Connexion
/ Inscription
Mon espace

Objets intelligents : attentes et incertitudes des entreprises

BE - Culture & Société
ABONNÉS

 Publié par Cognizant*, associé à The Economist Intelligence Unit, le rapport intitulé « The Rise of the Smart Product Economy » montre que dans bien des cas, les stratégies d’objets intelligents sont menées au plus haut niveau, 59% des PDG pilotant eux-mêmes la stratégie de ces objets au sein de leur entreprise.
Il s’agit de comprendre dans quelle mesure les données produit vont transformer radicalement la façon dont seront assurés la conception, la fabrication, la commercialisation et le service après-vente des produits. Pour l’heure, la priorité est accordée à l’innovation produit et à l’amélioration de la connaissance du client. 52% des personnes interrogées prévoyant de lancer une nouvelle catégorie de produits basée sur une connaissance nouvelle du client qui change la donne.

Bien que l’intérêt général ait plutôt tendance à se porter actuellement sur les «  objets intelligents », tels que les vêtements connectés, les capteurs pour lave-linge, ou encore la réalité virtuelle, cette étude montre que le marché s’articule autour de l’amélioration des processus de fabrication, des nouvelles vagues d’innovation produit et de l’utilisation d’objets intelligents pour améliorer la qualité de l’expérience client.
Ainsi, le développement d’objets intelligents se concentre actuellement sur la fabrication en interprétant les données recueillies par l’intégration de capteurs et de logiciels au sein et autour du processus de production. Les données produit génèrent également de l’innovation en rendant l’emballage d’un produit « intelligent », par exemple, en mettant en avant la date d’expiration de denrées périssables telles que des aliments ou des médicaments, ou même en rappelant aux patients la posologie de leur traitement.

Les données fournies par un objet intelligent permettent de mieux comprendre les besoins, les envies et les désirs des consommateurs et de définir des segmentations plus pointues et personnalisées pour la vente, le marketing et le développement de produits. Le coût du service après-vente peut également être réduit de façon radicale grâce à l’utilisation d’objets intelligents, 40% des personnes interrogées utilisant ou prévoyant d’utiliser des produits intelligents pour automatiser leurs services clients. L’automatisation du processus de réponse et d’analyse des questions relatives aux produits, sans nécessité d’enregistrer l’incident ou de faire appel à un ingénieur, permet en effet de réduire de façon considérable les coûts de résolution des problèmes. De plus, une fois le produit installé chez le client, l’analyse des données de performance contribue à prévenir toute dégradation du service et à réduire la survenue de problèmes éventuels.

Il est possible de rendre intelligent un produit aussi classique qu’une bouteille, par exemple. Cette dernière existe non seulement dans le monde physique, mais aussi dans le monde digital des chaînes d’approvisionnement connectées et des étagères intelligentes des supermarchés. Le fait d’intégrer à cette bouteille un niveau d’intelligence, aussi minime soit-il, permet d’en savoir plus sur son emplacement, les personnes qui l’ont achetée ainsi que l’heure et le lieu d’achat. De ce fait, même ce petit niveau d’intelligence permet d’accéder à un large éventail d’applications et de connaissances.

Pour autant, les données de l’étude montrent que, si les informations et les débats autour de l’introduction d’objets intelligents sont légion, les entreprises éprouvent toujours des difficultés à savoir par où commencer. Elles mettent en œuvre de nouvelles offres sur le modèle des abonnements et, dans de nombreux cas, un accès direct au client, mais ces approches viendront perturber les canaux de vente traditionnels et les sources de revenus. Les business models et les structures industrielles sont confrontés à un bouleversement majeur, qui annonce un futur incertain :
- 48% attendent des objets intelligents des marges plus importantes, tandis que
- 35% d’entre elles prévoient des marges inférieures.
- 49% tablent sur une augmentation de la concurrence au sein de leur secteur,
- 38% considérant que celle-ci va diminuer.
Ces réponses mitigées illustrent bien l’incertitude liée à l’introduction de ces objets intelligents.

« Par définition, les objets intelligents changent la donne car ils intègrent l’explosion des données produit à un modèle industriel homogène construit pour le XXe siècle, » déclare Euan Davis, directeur Europe du « Center for the Future of Work » de Cognizant, et auteur du rapport. « Au cours des prochaines années, nous prévoyons une forte disruption sur le marché pour nombre de secteurs ; les entreprises qui auront su s’adapter rapidement et concevoir de nouveaux modèles de produits en se fondant sur la maîtrise des données bénéficieront d’une avance considérables. »

« Si les aspects économiques de la stratégie à court terme peuvent sembler difficiles à déterminer, les objets intelligents ont su retenir l’attention des CEO par le changement de dynamique des marchés que crée l’Internet des objets. Cependant, en raison de cette forte fluidité, ce sont tous les chefs d’entreprises, et pas uniquement les PDG, qui doivent préparer le terrain pour tirer parti des opportunités considérables que revêt le simple fait de rendre des produits intelligents. »


*Cognizant s’est associé à The Economist Intelligence Unit pour interroger 205 cadres
travaillant dans les domaines de la R&D, de la conception produit et de l’innovation, ainsi que quelques CEO, issus des secteurs de la santé, du commerce au détail et de l’industrie manufacturière à travers les États-Unis, le Royaume-Uni, l’Europe du Nord et l’Europe centrale. Toutes les entreprises interrogées sont engagées dans le développement d’objets intelligents et toutes les citations figurant dans le rapport ont été collectées au cours d’entretiens de cadres accompagnant l’étude.
Télécharger le rapport http://smartproducteconomy.com/

 

Lectures du moment, tribunes d'experts, management et entrepreneuriat...

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

BE - Culture & Société
ABONNES
La nouvelle plateforme soClassiQ, un accès gratuit au répertoire de la musique classique et à l’opéra

Avec l'Intelligence Artificielle et la Data Science, soClassiQ met la musique classique à la portée du plus grand nombre et se positionne comme le site de référence en la matière. Après 2 ans de recherche et développement, la plateforme soClassiQ fait son entrée officielle dans le monde de la musique classique et de l'opéra. Grâce à la puissance de ses algorithmes et au travers d'une expérience utilisateur simple et épurée, soClassiQ donne accès :- à l'ensemble des œuvres du répertoire...

BE - Culture & Société
ABONNES
Les soft skills, des compétences déterminantes au cours des premiers mois de collaboration

Une étude* menée par le cabinet international de recrutement spécialisé Robert Half auprès de directeurs généraux (DG) et de directeurs financiers (DAF) révèle que 76% d'entre eux admettent avoir embauché un collaborateur qui ne s'intégrait pas à l'équipe.* Enquête réalisée auprès de 305 DG et 200 DAF en décembre 2017 en France. Les raisons évoquées et les mesures jugées les plus efficaces Rejoindre une organisation implique d'emblée de mettre en avant un panel de compétences à la fois...

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
Plongée dans l’univers des investissements des entrepreneurs les plus accomplis

La 5ème édition de l'étude « Entrepreneurs BNP Paribas 2019 » de BNP Paribas Wealth Management publie les investissements privés préférés des investisseurs fortunés - les Entrepreneurs « Elite » - et les tendances qui façonnent leurs choix en matière d'allocation de leur portefeuille. Extrait de l'étude 1/ Les actions sont le premier choix de portefeuille des entrepreneurs Élite : en réagissant avec enthousiasme à la hausse des marchés boursiers, ils ont davantage investi en actions...

BE - Culture & Société
ABONNES
« Solutions solidaires », plateforme de fabrique des solidarités nouvelles

Lancé par le Conseil départemental de la Gironde et ses partenaires, Alternatives économiques, l'Avise, la Fondation Jean-Jaurès, Harmonie mutuelle, Terra Nova, Up et Usbek & Rica, « solutions solidaires » c'est : - Une plateforme pour animer un large débat autour des solidarités nouvelles, et organiser un foisonnement d'idées, expériences et initiatives afin d'inventer ensemble les protections de demain.- Un rendez-vous annuel pour croiser, comparer et projeter vers l'avenir ces idées et ces...