Connexion
/ Inscription
Mon espace

Réforme du statut d’Auto-Entrepreneur

BE - Culture & Société
ABONNÉS

En juin dernier, le gouvernement avait précisé qu’un plafond de 19 000 € de CA (contre 32 600 aujourd’hui) concernerait les professions de services (artisanat et professions libérales) tandis qu'il serait de 47 500 € (contre 32 600 aujourd’hui) pour les activités commerciales.
Or, le quotidien Les Échos révèle cette semaine que le texte qui doit être présenté le 21 août en conseil des ministres, revient en partie sur ces annonces gouvernementales, abandonnant notamment la limitation par la loi du CA à partir duquel il faudra basculer vers un régime classique.


Les réactions de
la FEDAE, des Poussins et d’Evo Portail


1/ - La Fédération des Auto-Entrepreneur attend des précisions.

Juridiquement, rien n’oblige le Gouvernement à fixer les seuils dans le texte de loi, un décret suffit. Mais compte tenu des différents imbroglios qui ont émaillé le dialogue entre les représentants des auto-entrepreneurs et Bercy mais aussi des valses hésitations, Grégoire Leclercq reste vigilant. «  J’attends les précisions du gouvernement à l’issue du conseil des Ministres la semaine prochaine.
Nous n’acceptons toujours pas les diminutions des seuils et demandons à ce que les travaux de la commission Grandguillaume soient finalisés avant tout passage au Parlement»
La FEDAE annonce qu’elle réagira au projet de loi devant l’Elysée mercredi prochain. Le dialogue pourrait reprendre très rapidement. Mais les conditions sont claires. « Nous discuterons et négocierons avec le gouvernement et les parlementaires uniquement sur la base d’un texte précis, avec un calendrier clair » prévient-il.
www.federation-auto-entrepreneur.fr/  

 

2/ - Les Poussins dénoncent un passage en force.

Alors que certains annonçaient une victoire pour les Poussins, Adrien Sergent, initiateur du mouvement, dénonce « une manœuvre du gouvernement pour faire passer le projet de loi en force » : en effet, si le projet de loi conserve le principe des seuils intermédiaires, ce montant n’est pas précisé dans le texte et sera déterminé par décret.
« Gouverner par décret : le Mouvement des Poussins le refuse ! », réagit Adrien Sergent. « Si réforme des auto-entrepreneurs il y a, il n'est pas acceptable de le faire de cette façon, le débat démocratique doit avoir lieu au parlement. » Nous refusons catégoriquement que le processus législatif soit bafoué, particulièrement sur un sujet aussi important que l'auto-entrepreneuriat qui concerne près de 1 million de citoyens », réagissait le créateur de jeux vidéo de 19 ans, qui a lancé un véritable mouvement sur la toile. « Si le gouvernement souhaite passer en force, nous mobiliserons à nouveau les signataires de la pétition sur Change.org pour des actions en ligne et hors ligne », prévient Adrien Sergent.
Pétition : www.change.org/defensepoussins
Plus d‘informations :  www.defensepoussins.fr

 

3/ - Evo Portail va poursuivre sa mobilisation.

Ludovic Badeau, PDG d’Evo Portail, leader de l’accompagnement en ligne pour les auto-entrepreneurs, est dubitatif : aucune trace de ces limitations ne figure dans le texte présenté la semaine prochaine. « Cela peut être négatif ou positif. Il n’y a en tout cas pas lieu de se réjouir, rien n’est gagné d’autant que les seuils vont osciller au gré des ministres, ce qui ne laisse rien augurer de bon » commente-t-il.
« Nous allons poursuivre notre mobilisation, il ne faut pas que les Français se laissent décourager par les incertitudes hypothéquant l'avenir de l'auto-entrepreneuriat et qui ont trop duré. La méthode par décret ne doit pas consister à nous duper» argumente Ludovic Badeau qui a constaté au cours des semaines passées, une baisse des enregistrements sous le régime de l’auto-entreprise mais aussi une hausse des radiations.
Le dirigeant d’Evo Portail se dit préparé à réagir aux annonces qui seront faites l’issue du conseil des Ministres mercredi prochain, à l’égale de la mobilisation des derniers mois.
www.evoportail.fr/

 

 

--------- découvrir les lettres et newsletters d'Esteval Editions ----------

Lire la suite...


Articles en relation

BE - Culture & Société
ABONNES
[Etude] Vos corvées vous rendent plus sympathique que vos « talents innés »

Une étude de la Cass Business School (City University of London) affirme que le fait de mettre l'accent sur la notion d'effort plutôt que de talent naturel permet de faire meilleure impression lors d'un premier rendez-vous Les personnes devant faire bonne impression lors de rendez-vous galants ou d'entretiens d'embauche doivent mettre en exergue le dur labeur et les efforts consentis pour expliquer leur succès, d'après une étude récente de la Cass Business School. Dans l'étude intitulée...

BE - Culture & Société
ABONNES
Les Européens veulent consommer plus local et responsable

Avec une croissance qui s'essouffle et des perspectives moins favorables pour 2019, la prudence grandit chez les consommateurs européens. Mais un autre mouvement se fait jour : ils se tournent de plus en plus vers une consommation plus locale considérée comme plus responsable. Tels sont les deux grands enseignements de la nouvelle édition de L'Observatoire Cetelem qui, depuis plus de 30 ans, décrypte et analyse les modes de consommation des ménages en Europe. Cette étude intitulée « Think local,...

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
Esteval Infos - 8 février 2019

Au sommaire de nos publications cette semaine, 58 articles (accès libre et accès abonnés) dont : Lancement du fonds Candriam Equities L Oncology Impact Dette émergente : une classe d'actifs attrayante pour 2019 Comme chaque mois, retrouvez nos sélections de produits d'investissement : Notre liste de fonds de boutiques revient en territoire positif Notre liste diversifiée rebondit de 2,3 % sur un mois       Une fin d'année 2018 solide pour le marché locatif des bureaux...

BE - Culture & Société
ABONNES
Quelle place pour les énergies renouvelables chez les Français ?

A l'heure du grand débat national, les Français réaffirment leur désir de privilégier les énergies renouvelables pour l'avenir du pays. L'engagement des Français est important sur cette thématique, puisque 67% estiment qu'il leur revient également d'agir à leur échelle. L'amélioration énergétique de leur logement figure parmi les actions les plus citées, devant les changements de comportement en matière de déplacements, mais derrière les résolutions en faveur d'une consommation plus responsable...