Connexion
/ Inscription
Mon espace

GAVI Alliance en passe de vacciner un quart de milliard d'enfants

BE - Culture & Société
ABONNÉS

GAVI Allianceest en voie d'atteindre ses objectifs ambitieux d'aider les pays en développement à vacciner un quart de milliard d'enfants supplémentaires etde contribuer à éviter près de quatre millions de décès supplémentairesd'ici 2015. Telle est la conclusion du rapportdétaillé et transparent de l'Evaluation à mi-parcours publié aujourd'hui. Ce rapport offre l'occasion de faire le point non seulement sur les progrès réalisés par GAVI à mi-parcours de son plan stratégique 2011-2015, mais aussi sur lesprincipauxdéfis auxquels l'Alliance devra répondre pour respecter ses engagements vis-à-vis despays en développement et desdonateurs.

« GAVI est parvenue à protéger un nombre record d'enfants avec ses vaccins salvateurs, un peu plus de deux ans après le succès de notre Conférence des donateurs et à mi-parcours du plan stratégique actuel », a déclaré Dagfinn Høybråten, Président du Conseil d'administration de GAVI. « Jamais les pays n'ont été aussi nombreux à introduire de nouveaux vaccins, ce qui a permis d'éviter plus de décès et d'améliorer la santé et le bien-être de millions de personnes ».

Outre son objectif d'aider les pays en développement à vacciner 243 millions d'enfants entre 2011 et 2015, GAVI est également sur le point d'atteindre un autre objectif : celui d'éviter près de quatre millions de décès supplémentaires au cours de la même période. Le rapport souligne également que les écarts historiques en matière d'accès à la vaccination entre pays à revenu faible et pays à revenu intermédiaire commencent à se réduire. Dans le district de Kilifi, au Kenya, par exemple, le nombre d'admissions d'enfants hospitalisés pour une infection à pneumocoques est passé de 38 à zéro moins de trois ans après l'introduction du vaccin antipneumococcique.

Nombre de témoignages et faits vécus publiés avec le rapport sur le site de GAVI illustrent ainsi les efforts extraordinaires déployés par les pays bénéficiaires et les membres de l'Alliance pour s'assurer que les enfants reçoivent les vaccins dont ils ont besoin, où qu'ils vivent. Le rapport, les témoignages et faits vécus sont publiés à mi-parcours du cycle de financement de GAVI, à la suite de sa première Conférence des donateurs tenue à Londres en 2011, au cours de laquelle l'Alliance a levé des fonds supplémentaires d'un montant total de 7,4 milliards US$ pour mener à bien sa mission.

Le rapport est publié deux semaines avant la réunion des partenaires de GAVI - dont l'Organisation mondiale de la Santé, l'UNICEF, la Banque mondiale, la Fondation Bill & Melinda Gates, les pays bénéficiaires et donateurs, les organisations de la société civile et les fabricants de vaccins - à Stockholm pour l'Evaluation à mi-parcours de l'Alliance. Accueillis par Hillevi Engström, Ministre de la Coopération internationale au développement (Suède) et Son Excellence John Dramani Mahama, Président du Ghana, plus de 150 participants examineront les progrès accomplis par GAVI, et les difficultés persistantes, comme le mentionne le rapport qui montre par ailleurs que l'Alliance est parvenue à faire des progrès importants vers la réalisation de ses quatre objectifs stratégiques.    

Ces objectifs comprennent les points suivants : accélérer l'introduction et l'utilisation des vaccins nouveaux et sous-utilisés ; renforcer les systèmes de santé en vue d'accroître la couverture vaccinale ; améliorer la prévisibilité à long terme et la stabilité du financement de la vaccination ; et contribuer à améliorer les conditions du marché des vaccins pour les pays en développement. Selon le rapport, des progrès ont été accomplis dans les domaines ci-après :     

 

  • Depuis 2011, GAVI a financé au total 67 introductions de vaccins nouveaux et campagnes de vaccination. D'ici 2014, le vaccin pentavalent 5-en-1 devrait être introduit dans les 73 pays éligibles au soutien de GAVI, y compris en Haïti, en Birmanie, en Somalie et au Sud-Soudan.    

  • Après un début assez lent, le programme de renforcement des systèmes de santé récemment réorganisé permet désormais de s'assurer que les investissements annoncés se traduisent par une amélioration des services de vaccination. GAVI constate ainsi une accélération des investissements et des améliorations dans les systèmes de santé.    

  • GAVI est en passe d'atteindre un autre objectif : celui de faire respecter les engagements initiaux de l'ensemble des pays tenus de cofinancer leurs vaccins dans les délais impartis (contributions faites par les pays en développement pour financer une partie du coût des vaccins). En août, 64 des 67 pays tenus de cofinancer leurs vaccins avaient respecté leurs engagements initiaux pour 2012. De 2011 à 2013, les paiements se sont élevés à 125 millions US$, soit 8 % du soutien total envers ces pays. Tout ceci contribue également à stimuler l'investissement dans les systèmes nationaux de santé.    

  • GAVI est en outre parvenue à accroître la prévisibilité des financements et à faire jouer la concurrence entre les fournisseurs sur le marché des vaccins, ce qui a permis de réduire le coût par enfant entièrement vacciné (3 vaccins prioritaires : pentavalent, antipneumococcique et antirotavirus) de 35 US$ en 2010 à 23 US$ en 2012.     

Le rapport met également en lumière les problèmes que l'Alliance s'efforce de résoudre, à savoir : améliorer la fiabilité des chaînes d'approvisionnement et trouver les moyens d'améliorer les systèmes de collecte de données au niveau national ; adopter des stratégies adaptées pour répondre aux besoins uniques et considérables des Etats fragiles ; et assurer la pérennisation des programmes de vaccination dans les pays dont la richesse a augmenté au point qu'ils ne sont plus désormais éligibles au soutien de GAVI, entre autres.

« Accélérer l'introduction des vaccins n'est qu'un début. Dans la mesure où davantage de pays introduisent de nouveaux vaccins toujours plus performants, il est important désormais d'améliorer et de pérenniser la couverture vaccinale, mais aussi de rendre la vaccination plus équitable », a déclaré le Dr Seth Berkley, Directeur exécutif de GAVI Alliance. « Les vaccins sont déjà considérés comme l'un des outils les plus rentables en santé publique mais nous devons soutenir nos efforts pour nous assurer que tous les enfants, où qu'ils vivent, ont accès à la meilleure protection possible contre les maladies évitables par la vaccination. Autrement dit, un accès aux 11 vaccins recommandés par l'OMS. Chaque enfant doit avoir la possibilité de grandir en bonne santé ».      

Pour une version électronique du rapport, cliquez ici : http://midtermreview.gavialliance.org

 

 

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

 

Lire la suite...


Articles en relation

BE - Culture & Société
ABONNES
[Etude] Vos corvées vous rendent plus sympathique que vos « talents innés »

Une étude de la Cass Business School (City University of London) affirme que le fait de mettre l'accent sur la notion d'effort plutôt que de talent naturel permet de faire meilleure impression lors d'un premier rendez-vous Les personnes devant faire bonne impression lors de rendez-vous galants ou d'entretiens d'embauche doivent mettre en exergue le dur labeur et les efforts consentis pour expliquer leur succès, d'après une étude récente de la Cass Business School. Dans l'étude intitulée...

BE - Culture & Société
ABONNES
Alerte JNA : l’état de santé auditif des jeunes est inquiétant

A 3 semaines de la 22e Journée Nationale de l'Audition, l'association JNA - Association d'alerte et de plaidoyer agissant depuis 22 ans en France - lance une alerte aux pouvoirs publics et aux acteurs de la santé sur l'état de santé des jeunes. Déjà en 2017, l'enquête Ifop - JNA « Smartphone : ami ou ennemi de notre santé auditive ? » apportait un éclairage fort inquiétant, questionnant l'impact des pratiques toxiques d'écoute de musique via les oreillettes sur la santé, en regard de l'enquête...

BE - Culture & Société
ABONNES
Les Européens veulent consommer plus local et responsable

Avec une croissance qui s'essouffle et des perspectives moins favorables pour 2019, la prudence grandit chez les consommateurs européens. Mais un autre mouvement se fait jour : ils se tournent de plus en plus vers une consommation plus locale considérée comme plus responsable. Tels sont les deux grands enseignements de la nouvelle édition de L'Observatoire Cetelem qui, depuis plus de 30 ans, décrypte et analyse les modes de consommation des ménages en Europe. Cette étude intitulée « Think local,...

BE - Culture & Société
ABONNES
Quelle place pour les énergies renouvelables chez les Français ?

A l'heure du grand débat national, les Français réaffirment leur désir de privilégier les énergies renouvelables pour l'avenir du pays. L'engagement des Français est important sur cette thématique, puisque 67% estiment qu'il leur revient également d'agir à leur échelle. L'amélioration énergétique de leur logement figure parmi les actions les plus citées, devant les changements de comportement en matière de déplacements, mais derrière les résolutions en faveur d'une consommation plus responsable...