Connexion
/ Inscription
Mon espace
ABONNÉS

Mise en garde (sans surprise) de Bruxelles à la France

Regard de Christopher Dembik, Analyste Financier chez Saxo Banque

La publication des prévisions économiques de printemps de la Commission Européenne a été l’occasion, sans surprise, de mettre en garde la France au sujet de ses objectifs de déficit et de croissance pour la période 2014-2015.
Ce positionnement de Bruxelles intervient alors que le Président de la République a annoncé au cours du week-end un « retournement économique » qui peine cependant à se matérialiser dans les statistiques.

Pour qu’il y ait « retournement économique » durable, encore faudrait-il qu’il y ait un choc de confiance. Cependant, à en juger par le climat dans les affaires et l’indice de confiance des ménages, c’est la morosité qui domine. En d’autres termes, le gouvernement attend surtout de bénéficier des retombées de la hausse vraisemblable de la croissance mondiale au cours des prochaines années et des hypothétiques conséquences de la mise en œuvre du pacte de responsabilité.

Au regard des prévisions, tout porte à croire que le gouvernement ne parviendra pas à atteindre ses objectifs et devra, notamment, demander un nouveau délai à Bruxelles pour renouer avec un déficit public de 3%. Ce camouflet, dans un scénario idéal, pourrait inciter les responsables politiques à davantage accentuer les réformes structurelles qui sont encore manquantes pour permettre de renouer avec une dynamique économique positive de longue durée.

fr.saxobank.com/

Lectures du moment, tribunes d'experts, management et entrepreneuriat...

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation