Connexion
/ Inscription
Mon espace

Taux de crédit immobilier : la fête est finie ?

BE - Culture & Société
ABONNÉS

Oui, mais pas de panique...
Voici quelques semaines en effet qu’on entend ici ou là que les banques remontent les taux d’intérêt des crédits aux particuliers. Si la baisse générale est sans aucun doute terminée, le mouvement haussier n’est pas généralisé.


Alors pourquoi ce mouvement de panique ?

C’est très simple : la hausse des OAT 10 ans à 1,23% au 10 juin, combinée avec l’engorgement des services d’étude et d’octroi des banques ainsi que l’arrivée de la période estivale, militent en faveur d’une hausse mesurée.
« Divers facteurs peuvent être invoqués tels que la situation grecque ou les perspectives de la Fed. Cette hausse rapide des taux longs peut provoquer des pertes importantes sur les marchés. Bien que la marge financière des banques, sur le crédit, soit encore confortable, certains établissements souhaitent répercuter une partie de cette hausse sur les barèmes clients », sPar ailleurs, beaucoup de services d’études, submergés par la vague de renégociations et rachats depuis le début de l'année, ont accumulé du retard lors du mois de mai particulièrement riche en congés et ont besoin de réduire le flux entrant. Les banques sont donc beaucoup plus sélectives sur les profils et n’hésitent pas à rendre moins compétitifs les barèmes d’une clientèle milieu de gamme », explique-t-elle.

Est-ce le début d’une remontée lente et régulière des barèmes ? 
Il n’y a pas d’élément tangible pour l’affirmer à ce stade. Il s’agit plutôt d’un réajustement opérationnel afin d’absorber les stocks de demandes déjà reçues et de préparer la période estivale. Cependant, la tendance structurelle à la baisse est probablement arrivée à son terme.

Pour les acheteurs : ne pas céder à la panique, les hausses récentes sont très mesurées. Les taux restent en moyenne à un plus bas historique. 

http://www.meilleurtaux.com/

 

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation