Connexion
/ Inscription
Mon espace

Régime de l’auto-entrepreneur : on ne touche à rien pour l’instant

BE - Culture & Société
ABONNÉS

Alors que 2013 restera l’année noire de l’entrepreneuriat avec un nombre important de défaillance des entreprises, Le Club des Entrepreneurs se falicite d'avoir été entendu du gouvernement et l’autoentrepreneuriat ainsi préservé.  Le fait que les défaillances atteignent un niveau historiquement alarmant (deux fois plus élevé en France qu’en Allemagne), montre que l'économie française est entrée dans une spirale vicieuse de destruction d'emplois et de baisse d'activité.

« En ma qualité de Président du Club des Entrepreneurs, je salue le revirement de Sylvia Pinel, qui a su amender son projet initial, en reprenant les conclusions du rapport Grandguillaume, et je me félicite qu’il n’y ait pas de baisse du seuil de chiffre d'affaires à partir duquel un auto-entrepreneur aurait été dans l’obligation de rejoindre un régime général d'entreprise individuelle, au bout de deux ans consécutifs d’exploitation, comme envisagé initialement », précise Guillayme Cairou.  

Et pour en être convaincu, il suffit de remarquer que sur les 23,5 millions d’entreprises américaines, 76% étaient il y a encore peu des autoentreprises alors même qu’en France, sur 2,9 millions d’entreprises, à peine 50% étaient des entreprises individuelles, dont une infime partie seulement pouvaient alors être considérées comme des autoentreprises.

www.clubdesentrepreneurs.org


Lectures du moment, tribunes d'experts, management et entrepreneuriat...

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation