Connexion
/ Inscription
Mon espace

Pourquoi les chefs d’entreprises ne comptent pas investir dans les prochains mois

BE - Entreprises & initiatives
ABONNÉS

Le réjouissant panorama économique français par Christopher Dembik, Economiste chez Saxo Banque

La publication d’une production industrielle en juin en rebond de 1,3% ne change pas fondamentalement la donne, surtout au regard de la forte baisse de mai à -1,6%. Les chiffres parlent d’eux-mêmes : que ce soient le climat dans les affaires ou la confiance des consommateurs, il n’y a pas de signe de reprise.

Il suffit d’ailleurs de discuter avec les chefs d’entreprise pour s’en rendre compte. Ils ne comptent pas investir dans les prochains mois. Même schéma du côté des consommateurs qui craignent le risque de chômage et sont incités à thésauriser. La hausse de la consommation ou les transferts intergénérationnels anticipés par le gouvernement, et qui devaient alimenter la croissance, apparaissent comme de vaines chimères. Les hypothèses sur lesquelles tablait l’exécutif pour atteindre une croissance en 2014 de 1% sont manifestement fausses.

Au 2ème trimestre, l’hypothèse de base est désormais une croissance nulle ou en recul de -0,1%. On voit mal comment la France pourrait atteindre 0,2% (estimation Banque de France) si l’Allemagne fait manifestement moins de 0,3%, au regard des dernières statistiques. La ligne de défense de l’exécutif est déjà connue : la France aura beau jeu d’accuser l’égoïsme allemand et l’euro fort pour justifier son incapacité à respecter ses objectifs de croissance et ses engagements européens en termes de réduction du déficit.

Le fragile retour de la croissance dans les services en juillet n’augure en aucune façon un 3ème trimestre sensiblement meilleur que le 2ème. Il y a fort à parier que l’année 2014 va acter la stagnation économique en France. La question légitime qu’on peut se poser est de savoir si ce contexte économique morose ajouté au discrédit de la classe politique ne va pas favoriser une révolution sociale. Des premiers signes semblent corroborer cette possibilité.

http://fr.saxobank.com/

 

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
Esteval Infos - 8 février 2019

Au sommaire de nos publications cette semaine, 58 articles (accès libre et accès abonnés) dont : Lancement du fonds Candriam Equities L Oncology Impact Dette émergente : une classe d'actifs attrayante pour 2019 Comme chaque mois, retrouvez nos sélections de produits d'investissement : Notre liste de fonds de boutiques revient en territoire positif Notre liste diversifiée rebondit de 2,3 % sur un mois       Une fin d'année 2018 solide pour le marché locatif des bureaux...

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Jean-Claude Chasson, Bacchus Conseil

Bacchus Conseil : Une vision durable et raisonnable de l'investissement « plaisir » Loin des spéculations observées ces dernières années sur les bouteilles de vin, Monsieur Jean-Claude CHASSON s'est spécialisé avec Bacchus Conseil dans le développement durable et harmonieux du patrimoine viticole français. Retour sur une belle aventure entrepreneuriale avec le fondateur de l'entreprise. Quand avez-vous créé votre premier GFV ? C'était en 1989. Dans le cadre de l'expertise comptable et fort de...

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
Nominations professionnels du droit

Bernard Cendrier, Senior Advisor opérationnel chez Deloitte Corporate Finance Il apporte à l'équipe animée par Charles Bédier son expertise et sa connaissance, notamment des secteurs de la chimie, du facility management et de l'énergie. Fort d'une expérience de plus de 30 ans, Bernard Cendrier a occupé différentes fonctions de direction chez Gaz de France, Estampille SA, Engie, Desk Finance M&A et Rhodia. En 2008, après la reprise de Rhodia par Solvay, il devient Directeur des Fusions &...

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
Affacturage : Factofrance accompagne ses clients aux Etats-Unis

Complémentaire à un contrat d'affacturage français ou Paneuropéen, cette offre proposée par Factofrance, acteur dans le secteur de l'affacturage en France, permet aux entreprises éligibles de financer le développement de leurs filiales américaines Les Etats-Unis est un pays d'implantation privilégié des entreprises françaises, où ces dernières réalisent 16% de leur chiffre d'affaires, soit 203 Mds€. Viennent ensuite l'Allemagne avec 117 Mds€ et le Royaume-Uni avec 108 Mds€. Les Etats-Unis...