Connexion
/ Inscription
Mon espace

La GUL: après l’exil fiscal, l’exil immobilier ?

BB - Analyse du marché immobilier
ABONNÉS

La Chambre des Propriétaires* doute de l’efficacité de la GUL.

Le projet de garantie universelle des loyers, intégré dans le projet de loi ALUR, qui sera très prochainement soumis au Parlement, consiste à obliger les propriétaires bailleurs à souscrire à une garantie pour couvrir le montant des loyers qu’ils pourraient ne pas recevoir si le locataire est mauvais payeur.

La GUL est-elle vraiment le bon remède pour réactiver le marché locatif ?
La GUL, faisant peser des contraintes toujours plus lourdes sur les propriétaires, et déséquilibrant davantage leurs rapports avec les locataires, risque d’écarter une majorité de candidats investisseurs. L’ensemble de ce dispositif va grever encore les rendements de l’immobilier locatif par ailleurs mis à mal par toute une série de mesures récentes ou prévues. On peut donc douter de l’efficacité de la GUL.

Le gouvernement a chiffré le coût de la GUL avec des lunettes roses.
Tous les assureurs et tous les banquiers savent pertinemment que le coût des impayés dépend essentiellement de deux facteurs :
- la sélection à l’entrée (en l’occurrence la bonne adéquation entre le coût du loyer et les ressources réelles et durables du locataire),
- les sanctions qui découlent du non-paiement (en l’occurrence, principalement l’expulsion).
Par conséquent, une attitude plus laxiste sur ces deux facteurs ne peut que se retrouver dans les montants impayés et donc dans le coût de la garantie.
L’estimation du gouvernement reste hypothétique. Le dispositif coûterait, selon lui, entre 400 à 700 M€ par an. Il serait financé par une taxe de 1,5 à 2% du montant des loyers, répartie à moitié entre le locataire et le propriétaire.
Comment peut-il affirmer que le coût annoncé ne pourra pas augmenter ? Les examens sérieux du coût de la GUL conduisent à une taxe d’au moins 5 à 6%. Très légitimement, les propriétaires peuvent craindre que l’essentiel de l’effort soit à leur charge. A ce chiffrage, il faut ajouter le coût généré par l’administration qui sera mise en place à cet effet.

Face à des contraintes toujours plus fortes, les investisseurs vont préférer l’abstention et la fuite.
Les assurances relatives à la loi Duflot, qui font elles-mêmes suite à une accumulation de mesures très défavorables aux propriétaires (règlements, fiscalité), ont déjà provoqué deux réactions chez les candidats investisseurs :
- l’abstention : les chiffres concernant l’investissement locatif sont tragiques,
- la fuite : ils continuent à investir dans l’immobilier locatif mais hors de nos frontières.
Considérer le propriétaire bailleur comme un suspect, un « pigeon » dont on peut sans dommage retirer un grand nombre de plumes, ne peut que conduire au désastre. En ce qui concerne les entreprises, après une attitude comparable lors des premiers mois, le gouvernement semble avoir compris que faire fuir les candidats investisseurs ne peut que déboucher sur des conséquences très graves sur l’emploi et sur les recettes fiscales.
Le sujet est similaire en matière d’immobilier, nous sommes dans un monde ouvert, les capitaux sont mobiles, les investisseurs aussi. Internet, la mise en place de l’euro, les facilités de gestion offertes par les banques rendent faciles les investissements dans la zone euro, voire au-delà.

*La Chambre des Propriétaires est lapremière association de défense et de services pour les propriétaires et copropriétaires.
www.chdp.asso.fr

 

 

---------- découvrir les lettres et newsletters d'Esteval Editions ----------

Lire la suite...


Articles en relation

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
Esteval Infos - 8 février 2019

Au sommaire de nos publications cette semaine, 58 articles (accès libre et accès abonnés) dont : Lancement du fonds Candriam Equities L Oncology Impact Dette émergente : une classe d'actifs attrayante pour 2019 Comme chaque mois, retrouvez nos sélections de produits d'investissement : Notre liste de fonds de boutiques revient en territoire positif Notre liste diversifiée rebondit de 2,3 % sur un mois       Une fin d'année 2018 solide pour le marché locatif des bureaux...

BB - Analyse du marché immobilier
ABONNES
Immobilier de luxe : clignotants au vert-dollar chez les « gilets gold »

Loin des préoccupations du Grand débat national, les millionnaires et milliardaires internationaux continuent de prospérer et d'acquérir de l'immobilier. Focus sur cette population peu nombreuse mais très active. Toujours plus riches, toujours plus nombreux : ça va bien pour les High Net Worth Individuals (HNWI, plus de 3 millions de dollars de patrimoine, soit 2,6 millions d'euros) et encore mieux pour les Ultra-HNWI (plus de 30 millions de dollars de patrimoine). Le nombre de ces derniers,...

BB - Analyse du marché immobilier
ABONNES
Brexit et chasse immobilière : de retour de Londres, les Français investissent le marché parisien

À 2 mois de la sortie effective du Royaume-Uni de l'Union Européenne, le 29 mars prochain, le leader de la chasse immobilière Homelike Home observe un impact fort sur sa clientèle. La proportion d'expatriés français souhaitant quitter le Royaume-Uni pour s'installer à Paris a ainsi augmenté de 30% par rapport à février 2016, avant le référendum du 23 juin 2016 sur le Brexit. Qu'un accord soit négocié ou non, la sortie du Royaume-Uni de l'UE aura des implications pour les Français expatriés :...

BB - Analyse du marché immobilier
ABONNES
60%, des professionnels de l’immobilier optimistes…

… pour le marché du logement sur les 12 prochains mois. Six professionnels de l'immobilier sur dix se disent optimistes sur l'avenir du marché immobilier résidentiel pour 2019. Une proportion en recul toutefois de 20 points sur 1 an : ils étaient en effet 80% en janvier 2018. Le niveau bas des taux d'intérêt et le dynamisme du marché continuent à nourrir l'optimisme des professionnels ; à l'inverse ils se déclarent inquiets par le contexte économique et la baisse du pouvoir d'achat des...