Connexion
/ Inscription
Mon espace

RSE : des tabous et des sujets-phares

BE - Culture & Société
ABONNÉS

Résultat de la 2ème analyse des pratiques internationales de reporting RSE entre 2008 et 2014, publiée par Vigéo* : de quoi les entreprises rendent-elles compte ?

Les effondrements de titres réputés sûrs au moment de la crise ont légitimé et accru les demandes portées, selon les cas, par les investisseurs, les régulateurs, les Etats ou les associations de la société civile à l'égard des entreprises pour qu'elles améliorent la lisibilité de leur gouvernance et qu'elles fournissent des assurances sur leur prise en compte des dimensions environnementales, sociales, sociétales et éthiques de leurs activités. 


Les constats de cette étude dessinent un tableau à la fois contrasté et riche d’enseignements pour tous ceux qui ont en charge de construire ou d’exploiter l’information publique des entreprises :

- Un groupe d’entreprises leaders parvient désormais à dépasser les discours de caractère général sur le développement durable et à fournir une reddition extensive et de qualité sur la responsabilité sociale, ses objectifs, ses processus de mise en œuvre et ses résultats. Sur 31 entreprises ainsi différenciées à l’échelle mondiale, 19 sont françaises avec à leur tête le Groupe Société Générale.

- Les rapports de responsabilité sociale se généralisent et gagnent en professionnalisme dans tous les continents et pays analysés : alors qu’en 2008, il était encore une pratique principalement nord-américaine, britannique et française, le reporting RSE s’est clairement universalisé au cours des quatre dernières années, et observe, désormais, même dans les pays émergents, la production de discours des firmes, assortis d’indicateurs sur leur responsabilité sociale et environnementale, leur gouvernance et leur éthique des affaires.

- Les sujets de gouvernance, supposés être prioritairement destinés aux marchés financiers sont les plus renseignés ; l’information relative aux facteurs environnementaux a fortement augmenté au cours des quatre dernières années à +10%.

- En revanche, l'information sur les droits de l'homme, le dialogue social et l'intégration des standards sociaux et environnementaux dans les achats internationaux et dans la chaîne des approvisionnements internes des entreprises demeure le maillon faible du reporting sur la responsabilité sociale.

- Il n'y a pas de lien entre la quantité et la pertinence de l'information. Des rapports concis, de quelques dizaines de pages, peuvent suffire à rendre intelligibles les facteurs de risques de responsabilité sociale et les processus managériaux dédiés à leur prise en compte, et se révéler donc plus utiles que des rapports de plusieurs centaines de pages pour l'analyse fondamentale des entreprises et leur dialogue avec leurs parties prenantes.

- Si beaucoup reste à faire pour que l'information sur la responsabilité sociale soit mesurable, comparable et utile au dialogue et à réelle valeur ajoutée pour les décideurs et les investisseurs, l'étude fournit des listes de véritables leaders du reporting parvenant à mobiliser et à diffuser plus de 95% des indicateurs requis par le référentiel de Vigeo.

*Vigeo, fondée en 2002 par Nicole Notat, est l'agence leader en Europe de l'évaluation de la responsabilité sociale des organisations au regard de six domaines : comportement sur les marchés, droits de l'homme, engagement sociétal, environnement, gouvernance d'entreprise et ressources humaines.  

www.vigeo.com

 

Lectures du moment, tribunes d'experts, management et entrepreneuriat...

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation