Connexion
/ Inscription
Mon espace

La FNAIM appelle à un plan « Urgence logement locatif »

BE - Culture & Société
ABONNÉS

Au moment où l’Association des Maires de France tient son Congrès, la FNAIM propose une mobilisation d’urgence du parc privé existant dans des communes volontaires. La FNAIM est prête à mettre à disposition auprès de localités volontaires, son expertise et sa connaissance des marchés locaux, pour l’expérimentation d’un dispositif complémentaire au parc public social qui mobiliserait le parc privé existant.


Un marché de la location plus difficile en 2014

Mobiliser conjointement le locatif du parc privé existant et le locatif du parc social, permettra de répondre à la diversité des demandes des ménages qui se sentent piégés dans des logements qui ne correspondent pas à leurs besoins ou leur envie.
Les professionnels, qui interviennent pour plus de 50% sur le marché de location, disposent d’une proximité unique avec les propriétaires-bailleurs et les clients à une location.
En 2014, la FNAIM a noté une difficulté croissante des ménages à trouver une location en adéquation avec leurs attentes. « Nous constatons qu’après le marché de la transaction, le marché de la location est devenu aussi difficile pour un certains nombres de ménages. Le cadre législatif, qui a durci et déséquilibré les rapports propriétaires-bailleurs/locataires, fait que l’offre s’est raréfiée.» déclare Jean-François Buet, Président de la FNAIM.


Des comités locaux « Urgence logement locatif »

La FNAIM propose la mise en place de comités de pilotage locaux « Urgence logement locatif » : les Chambres FNAIM en région mettraient à disposition leur connaissance du marché et seraient à même d’informer des propriétaires-bailleurs.
Ce dispositif associerait propriétaires, professionnels, collectivités et organismes représentant les consommateurs : « l’objectif, selon la FNAIM, est que le logement ne soit plus un obstacle à la mobilité. Notre action, explique Jean-François Buet, sera d’amener des propriétaires à louer à des loyers intermédiaires équivalents ou proches de ceux du parc public. Ces logements s’adresseront à des ménages dont les revenus sont trop élevés pour prétendre au logement public social et insuffisants pour accéder à un logement locatif dit « libre », loué au prix du marché. Les collectivités devront être le moteur de ce dispositif avec une adaptation de la fiscalité et de la taxation locale pour que le propriétaire qui joue le jeu, s’y retrouve financièrement ».

http://www.fnaim.fr/

 

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation