Connexion
/ Inscription
Mon espace

L’Observatoire des charges de copropriété élargi au Grand Paris

BE - Culture & Société
ABONNÉS

Publié par la FNAIM du Grand Paris*, à destination des professionnels, des responsables de copropriété et des consommateurs, l’Observatoire des charges de la copropriété du Grand Paris inclut désormais toute l’Ile de France, à l’exception de la Seine et Marne, et devient le plus important et le plus détaillé dans ce domaine.
Important par la taille de la base de 300 000 lots et détaillé parce qu’il permet de croiser le coût des charges avec des données telles que la nature des biens immobiliers (date de construction, localisation, etc.).


L’édition de mai 2014 offre un volume de données inédit sur les charges de copropriété du Grand Paris.
Reposant sur des données comptables (et non sur du déclaratif), il inclut 9 352 immeubles et 397 284 lots.

- Pour Paris intramuros l’échantillon représente 15,4% des lots de copropriété.

- En moyenne, 30,3% des immeubles ont été construits avant 1918 ; 18,90% entre 1918 et 1960 ; 49,8% après 1980. Cependant, des disparités existent entre les départements : Paris comporte 60% d’immeubles construits avant 1918, contre 3 % dans l’Essonne. C’est en Seine Saint Denis que les immeubles construits entre 1918 et 1960 sont le plus fortement représentés, à hauteur de 26% - contre 8% dans le Val d’Oise. Les immeubles construits après 1960 sont plus faiblement représentés à Paris (18%) et plus fortement représentés dans l’Essonne (81%).

La moyenne du nombre de lots par immeuble diffère selon les territoires : les immeubles qui comportent le moins de lots se trouvent dans le Val de Marne et Paris (23 et 27,7 respectivement), alors que le Val d’Oise et les Yvelines sont ceux qui en comportent le plus (44,4 et 37,9). La Seine Saint Denis (30,8 lots par immeuble), l’Essonne (32,8 lots par immeuble) et les Hauts de Seine (35,3 lots par immeuble) se rapprochent le plus de la moyenne du Grand Paris, établie à 31,8 lots par immeuble, selon notre base.

 

Un outil d’évaluation unique des charges sur le territoire

En recoupant des données telles que la taille, la localisation, les équipements ainsi que les services, avec le coût des charges, l’Observatoire permet aux professionnels de l’immobilier de la FNAIM du Grand Paris de comparer les charges des immeubles dont ils ont la responsabilité à des biens similaires.

Propriétaires et locataires disposent quant à eux d’un outil de référence transparent, accessible via www.lamaisondelimmobilier.org.

 

Des données inédites par département sur le Grand Paris

Si la moyenne des charges, hors dépenses et charges exceptionnelles, s’établit à 2 083,69 € / lot dans le Grand Paris, des disparités existent entre les départements : les charges de copropriété sont les plus élevées à Paris (2 292€ / lot) puis dans les Hauts de Seine (2 093€ / lot), le Val de Marne (2 078€ / lot), la Seine Saint Denis (2 016€ / lot), et enfin le Val d’Oise (1 951€ / lot). Les Yvelines (1 890€ / lot) et l’Essonne (1 810€ / lot) sont les départements où les charges sont les plus faibles. Des moyennes par poste et par département ont pu être établies par lot. L’analyse par m² assuré est disponible pour Paris intra-muros uniquement.

Chauffage collectif : il représente une charge moyenne de 453€ / lot. Parmi les départements qui se démarquent le plus, Paris est au-dessus de la moyenne avec 489€ / lot (9,06€ / m² assuré) alors que l’Essonne est en-dessous de la moyenne, à 372€ / lot.

Eau : elle représente une charge moyenne de 275€ / lot. La Seine Saint Denis est le département où ces charges sont les plus élevées, en moyenne à 344€ / lot, au contraire de l’Essonne où l’eau représente 212€ / lot. A Paris, les dépenses en eau sont égales à 246€ / lot et 2,05€ / m² assuré.

Ascenseur : elles s’élèvent à 189€ / lot en moyenne. L’Essonne est le département où ce type de charges est le plus élevé (229€ / lot) alors que Paris affiche 150€/ lot (2,46€ / m²).

Assurance : elle représente en moyenne 147€ / lot sur le Grand Paris. Paris se distingue comme le département le plus cher (188€ / lot et 2,81€/ m² assuré) et les Yvelines comme le département le moins onéreux (117€ par lot).

Entretien : c’est-à-dire les salaires et charges, s’élève en moyenne à 307€ / lot. Paris affiche la moyenne la plus élevée à 383€ / lot (et 7,11€ / m² assuré) ; le Val de Marne la plus basse à 262€ / lot.

Honoraires de syndic : ils atteignent en moyenne 160€ / lots, avec de très fortes disparités notamment entre Paris (216€ / lot et 3,95€ le m² assuré) et les Hauts de Seine (156€ / lot). Ces données sont indisponibles pour les Yvelines et le Val d’Oise.


*La FNAIM du Grand Paris,
organisation syndicale, représente en Ile-de-France, hors Seine et Marne, 1 800 professionnels de l’immobilier qui gèrent 2 200 cabinets et succursales, soit un chiffre d’affaires de plus d’1 Md€. La Chambre est spécialisée dans 13 métiers différents de la transaction, de la gestion, de l’expertise et du conseil. Trois de ces métiers sont règlementés par l’Etat, il s’agit de la transaction, de l’administration de biens et des syndics de copropriété.

www.lamaisondelimmobilier.org/

 

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

BE - Culture & Société
ABONNES
La nouvelle plateforme soClassiQ, un accès gratuit au répertoire de la musique classique et à l’opéra

Avec l'Intelligence Artificielle et la Data Science, soClassiQ met la musique classique à la portée du plus grand nombre et se positionne comme le site de référence en la matière. Après 2 ans de recherche et développement, la plateforme soClassiQ fait son entrée officielle dans le monde de la musique classique et de l'opéra. Grâce à la puissance de ses algorithmes et au travers d'une expérience utilisateur simple et épurée, soClassiQ donne accès :- à l'ensemble des œuvres du répertoire...

BE - Culture & Société
ABONNES
Les soft skills, des compétences déterminantes au cours des premiers mois de collaboration

Une étude* menée par le cabinet international de recrutement spécialisé Robert Half auprès de directeurs généraux (DG) et de directeurs financiers (DAF) révèle que 76% d'entre eux admettent avoir embauché un collaborateur qui ne s'intégrait pas à l'équipe.* Enquête réalisée auprès de 305 DG et 200 DAF en décembre 2017 en France. Les raisons évoquées et les mesures jugées les plus efficaces Rejoindre une organisation implique d'emblée de mettre en avant un panel de compétences à la fois...

BE - Culture & Société
ABONNES
« Solutions solidaires », plateforme de fabrique des solidarités nouvelles

Lancé par le Conseil départemental de la Gironde et ses partenaires, Alternatives économiques, l'Avise, la Fondation Jean-Jaurès, Harmonie mutuelle, Terra Nova, Up et Usbek & Rica, « solutions solidaires » c'est : - Une plateforme pour animer un large débat autour des solidarités nouvelles, et organiser un foisonnement d'idées, expériences et initiatives afin d'inventer ensemble les protections de demain.- Un rendez-vous annuel pour croiser, comparer et projeter vers l'avenir ces idées et ces...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Bruno Colmant, Degroof Petercam

« Nous devons retrouver une économie solidaire et basée sur l'intérêt général » Débats télévisés, émissions de radio, couvertures de presse : le livre de dialogue entre Bruno Colmant, chef économiste de Degroot Petercam, et le prêtre Eric de Beukelaer, ancien proche collaborateur du cardinal Lustiger à Rome, fait un carton en Belgique (1). Il est vrai que leur conversation aborde des sujets qui nous concernent tous, au croisement de la morale et de l'économie. « Le capitalisme anglo-saxon...