Connexion
/ Inscription
Mon espace

Des dirigeants d’ETI plus optimistes face au défi de la compétitivité

BE - Culture & Société
ABONNÉS

Ils sont même enclins à un certain optimisme en raison d’une conjoncture relativement favorable : baisse de l’euro, baisse des coûts de l’énergie, politique monétaire de la BCE. Ils n’en considèrent pas moins que le défi de la compétitivité des ETI demeure pour une très large part encore à relever.

Lancé en septembre 2014 et renouvelé en février dernier, le Baromètre Amundi, le METI et Option Finance, livre 3 principaux enseignements 


1/ Un regain d’optimisme des dirigeants d’ETI qui s’explique principalement par une conjoncture favorable

Au cours des 12 derniers mois, 67% des dirigeants d’ETI (chiffre stable vs vague 2) estiment que la compétitivité de leur entreprise s’est améliorée, 1 sur 4 estimant qu’elle s’est au contraire dégradée.
Le  sentiment d’amélioration touche plus nettement le secteur industriel (72%), que celui des services. Cette tendance se confirme également pour les 12 prochains mois puisque 85% des dirigeants (+10pts vs vague 1) ont confiance dans l’évolution de leur activité.
Même si l’augmentation de la productivité est pour 71% des dirigeants d’ETI la raison principale de l’amélioration de leur compétitivité, 67% d’entre eux (versus 58% en vague 2) l’imputent aussi à la réduction des coûts. Les effets positifs  de la baisse de l’euro  se font désormais plus nettement sentir : 20% d’entre eux les mentionnent en mai 2015 contre 9% en février dernier.

 

2/ Un environnement juridique et fiscal toujours insatisfaisant même si le ressenti s’améliore

Le poids de la fiscalité (taxes et impôts + taxes sectorielles) est toujours bien présent, bien que cette 3ème vague montre une inflexion : 50% des dirigeants d’ETI (-21pts par rapport à février 2015) estiment que les taxes se sont accrues au cours des 12 derniers mois. Le sentiment de l’allongement du temps passé aux aspects fiscaux est également en baisse de 10pts par rapport à la vague 1 (54%). Par ailleurs, 73% des dirigeants d’ETI (chiffre en hausse de 9 pts vs vague 2) se sentent davantage en confiance dans leurs relations avec l’administration.
En revanche, les dernières mesures gouvernementales peinent à convaincre : 59% d’entre eux considèrent que la Loi Macron n’est pas de nature à améliorer la compétitivité de leur entreprise.

 

3/ Des investissements qui ne posent pas de difficultés particulières de financement et se concentrent de plus en plus sur les opérations de croissance externe

Pour renforcer la compétitivité de leur entreprise, les dirigeants des ETI privilégient l’investissement en Recherche & Développement (pour 52% des dirigeants d’ETI, +5pts), puis les investissements dans la production (pour 52%, en baisse de 2pts).
Le marketing et la communication progressent de 4pts vs vague 2 (et +18pts vs vague 1) et deviennent une priorité pour 52% des ETI, voire le poste numéro 1 dans le secteur des services (58%). La croissance externe enregistre une nette progression : avec 47%, vs 37% vague 2 (+12pts dans l’industrie).
La question du financement n’est pas un problème.  Plus de 80% des dirigeants d’ETI interrogés estiment disposer de moyens nécessaires pour financer ces investissements. L’accès au financement est, quant à lui, jugé plutôt aisé par 3/4 d’entre elles. Cet indicateur déjà nettement positif en septembre est aujourd’hui stable, quel que soit le secteur ou la taille de l’entreprise. Les besoins de financement comme les opérations de financement - en net retrait entre les vagues 1 et 2 - sont maintenant stables.
L’environnement de taux bas conduit 4 dirigeants sur 10 (contre 1 sur 3 en vague 2) à faire évoluer ses placements de trésorerie en allongeant les maturités pour rechercher davantage de performance (+8 points). La préservation du capital reste toujours la  priorité pour 87% d’entre eux (contre 83% en vague 2).

Enfin, l’association des collaborateurs à la performance de l’entreprise est toujours une priorité pour les ETI. On retrouve une grande stabilité dans les outils déjà mis en place comme les plans de formation (pour 86% des dirigeants d’ETI), la prévoyance (82%), ou encore les primes individuelles (75%).
En termes de projections, outre la formation (43% soit +6pts), l’épargne salariale (23% vs 17% en vague 2) est également un outil que les ETI projettent de mettre en place dans les 12 prochains mois.

http://www.asmep-eti.fr/   -  https://www.amundi-ee.com/   -  http://www.optionfinance.fr/

 

Lectures du moment, tribunes d'experts, management et entrepreneuriat...

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

BE - Culture & Société
ABONNES
La nouvelle plateforme soClassiQ, un accès gratuit au répertoire de la musique classique et à l’opéra

Avec l'Intelligence Artificielle et la Data Science, soClassiQ met la musique classique à la portée du plus grand nombre et se positionne comme le site de référence en la matière. Après 2 ans de recherche et développement, la plateforme soClassiQ fait son entrée officielle dans le monde de la musique classique et de l'opéra. Grâce à la puissance de ses algorithmes et au travers d'une expérience utilisateur simple et épurée, soClassiQ donne accès :- à l'ensemble des œuvres du répertoire...

BE - Culture & Société
ABONNES
Les soft skills, des compétences déterminantes au cours des premiers mois de collaboration

Une étude* menée par le cabinet international de recrutement spécialisé Robert Half auprès de directeurs généraux (DG) et de directeurs financiers (DAF) révèle que 76% d'entre eux admettent avoir embauché un collaborateur qui ne s'intégrait pas à l'équipe.* Enquête réalisée auprès de 305 DG et 200 DAF en décembre 2017 en France. Les raisons évoquées et les mesures jugées les plus efficaces Rejoindre une organisation implique d'emblée de mettre en avant un panel de compétences à la fois...

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
Plongée dans l’univers des investissements des entrepreneurs les plus accomplis

La 5ème édition de l'étude « Entrepreneurs BNP Paribas 2019 » de BNP Paribas Wealth Management publie les investissements privés préférés des investisseurs fortunés - les Entrepreneurs « Elite » - et les tendances qui façonnent leurs choix en matière d'allocation de leur portefeuille. Extrait de l'étude 1/ Les actions sont le premier choix de portefeuille des entrepreneurs Élite : en réagissant avec enthousiasme à la hausse des marchés boursiers, ils ont davantage investi en actions...

BE - Culture & Société
ABONNES
« Solutions solidaires », plateforme de fabrique des solidarités nouvelles

Lancé par le Conseil départemental de la Gironde et ses partenaires, Alternatives économiques, l'Avise, la Fondation Jean-Jaurès, Harmonie mutuelle, Terra Nova, Up et Usbek & Rica, « solutions solidaires » c'est : - Une plateforme pour animer un large débat autour des solidarités nouvelles, et organiser un foisonnement d'idées, expériences et initiatives afin d'inventer ensemble les protections de demain.- Un rendez-vous annuel pour croiser, comparer et projeter vers l'avenir ces idées et ces...