Connexion
/ Inscription
Mon espace

Hausse de la mortalité routière, « Il faut lutter contre cette autre barbarie »

BE - Culture & Société
ABONNÉS

Par Me Jehanne Collard, Avocat

3400 morts en 2014. Cent quarante de plus que l’année précédente sans oublier les dizaines de milliers de blessés qui viennent s’ajouter au lugubre décompte.

Pour la première fois depuis douze ans, la courbe de la violence routière repart à la hausse.

Ce revirement n’étonne pas Jehanne COLLARD, avocate des victimes de la route et auteur du livre (« Le scandale de l’insécurité routière ») qui a précédé la grande mobilisation politique de 2002 contre la mort sur la route.

Je perçois depuis des mois dans mon cabinet ce retour de la délinquance au volant. Je le dénonce chaque semaine sur mon blog. Et aujourd’hui les chiffres sont là. Ils témoignent d’un relâchement général de la mobilisation.

La violence routière n’est plus un scandale. Qui défile pour ces morts,  trop quotidiens pour être filmés en direct ?

Pour ces piétons, cyclistes, conducteurs de vélomoteurs, corps fragiles sans airbag, sans ceintures sans protection,  principales victimes du carnage.

Qui défile pour les milliers de blessés graves qui tentent de survivre sans bras, sans jambes, sans cerveau ?

Qui marche contre cette autre barbarie ? Ce mélange de dogmatisme et de stupidité massive qui croit qu’on est meilleur au volant avec sa dose ou son coup dans le nez, en écrasant le champignon ou en consultant son portable.

Où est passée l’union nationale proclamée par Jacques Chirac en 2002 contre la violence routière ?

Où est passée la volonté politique quand on n’a pas réuni depuis plus de deux ans le Comité interministériel de la sécurité routière ?

Qu’est devenue la mobilisation des magistrats quand les conducteurs responsables d’homicide, alcooliques ou sans permis accumulent les sursis ?

Quand va-t-on créer une vraie police de la route directement mobilisée sur la baisse de la mortalité au lieu de remplir des quotas de contraventions ?

Quand va-t-on adapter les limitations de vitesses à la dangerosité de chaque infrastructure routière au lieu de procéder par des limitations générales qui n’ont ni pertinence, ni efficacité ? 


 

Lire la suite...


Articles en relation