Connexion
/ Inscription
Mon espace

Recherché, mort ou vif : le commerce en ligne d'espèces sauvages dévoilé

BE - Culture & Société
ABONNÉS

Générant un chiffre d'affaires de plusieurs millions d'euros dans le monde entier,le commerce en ligne d'animaux sauvages et de leurs parties est florissantmais remet cependant en questionla légalité denombreusesannonces concernées. Selon un rapport troublant rendu public par IFAW(le Fonds international pour la protection des animaux), des milliers d'animaux menacés d'extinction seraient actuellement mis en vente sur Internet souvent sans la moindre forme d'autorisation légale.

Le rapport, intitulé Recherché, mort ou vif : le commerce en ligne d'animaux sauvages dévoilé, présente les résultats d'une enquête minutieuse conduite sur Internet en début d'année. En l'espace de six semaines, IFAW a dénombré 33 006 animaux sauvages, parties d'animaux et produits dérivés d'espèces menacées mis en vente sur 280 sites de commerce en ligne dans seize pays différents.

En France, les enquêteurs ont couvert 17 sites de vente en ligne et recensé 1 192 annonces d'espèces inscrites aux Annexes I et II de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction (CITES) pour une valeur de près d'un million d'euros. Un tiers de ces annonces proposait de l'ivoire authentique ou présumé, les autres annonces proposant, quant à elles, des tortues, des oiseaux exotiques, des félins, des serpents, des chouettes ou encore des loups. Trois sites s'illustrent particulièrement dans ce commerce : leboncoin.fr (346 annonces), naturabuy.fr (336 annonces) et marche.fr (185 annonces). Il est à noter que même s'il était impossible de déterminer l'illégalité de toutes ces annonces à partir des informations dont disposaient les enquêteurs, l'une des annonces signalées aux autorités françaises pour enquête approfondie a conduit à la saisie de quatre défenses d'éléphant et au paiement d'une amende pour l'infracteur.

« Cette nouvelle enquête démontre encore une fois que les réglementations nationales et internationales conçues pour contrôler le commerce d'espèces sauvages - antérieures à l'apparition d'Internet - ne sont pas adaptées pour traiter les problèmes spécifiques liés au commerce en ligne d'espèces sauvages et de leurs produits dérivés»précise Céline Sissler-Bienvenu, directrice d'IFAW France et Afrique francophone. « Néanmoins, leur application stricte telle que s'y emploieeBay.fr au quotidien depuis 2009porte ses fruitset contribue à réduire l'ampleur de ce commerce en ligne » poursuit-elle.

eBay.fr, identifié par IFAW comme le premier site de vente d'ivoire en 2008 avec 192 annonces, a donné l'exemple en interdisant, dès le 1er janvier 2009, la vente d'objets à base d'ivoire. Cette démarche a eu un effet notable, les enquêteurs n'ayant référencé en 2014 que sept annonces suspectes portant sur des bijoux et des statues présumés en ivoire.

Wolfgang Weber, directeur d'eBay, commente : « eBay ne tolère pas la vente illégale d'animaux sauvages et de leurs produits dérivés sur son site. De plus, les politiques d'eBay relatives à la vente d'ivoire sont plus strictes que les lois en vigueur et interdisent généralement tous les produits en ivoire. eBays'est engagé à faire respecter ces politiques dans le cadre d'un programme de collaboration avec IFAW et les services de police. »

Il ajoute : « Nous agissons sur la base d'informations fournies par IFAW et d'autres organisations et avons ainsi pu mettre en place de nouvelles mesures visant à empêcher la vente d'articles suspicieux sur le site. Dans de très nombreux cas, nous réussissons même à retirer les articles en question avant qu'une transaction n'ait lieu et prenons ensuite les mesures qui s'imposent contre le vendeur. Les personnes qui mettent en vente ce genre d'articles tentent intentionnellement de contourner les contrôles en place, en donnant aux articles des noms de code par exemple. En dépit de ces stratagèmes, nous avons réussi à réduire de manière considérable le nombre d'articles effectivement vendus. Et afin de mieux combattre ce problème, nous allons appliquer des sanctions plus sévères à l'encontre des vendeurs qui violent délibérément nos règles. »

« Le braconnage des animaux sauvages atteint des proportions inquiétantes et le commerce en ligne d'espèces sauvages menacéesd'extinction n'arrange rien. Prisé des cybercriminels pour son anonymat, Internet met ainsi en péril la survie des éléphants et de plusieurs espèces de reptiles et d'oiseaux » insiste Azzedine Downes, Directeur général d'IFAW.

M. Downes rappelle en outre que plus de cent mille éléphants ont été abattus par des braconniers au cours des trois dernières années et que plus de mille rhinocéros ont perdu la vie en Afrique du Sud en 2013.

« Parmi les espèces sauvages et les produits dérivés mis en vente, l'enquête recense 32 % d'objets fabriqués en ivoire ou présumés en ivoire et 26 % de produits dérivés de reptiles. 54 % des annonces concernaient la vente d'animaux vivantsalors que46 % incitaient à l'achat de parties d'animaux et de produits dérivés. La valeur totale des articles inventoriés frôlent les huit millions d'euros », poursuit M. Downes.

Sur les 9 482 annonces analysées, 1 192 d'entre elles, soit environ 13 %, ont été jugées suffisamment douteuses pour être signalées aux forces de l'ordre. Elles ne représenteraient cependant que la partie visible de l'iceberg, les enquêteurs d'IFAW ayant préféré ne pas submergerles services de police. En conséquence, cetteenquête porte essentiellement sur le « Web visible », c'est-à-dire les sites de commerce en ligne publics où les produits sont librement mis en vente.

Tania McCrea-Steele, responsable des campagnes et du respect de l'application des lois pour IFAW, ayant dirigé cette enquête, précise que le nombre et la demande d'animaux vivants, de parties d'animaux et de produits dérivés que le rapport Recherché, mort ou vif : le commerce en ligne d'animaux sauvages dévoilé révèle, varient énormément d'une région à l'autre.

« Il est clair que les sites de vente en ligne devraient contribuer à protéger les espèces sauvages en voie d'extinction, notamment en travaillant main dans la main avec les services de police et de douanes afin d'arrêter les cybercriminels mais aussi en interdisantla vente de produits dérivés d'espèces menacées et en sensibilisantimpérativement leur clientèle au problème du braconnage et auxlois prohibant le trafic de faune sauvage », précise-t-elle.

Cela étant, nous reconnaissons que certains sites de commerce en ligne font des efforts : utilisation des informations que nous leur fournissons, mise en place de programmes d'application de la loi et coopération accrue avec les autorités.

Et Tania McCrea-Steele d'ajouter : « De leur côté, les gouvernements devraient renforcer la législation sur la criminalité faunique en ligne et procurer aux organes répressifs et judiciaires les moyens nécessaires à l'arrestation et la poursuite en justice des cybercriminels ».

L'enquête menée par IFAW ciblait en particulier la vente d'espèces répertoriées dans les Annexes I et II de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvage menacées d'extinction (CITES), qui réglemente et restreint le commerce d'espèces sauvages, de leurs parties et de leurs produits dérivés. Parmi les 280 sites de vente en ligne passés au crible, certains ne demandent même pas aux annonceurs de prouver que leur commerce est conforme aux lois nationales ; d'autres passent carrément sous silence leurs conditions d'utilisation, tenant ainsi les internautes dans l'ignorance.

Le trafic d'espèces sauvages met en péril la survie de nombreuses espèces sauvages, mais menace également la sécurité intérieure et internationale ainsi que le développement économique et social des pays touchés par ce fléau. Le trafic d'animaux sauvages compte parmi les crimes les plus graves du monde aux côtés de la traite d'êtres humains, du trafic de drogue et de la vente illégale d'armes. Le commerce illégal d'espèces sauvages génère environ quatorze milliards d'eurospar an.

Pour en savoir plus sur l'impact du commerce illicite d'espèces sauvages, téléchargez notre brochure 'La nature du crime'. Pour en savoir plus sur le commerce de l'ivoire, téléchargez le magazine numérique d'IFAW Unveiling the Ivory Trade(Révélations sur le commerce de l'ivoire).

Lectures du moment, tribunes d'experts, management et entrepreneuriat...

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

BE - Culture & Société
ABONNES
La nouvelle plateforme soClassiQ, un accès gratuit au répertoire de la musique classique et à l’opéra

Avec l'Intelligence Artificielle et la Data Science, soClassiQ met la musique classique à la portée du plus grand nombre et se positionne comme le site de référence en la matière. Après 2 ans de recherche et développement, la plateforme soClassiQ fait son entrée officielle dans le monde de la musique classique et de l'opéra. Grâce à la puissance de ses algorithmes et au travers d'une expérience utilisateur simple et épurée, soClassiQ donne accès :- à l'ensemble des œuvres du répertoire...

BE - Culture & Société
ABONNES
Les soft skills, des compétences déterminantes au cours des premiers mois de collaboration

Une étude* menée par le cabinet international de recrutement spécialisé Robert Half auprès de directeurs généraux (DG) et de directeurs financiers (DAF) révèle que 76% d'entre eux admettent avoir embauché un collaborateur qui ne s'intégrait pas à l'équipe.* Enquête réalisée auprès de 305 DG et 200 DAF en décembre 2017 en France. Les raisons évoquées et les mesures jugées les plus efficaces Rejoindre une organisation implique d'emblée de mettre en avant un panel de compétences à la fois...

BE - Culture & Société
ABONNES
« Solutions solidaires », plateforme de fabrique des solidarités nouvelles

Lancé par le Conseil départemental de la Gironde et ses partenaires, Alternatives économiques, l'Avise, la Fondation Jean-Jaurès, Harmonie mutuelle, Terra Nova, Up et Usbek & Rica, « solutions solidaires » c'est : - Une plateforme pour animer un large débat autour des solidarités nouvelles, et organiser un foisonnement d'idées, expériences et initiatives afin d'inventer ensemble les protections de demain.- Un rendez-vous annuel pour croiser, comparer et projeter vers l'avenir ces idées et ces...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Bruno Colmant, Degroof Petercam

« Nous devons retrouver une économie solidaire et basée sur l'intérêt général » Débats télévisés, émissions de radio, couvertures de presse : le livre de dialogue entre Bruno Colmant, chef économiste de Degroot Petercam, et le prêtre Eric de Beukelaer, ancien proche collaborateur du cardinal Lustiger à Rome, fait un carton en Belgique (1). Il est vrai que leur conversation aborde des sujets qui nous concernent tous, au croisement de la morale et de l'économie. « Le capitalisme anglo-saxon...