Connexion
/ Inscription
Mon espace

Le viager libre, une solution pertinente pour payer sa retraite.

BB - Analyse du marché immobilier
ABONNÉS

Comment faire face au loyer d'une maison de retraite quand les fins de mois sont difficiles ?

Sur la seule région parisienne, ces loyers se situent entre 2 000 et 5 000€ mensuels. Une charge financière difficile à supporter pour les seniors qui, par choix ou pour raison médicale, s'y installent. "Bien souvent, les personnes âgées envisagent dans ce cas de vendre leur résidence principale. Les fruits de la vente permettent de faire face aux frais. Mais pour combien de temps ? " s’interroge Benjamin Mabille, fondateur dirigeant de BM Finance.

Exemple avec vente du bien : un homme de 79 ans, dont l'espérance de vie est de 10 ans, quitte son domicile d'une valeur de 300 000€ pour s’installer dans une maison de retraite. S'il vend son bien de façon classique, son pécule assurera 5 ans, soit 60 mois de loyer à 5000€, ou 8 ans et demi, soit 100 mois de loyer à 3 000€. Que se passe-t-il une fois son capital dépensé si sa retraite ne dépasse pas 2 000€ par mois ?

Exemple avec viager libre : (toujours pour un bien d’une valeur de 300 000€ ) une rente mensuelle de 3 000€ - réajustée chaque année sur l'indice de la consommation des ménages - sera versée à vie au vendeur, plus élevée qu'un loyer et sans les risques d'impayés. De plus, cette rente bénéficie d'un abattement d'impôt sur le revenu jusqu'à 70% pour une personne de plus de 71 ans.

Autre cas de figure qui distingue le viager pour un senior qui part en maison de retraite : la vente d'une résidence secondaire. Si la période d'exonération d'impôt sur la plus-value n'est pas écoulée, le mécanisme du viager permet d'inclure un bouquet à la vente. Sur l'exemple du même bien à 300 000€, un bouquet de 50 000€ perçus à la transaction fait face aux frais associés à la plus-value. Reste tout de même une rente de plus de 2 300€ mensuels à vie.

 

 

 

Lire la suite...


Articles en relation

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
Esteval Infos - 8 février 2019

Au sommaire de nos publications cette semaine, 58 articles (accès libre et accès abonnés) dont : Lancement du fonds Candriam Equities L Oncology Impact Dette émergente : une classe d'actifs attrayante pour 2019 Comme chaque mois, retrouvez nos sélections de produits d'investissement : Notre liste de fonds de boutiques revient en territoire positif Notre liste diversifiée rebondit de 2,3 % sur un mois       Une fin d'année 2018 solide pour le marché locatif des bureaux...

BB - Analyse du marché immobilier
ABONNES
Immobilier de luxe : clignotants au vert-dollar chez les « gilets gold »

Loin des préoccupations du Grand débat national, les millionnaires et milliardaires internationaux continuent de prospérer et d'acquérir de l'immobilier. Focus sur cette population peu nombreuse mais très active. Toujours plus riches, toujours plus nombreux : ça va bien pour les High Net Worth Individuals (HNWI, plus de 3 millions de dollars de patrimoine, soit 2,6 millions d'euros) et encore mieux pour les Ultra-HNWI (plus de 30 millions de dollars de patrimoine). Le nombre de ces derniers,...

BB - Analyse du marché immobilier
ABONNES
Les taux bas se maintiennent

La météo des taux de Cafpi  Comme pressenti, les taux de crédit immobilier restent bas en ce début d'année : en janvier les taux effectivement pratiqués ont été de 0,84% sur 10 ans, 1,09% sur 15 ans, 1,29% sur 20 ans et 1,50% sur 25 ans. « Le maintien des taux à ce bas niveau permet à l'activité de se maintenir en janvier. On assiste d'ailleurs à une situation exceptionnelle avec des taux qui se maintiennent au niveau de l'inflation. Cette situation devrait perdurer dans les mois à venir »,...

BB - Analyse du marché immobilier
ABONNES
Explosion des encours de crédits immobiliers : merci les taux bas !

Selon la Banque de France, l'encours de crédits immobiliers avait atteint 1 003 Mds€ à fin novembre 2018. Un chiffre jamais atteint auparavant et qui représente l'équivalent de la moitié de la dette de l'État. Ce chiffre record s'explique bien évidemment par les taux de crédits immobiliers très bas qui poussent toujours les emprunteurs à emprunter massivement et ce, même malgré l'augmentation des prix de l'immobilier. « Aujourd'hui le crédit immobilier reste le seul outil de captation de...