Connexion
/ Inscription
Mon espace

Internet perso au bureau : que disent les tribunaux ?

BE - Culture & Société
ABONNÉS

Par Blandine Allix,
Avocat Associé, Flichy Grangé Avocats, Pôle Ethique et Diversité

La coexistence des nouvelles technologies avec le droit du travail donne lieu de plus en plus régulièrement à des arrêts de la Cour de cassation. Voici un nouvel arrêt (Cass.soc., 18 décembre 2013 n°12-17.832) en la matière dans une espèce où étaient en cause dans le même temps l’utilisation par le salarié de la messagerie électronique de l’entreprise et celle d’internet.

Un salarié est licencié pour faute grave. Plusieurs motifs sont avancés dans la lettre de licenciement. Il lui est notamment reproché d’avoir, depuis au moins trois mois :

  • « surfé » pendant son temps de travail sur des sites Web n’ayant aucun rapport avec son travail (sexe, humour et politique) ;

  • téléchargé des films, vidéos, images, textes ;

  • adressé par e-mail à trois de ses collègues certaines de ces vidéos consistant en des dessins animés, des scènes de sexe, de l’humour, de la politique, du football féminin, l’un des collègues ayant au total reçu 178 courriels de ce type.

La lettre de licenciement précise qu’en agissant ainsi, le salarié a « distrait » ses collègues et enfreint les règles internes (le règlement intérieur prohibait en l’espèce l’utilisation du réseau informatique à d’autres fins que le travail), ce d’autant que la connexion s’est déroulée pendant plusieurs heures (sans que le nombre soit précisé) et au temps de travail.

Le salarié a reconnu les faits mais a fait valoir plusieurs arguments en défense, dont un assez original consistant à dire qu’il manquait de travail. Autrement dit, l’employeur ne pouvait pas lui reprocher ses temps de connexion puisqu’il ne lui donnait pas suffisamment de travail pour l’occuper…

Cet argument a séduit la Cour d’appel (qui relève que « son comportement confirme que le salarié était ponctuellement inoccupé lorsqu’il était au siège de la société ») qui a également été sensible aux deux autres arguments avancés par le salarié consistant à dire que l’employeur ne démontrait pas que les agissements ont été de nature à porter atteinte à l’image de la société et à son bon fonctionnement, ni que le temps consacré à l’envoi de ces courriels ait été à l’origine d’une négligence des tâches lui incombant. La Cour d’appel en conclut que le comportement du salarié n’était pas constitutif d’une faute grave ni même d’une faute simple après avoir pourtant relevé qu’il était contraire au règlement intérieur mais également aux obligations contractuelles du salarié censé consacrer son temps de travail à l’accomplissement de sa mission.

La Cour de cassation casse cette décision, considérant que les juges du fond n’avaient pas tiré les conséquences légales de leurs constatations. Pour la Cour de cassation, la Cour d’appel aurait dû conclure à l’existence d’une faute (mais elle ne qualifie pas son degré de gravité) puisqu’elle avait relevé que les agissements du salarié intervenaient en violation de ses obligations contractuelles et du règlement intérieur de l’entreprise.

La question que l’on peut se poser est alors la suivante : en l’absence de règlement intérieur prohibant l’utilisation du réseau informatique à des fins personnelles, la Cour aurait-elle aussi considéré qu’il y avait comportement fautif ?

Il y a tout lieu de penser que la Cour aurait très certainement adopté le même raisonnement compte tenu des agissements du salarié dont on comprend qu’il a passé un certain temps à « surfer » pendant son temps de travail sur internet puis à télécharger de très nombreuses vidéos qu’il avait très certainement visionnées avant de les adresser par e-mail à des collègues de travail.

En effet, même si le temps de connexion n’était pas précisé en l’espèce, on imagine que le temps consacré par le salarié à « surfer » sur internet puis à visionner et envoyer les vidéos a été conséquent compte tenu du nombre d’e-mails contenant des vidéos qui ont été reçus par un des trois collègues (178 en trois mois).

Or, on se souvient que dans un arrêt en date du 18 mars 2009 (Cass.soc., 18 mars 2009 n°07-44247), la Cour de cassation a approuvé une Cour d’appel qui avait jugé constitutif d’une faute grave le comportement du salarié qui avait usé de la connexion internet de l’entreprise à des fins non professionnelles pour une durée totale d’environ 41 heures durant un seul mois, sans que la question de l’existence ou non de règles internes relatives à l’utilisation de l’outil informatique soit abordée. Dans un arrêt en date du 16 mai 2007 (Cass.soc., 16 mai 2007 n°05-43455), la Cour de cassation a même eu l’occasion de souligner très clairement que le défaut de mise en garde dans le règlement intérieur sur l’utilisation de la messagerie et de l’internet de l’entreprise à des fins personnelles ne permet pas d’exclure le comportement fautif du salarié. Elle a en effet jugé que « le stockage, la structuration, le nombre conséquent de ces fichiers et le temps dès lors consacré à eux par le salarié attestaient d'une méconnaissance, par lui, de son obligation d'exécuter les fonctions lui incombant en utilisant le matériel dont il était doté pour l'accomplissement de ses tâches, et a pu en déduire que ce comportement empêchait son maintien dans l'entreprise pendant la durée du préavis et constituait une faute grave, peu important une absence, sur un tel point, de mise en garde, de charte informatique ou de règlement intérieur ». 

Lectures du moment, tribunes d'experts, management et entrepreneuriat...

Lire la suite...


Articles en relation

BE - Culture & Société
ABONNES
La nouvelle plateforme soClassiQ, un accès gratuit au répertoire de la musique classique et à l’opéra

Avec l'Intelligence Artificielle et la Data Science, soClassiQ met la musique classique à la portée du plus grand nombre et se positionne comme le site de référence en la matière. Après 2 ans de recherche et développement, la plateforme soClassiQ fait son entrée officielle dans le monde de la musique classique et de l'opéra. Grâce à la puissance de ses algorithmes et au travers d'une expérience utilisateur simple et épurée, soClassiQ donne accès :- à l'ensemble des œuvres du répertoire...

BE - Culture & Société
ABONNES
Les soft skills, des compétences déterminantes au cours des premiers mois de collaboration

Une étude* menée par le cabinet international de recrutement spécialisé Robert Half auprès de directeurs généraux (DG) et de directeurs financiers (DAF) révèle que 76% d'entre eux admettent avoir embauché un collaborateur qui ne s'intégrait pas à l'équipe.* Enquête réalisée auprès de 305 DG et 200 DAF en décembre 2017 en France. Les raisons évoquées et les mesures jugées les plus efficaces Rejoindre une organisation implique d'emblée de mettre en avant un panel de compétences à la fois...

BE - Culture & Société
ABONNES
« Solutions solidaires », plateforme de fabrique des solidarités nouvelles

Lancé par le Conseil départemental de la Gironde et ses partenaires, Alternatives économiques, l'Avise, la Fondation Jean-Jaurès, Harmonie mutuelle, Terra Nova, Up et Usbek & Rica, « solutions solidaires » c'est : - Une plateforme pour animer un large débat autour des solidarités nouvelles, et organiser un foisonnement d'idées, expériences et initiatives afin d'inventer ensemble les protections de demain.- Un rendez-vous annuel pour croiser, comparer et projeter vers l'avenir ces idées et ces...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Bruno Colmant, Degroof Petercam

« Nous devons retrouver une économie solidaire et basée sur l'intérêt général » Débats télévisés, émissions de radio, couvertures de presse : le livre de dialogue entre Bruno Colmant, chef économiste de Degroot Petercam, et le prêtre Eric de Beukelaer, ancien proche collaborateur du cardinal Lustiger à Rome, fait un carton en Belgique (1). Il est vrai que leur conversation aborde des sujets qui nous concernent tous, au croisement de la morale et de l'économie. « Le capitalisme anglo-saxon...