Connexion
/ Inscription
Mon espace

Réforme des notaires : l’enjeu de la transaction

ABONNÉS

Par François Gagnon, Président ERA Europe et ERA France

Bien malgré eux, les très discrets notaires ont beaucoup fait parler d'eux ces temps-ci. Dans cette période folle, les plus protégés, les plus illustres, ne sont pas à l'abri. Pourquoi ? Parce qu'à défaut de pouvoir distribuer l'argent public, devenu rare, et de soutenir ainsi la demande, l'Etat exige des efforts de chacun pour redonner du pouvoir d'achat aux ménages.

Les professions règlementées font collectivement les frais de ce phantasme officiel : ce qu'ils ne factureront pas redonnera du pouvoir d'achat aux ménages.
D'ailleurs, au rang de ces métiers montrés du doigt, notaires, huissiers, mandataires de justice, on oublie qu'il y a les agents immobiliers et les administrateurs de biens, dont les activités sont règlementées: ils ont ouvert le feu. En effet, la loi ALUR, qu'on a stigmatisée pour l'encadrement des loyers, la GUL ou encore les obligations d'information des acquéreurs de lots de copropriété, a aussi plafonné les honoraires de location et forfaitisé les honoraires de syndic. Bref, les professionnels de la transaction et de la gestion ont été les premiers sollicités pour, soi-disant, redonner du pouvoir d'achat aux Français.

Le législateur s'est d'ailleurs trompé sur l'essentiel dans la loi ALUR : il a multiplié les contraintes des agents immobiliers et des administrateurs de biens, mais aussi des propriétaires et des copropriétaires, il a compliqué à l'envi tous les actes de la vie quotidienne immobilière. Dans le même temps, il a nourri l'espoir de faire baisser le prix des services...

A une logique de redistribution pour le moins contestable, la réforme en cours des professions règlementées ajoute un défaut : n'oublie-t-elle pas un acteur majeur des ventes de logements, les notaires justement ?
Ils sont autorisés à faire de la transaction immobilière à titre accessoire, sans que l'observance de ce critère ne soit d'ailleurs jamais vérifiée par les autorités. Ils doivent respecter des règles de déontologie - codifiées dans un arrêté du 27 mai 1982 -, notamment pour que le public ne confonde pas entre leur rôle d'officier ministériel et celui de commerçant: les annonces de biens à vendre ne peuvent figurer en devanture des offices. Ces règles sont régulièrement malmenées sans que l'Etat ne s'en indigne.

En outre, rien en termes de conflit d'intérêt : il ne choque pas le législateur qu'un notaire liquidant une succession puisse capter les mandats de cession des actifs du patrimoine concerné, bref être juge et partie. Mais passons... S'il n'y avait que cela !

Ce sont aussi les règles tarifaires qui sont dérogatoires :
- Les notaires, par différence avec les agents immobiliers, peuvent demander à leurs clients vendeurs de prendre en charge les débours pour frais de publicité, qui constituent un poste budgétaire majeur pour parvenir à une vente.
- Les notaires bénéficient aussi d'honoraires définis par décret, échappant à toute négociation possible de la part des ménages recourant à eux, alors que les agents immobiliers sont exposés à tous les vents et constatent l'érosion inexorable de leur rétribution au gré de la désolvabilisation des Français.

En somme, tout se passe comme si le regard du gouvernement ignorait la place des notaires dans le paysage de la transaction, en faisant semblant de croire qu'ils ne procèdent qu'à l'authentification des actes. Est-ce pour leur laisser des privilèges sur l'accessoire et faire digérer les bouleversements consentis, à savoir la fin du numerus clausus et la réglementation autoritaire sur les honoraires de mutation ?

Est-ce par ignorance qu'ils tiennent de l'ordre de 15 à 20% du marché des ventes en France ? En tout cas, les agents immobiliers ne comprendraient pas cette impasse dans la copie annoncée de Monsieur Macron pour  moderniser la profession notariale si elle se confirmait. Il faut aller au bout du rééquilibrage. C'est un enjeu d'équité.

http://www.erafrance.com/

 

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

BE - Culture & Société
ABONNES
[Etude] Vos corvées vous rendent plus sympathique que vos « talents innés »

Une étude de la Cass Business School (City University of London) affirme que le fait de mettre l'accent sur la notion d'effort plutôt que de talent naturel permet de faire meilleure impression lors d'un premier rendez-vous Les personnes devant faire bonne impression lors de rendez-vous galants ou d'entretiens d'embauche doivent mettre en exergue le dur labeur et les efforts consentis pour expliquer leur succès, d'après une étude récente de la Cass Business School. Dans l'étude intitulée...

BE - Culture & Société
ABONNES
Les Européens veulent consommer plus local et responsable

Avec une croissance qui s'essouffle et des perspectives moins favorables pour 2019, la prudence grandit chez les consommateurs européens. Mais un autre mouvement se fait jour : ils se tournent de plus en plus vers une consommation plus locale considérée comme plus responsable. Tels sont les deux grands enseignements de la nouvelle édition de L'Observatoire Cetelem qui, depuis plus de 30 ans, décrypte et analyse les modes de consommation des ménages en Europe. Cette étude intitulée « Think local,...

BE - Culture & Société
ABONNES
Quelle place pour les énergies renouvelables chez les Français ?

A l'heure du grand débat national, les Français réaffirment leur désir de privilégier les énergies renouvelables pour l'avenir du pays. L'engagement des Français est important sur cette thématique, puisque 67% estiment qu'il leur revient également d'agir à leur échelle. L'amélioration énergétique de leur logement figure parmi les actions les plus citées, devant les changements de comportement en matière de déplacements, mais derrière les résolutions en faveur d'une consommation plus responsable...

BE - Culture & Société
ABONNES
TOP 5 des métiers à impact qui recrutent en 2019.

 Les métiers du Développement Durable et de la RSE ont  le vent en poupe !Répondant aux desiderata d'une génération en quête de sens d'une part, et aux nouveaux enjeux et nouvelles obligations législatives des entreprises françaises d'autre part, ces carrières - plus nombreuses et plus riches - ne cessent d'attirer un public toujours plus large. Birdeo, cabinet leader en recrutement et chasse de tête spécialisé dans le Développement Durable, a analysé les besoins exprimés par ses 200 clients,...