Connexion
/ Inscription
Mon espace

Les investisseurs explorent de nouveaux modèles de placement

BE - Culture & Société
ABONNÉS

Selon le dernier Baromètre mondial du capital investissement de Coller Capital, les Family Offices et les compagnies d'assurance ont montré la voie ces deux dernières années en matière d'augmentation des allocations cibles en capital investissement : deux tiers concernent des Family Offices et la moitié des compagnies d'assurance. Conséquence, plus de la moitié des compagnies d'assurance n'ont pas atteint leur allocation cible sur cette classe d'actifs et doivent accélérer le rythme de leurs nouveaux engagements.

L'accroissement des allocations cibles reflètent les solides performances du capital investissement dans un environnement à faible rendement : un quart des LPs affichent désormais des performances annuelles nettes d'au moins 16% sur la durée de vie de leurs portefeuilles, et sept investisseurs sur dix obtiennent des performances nettes supérieures à 11%.

84% des LPs refuseront, dans les deux prochaines années, de réinvestir auprès de gérants dont ils ont soutenu au moins les deux derniers fonds. En revanche, la majorité d'entre eux soutiendront, durant la même période, des fonds créés par de nouveaux GPs (70% des LPs nord-américains affichent cette intention). Les LPs intéressés par ces nouveaux fonds sont davantage axés sur les marchés développés qu'émergents : 93% déclarent leur intention de s'engager dans des fonds de nouvelles équipes opérant sur les marchés de capital investissement développés, contre un tiers qui envisage de le faire sur les marchés émergents.

La relation entre LPs et GPs continue d'évoluer. Malgré les récents succès qu'ils ont obtenus en termes de modification des conditions des nouveaux fonds de capital investissement, 44% des LPs estiment que d'autres changements sont à venir et que les conditions continueront d'évoluer en leur faveur. Ils considèrent néanmoins que cette évolution ne profitera pas qu'à eux seuls : 60% des LPs nord-américains accepteraient un taux annuel de rendement minimal plus faible pour les GPs en contrepartie de frais de gestion réduits (un avis partagé par un peu plus de 40% des investisseurs ailleurs dans le monde).

Les investisseurs testent également d'autres approches en matière de capital investissement : près d'un quart des LPs ont soutenu les opérations de leurs GPs au deal per deal depuis le début de la crise financière. En revanche, ils font preuve de moins de souplesse en matière de contre-performances au sein de leurs fonds actuels. Moins de la moitié des LPs sont disposés à redéfinir les conditions des fonds peu susceptibles de délivrent le rendement minimal afin d'améliorer l'alignement entre LP et GP. La moitié des LPs préféreraient gérer des placements en capital investissement pour un fonds de pension canadien plutôt qu’américain. Même la moitié des LPs travaillant dans des fonds de pension américains préféreraient travailler pour un fonds de pension canadien !



Secteurs et zones géographiques

Les investisseurs restent attachés aux placements en capital investissement à travers le monde, mais avec certaines réserves :

- Bien que la plupart des LPs européens estiment que l'ensemble de l'Europe (à l'exception de la France) présente d'excellentes occasions d'investissement, les investisseurs nord-américains sont plus prudents : moins d'un tiers estiment que l'Europe du Sud offrira de bonnes opportunités de placement en capital investissement au cours des trois prochaines années.

- L'effervescence des marchés du crédit préoccupe les investisseurs nord-américains : deux tiers des LPs estiment que l'offre de crédit excessive se traduit par le financement d'opérations médiocres et par un surendettement des opérations de qualité.

- Bien que les deux tiers des LPs estiment que le recul de confiance à l'égard des marchés émergents pèsera sur les performances des fonds de capital investissement existants dans ces régions, cela ne les dissuadera pas de procéder à des changements stratégiques dans leurs allocations régionales. La proportion des LPs affichant un dixième ou plus de leurs engagements en capital investissement dans la région Asie Pacifique sera multipliée par deux d’ici trois ans : elle passera à 38% pour les investisseurs nord-américains et 29% pour leurs homologues européens.

- En ce qui concerne le capital-risque, les LPs de toutes les régions estiment que le secteur informatique offrira les occasions les plus attrayantes. Toutefois, les LPs européens sont sensiblement plus enthousiastes que leurs homologues nord-américains en ce qui concerne le capital-risque dans le secteur de la biotechnologie.

 

Investissements secondaires

Les deux tiers des LPs prévoient d’utiliser le marché des investissements secondaires (acquéreurs ou vendeurs d’actifs) au cours des 2 à 3 prochaines années. Les investisseurs nord-américains s'attendent à être les acteurs les plus actifs sur le marché, tant en termes de vente que d'acquisition de participations en capital investissement.

 

Autres conclusions du Baromètre :  l’édition estivale 2014 du Baromètre révèle également les projets et opinions des investisseurs concernant les points suivants :
- Performances des fonds de capital investissement des « années bulles »
- Conséquences du financement participatif pour le capital-risque
- Investissement des LP dans les systèmes de back-office
- Impact attendu de la Directive AIFM


Accéder à l’intégralité de l’étude via :

http://french.collercapital.com/News/2014/Coller-Capital-Global-Private-Equity-Barometer-Summer-2014.aspx

 

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

BE - Culture & Société
ABONNES
La nouvelle plateforme soClassiQ, un accès gratuit au répertoire de la musique classique et à l’opéra

Avec l'Intelligence Artificielle et la Data Science, soClassiQ met la musique classique à la portée du plus grand nombre et se positionne comme le site de référence en la matière. Après 2 ans de recherche et développement, la plateforme soClassiQ fait son entrée officielle dans le monde de la musique classique et de l'opéra. Grâce à la puissance de ses algorithmes et au travers d'une expérience utilisateur simple et épurée, soClassiQ donne accès :- à l'ensemble des œuvres du répertoire...

BE - Culture & Société
ABONNES
Les soft skills, des compétences déterminantes au cours des premiers mois de collaboration

Une étude* menée par le cabinet international de recrutement spécialisé Robert Half auprès de directeurs généraux (DG) et de directeurs financiers (DAF) révèle que 76% d'entre eux admettent avoir embauché un collaborateur qui ne s'intégrait pas à l'équipe.* Enquête réalisée auprès de 305 DG et 200 DAF en décembre 2017 en France. Les raisons évoquées et les mesures jugées les plus efficaces Rejoindre une organisation implique d'emblée de mettre en avant un panel de compétences à la fois...

BE - Culture & Société
ABONNES
« Solutions solidaires », plateforme de fabrique des solidarités nouvelles

Lancé par le Conseil départemental de la Gironde et ses partenaires, Alternatives économiques, l'Avise, la Fondation Jean-Jaurès, Harmonie mutuelle, Terra Nova, Up et Usbek & Rica, « solutions solidaires » c'est : - Une plateforme pour animer un large débat autour des solidarités nouvelles, et organiser un foisonnement d'idées, expériences et initiatives afin d'inventer ensemble les protections de demain.- Un rendez-vous annuel pour croiser, comparer et projeter vers l'avenir ces idées et ces...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Bruno Colmant, Degroof Petercam

« Nous devons retrouver une économie solidaire et basée sur l'intérêt général » Débats télévisés, émissions de radio, couvertures de presse : le livre de dialogue entre Bruno Colmant, chef économiste de Degroot Petercam, et le prêtre Eric de Beukelaer, ancien proche collaborateur du cardinal Lustiger à Rome, fait un carton en Belgique (1). Il est vrai que leur conversation aborde des sujets qui nous concernent tous, au croisement de la morale et de l'économie. « Le capitalisme anglo-saxon...