47%, vs 37% vague 2 (+12pts dans l’industrie).
La question du financement n’est pas un problème.  Plus de 80% des dirigeants d’ETI interrogés estiment disposer de moyens nécessaires pour financer ces investissements. L’accès au financement est, quant à lui, jugé plutôt aisé par 3/4 d’entre elles. Cet indicateur déjà nettement positif en septembre est aujourd’hui stable, quel que soit le secteur ou la taille de l’entreprise. Les besoins de financement comme les opérations de financement - en net retrait entre les vagues 1 et 2 - sont maintenant stables.
L’environnement de taux bas conduit 4 dirigeants sur 10 (contre 1 sur 3 en vague 2) à faire évoluer ses placements de trésorerie en allongeant les maturités pour rechercher davantage de performance (+8 points). La préservation du capital reste toujours la  priorité pour 87% d’entre eux (contre 83% en vague 2).

Enfin, l’association des collaborateurs à la performance de l’entreprise est toujours une priorité pour les ETI. On retrouve une grande stabilité dans les outils déjà mis en place comme les plans de formation (pour 86% des dirigeants d’ETI), la prévoyance (82%), ou encore les primes individuelles (75%).
En termes de projections, outre la formation (43% soit +6pts), l’épargne salariale (23% vs 17% en vague 2) est également un outil que les ETI projettent de mettre en place dans les 12 prochains mois.

http://www.asmep-eti.fr/   -  https://www.amundi-ee.com/   -  http://www.optionfinance.fr/

 

Lectures du moment, tribunes d'experts, management et entrepreneuriat...

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
Esteval Infos - 8 février 2019

Au sommaire de nos publications cette semaine, 58 articles (accès libre et accès abonnés) dont : Lancement du fonds Candriam Equities L Oncology Impact Dette émergente : une classe d'actifs attrayante pour 2019 Comme chaque mois, retrouvez nos sélections de produits d'investissement : Notre liste de fonds de boutiques revient en territoire positif Notre liste diversifiée rebondit de 2,3 % sur un mois       Une fin d'année 2018 solide pour le marché locatif des bureaux...

BE - Culture & Société
ABONNES
[Etude] Vos corvées vous rendent plus sympathique que vos « talents innés »

Une étude de la Cass Business School (City University of London) affirme que le fait de mettre l'accent sur la notion d'effort plutôt que de talent naturel permet de faire meilleure impression lors d'un premier rendez-vous Les personnes devant faire bonne impression lors de rendez-vous galants ou d'entretiens d'embauche doivent mettre en exergue le dur labeur et les efforts consentis pour expliquer leur succès, d'après une étude récente de la Cass Business School. Dans l'étude intitulée...

BE - Culture & Société
ABONNES
Les Européens veulent consommer plus local et responsable

Avec une croissance qui s'essouffle et des perspectives moins favorables pour 2019, la prudence grandit chez les consommateurs européens. Mais un autre mouvement se fait jour : ils se tournent de plus en plus vers une consommation plus locale considérée comme plus responsable. Tels sont les deux grands enseignements de la nouvelle édition de L'Observatoire Cetelem qui, depuis plus de 30 ans, décrypte et analyse les modes de consommation des ménages en Europe. Cette étude intitulée « Think local,...

BE - Culture & Société
ABONNES
Quelle place pour les énergies renouvelables chez les Français ?

A l'heure du grand débat national, les Français réaffirment leur désir de privilégier les énergies renouvelables pour l'avenir du pays. L'engagement des Français est important sur cette thématique, puisque 67% estiment qu'il leur revient également d'agir à leur échelle. L'amélioration énergétique de leur logement figure parmi les actions les plus citées, devant les changements de comportement en matière de déplacements, mais derrière les résolutions en faveur d'une consommation plus responsable...