Connexion
/ Inscription
Mon espace

« L’apéro », un art de vivre à la française

ABONNÉS

Faire un apéritif coûte-t-il le même prix d’une ville à l’autre ?

Selon une étude Ifop, les Français sont 47% à prendre un apéritif au moins une fois par semaine. « L’apéro » est un rituel alimentaire largement répandu en France, que l’été rend encore plus agréable ! Mais d’une ville à l’autre,  paye-t-on son panier apéritif au même prix ? MonsieurDrive.com, premier comparateur français de courses en Drive, s’est penché sur la question. Petit aperçu du panier moyen dans différentes villes.

Quels produits acheter pour un « apéro » réussi ?

Karine Brana, Présidente de MonsieurDrive.com : « Que l’on soit sur son lieu de vacances ou chez soi, l’apéritif est synonyme de convivialité et de gourmandise. Se faire plaisir tout en maîtrisant son budget, c’est possible, à condition de sélectionner les bons produits. Nous avons mené cette étude pour savoir comment optimiser son budget au maximum. »

Notre méthodologie pour l’étude du panier « apéro » :

MonsieurDrive s’est mis dans la peau des consommateurs en comparant un panier type « apéro » pour 6 personnes, composé d’une dizaine de produits « incontournables » pour un apéro réussi : pastis, saucisson, vin rosé, chips… sans oublier la touche équilibre avec le tzatziki et le jus de tomate.

Le prix de ce panier « apéro » a été comparé dans différents magasins drives de 16 villes françaises, soit au total plus de 1 000 prix relevés et près de 100 paniers types constitués pour cette étude.

Jusqu’à 6€ de différence d’une ville à l’autre

Un apéro réussi vous coûtera en moyenne 33 euros pour 6 personnes. Bien entendu, ce sont les boissons alcoolisées qui pèsent le plus lourd dans le panier : le pastis et le rosé représentent en moyenne 50% du prix total à eux seuls. C’est donc sur cette catégorie de produits que les consommateurs devront être vigilants, même si des économies sont possibles à tous les niveaux.

A l’échelle locale, les écarts de prix se creusent : le panier apéritif coûte en moyenne 29 euros à Biarritz contre plus de 35 euros à Caen !

 

Nos éclairages sur ces chiffres

Tout d’abord, une surprise : contrairement aux idées reçues, les lieux de vacances ne connaissent pas tous une flambée des prix. L’étude nous montre que Biarritz (29€) et Saint Malo (31€) figurent parmi les villes les moins chères alors que Lille (34,7€) ou Paris (33,9€) sont en queue de classement.

Deuxième constat, le panier en grandes villes est souvent plus cher que celui dans les villes moyennes ou petites. Paris, Lyon, Toulouse, Strasbourg, Montpellier et Lille figurent dans le Top 10 des villes les plus peuplées. C’est aussi là que l’on trouve les paniers « apéro » les plus chers. Certaines villes comme Marseille ou Caen font exception à cette règle.

Et concernant les produits locaux, ils ne sont pas toujours synonymes d’économie. Acheter du Pastis dans sa ville d’origine, Marseille, vous en coûtera 14,3€ en moyenne contre une moyenne nationale de 14,1€.

Dans ce contexte, comment faire des économies ?

Le premier conseil est de favoriser les magasins offrant un maximum de choix. Par exemple, une enseigne à Nice située à quelques kilomètres des sites de production de vins propose sept vins rosés Côtes de Provence. Avoir plus de choix, c’est avoir une gamme de prix plus large et la possibilité de faire des économies en achetant des produits moins chers. Ne pas oublier de comparer le prix au kilogramme ou au litre pour ne pas passer à côté d’une bonne affaire ! Si deux saucissons affichent un prix avec un écart de 30 centimes, peut-être que le meilleur choix ne réside pas dans le moins cher des deux mais dans celui proposant le grammage le plus important.

La présence de promotions permet également de consommer en plus grande quantité ou permet de se faire plaisir sur des marques habituellement aux prix plus élevés. Surtout à l’heure de l’apéro, on ne compte généralement pas ses invités ! Un exemple dans une enseigne lyonnaise, où l’on pouvait acheter en promotion deux sachets d’olives fourrées aux anchois au prix d’un seul chez un concurrent situé dans la même ville.

Pour en savoir plus : www.monsieurdrive.com

 

A lire également :

           

Lire la suite...


Articles en relation

BE - Culture & Société
ABONNES
[Etude] Vos corvées vous rendent plus sympathique que vos « talents innés »

Une étude de la Cass Business School (City University of London) affirme que le fait de mettre l'accent sur la notion d'effort plutôt que de talent naturel permet de faire meilleure impression lors d'un premier rendez-vous Les personnes devant faire bonne impression lors de rendez-vous galants ou d'entretiens d'embauche doivent mettre en exergue le dur labeur et les efforts consentis pour expliquer leur succès, d'après une étude récente de la Cass Business School. Dans l'étude intitulée...

BE - Culture & Société
ABONNES
Alerte JNA : l’état de santé auditif des jeunes est inquiétant

A 3 semaines de la 22e Journée Nationale de l'Audition, l'association JNA - Association d'alerte et de plaidoyer agissant depuis 22 ans en France - lance une alerte aux pouvoirs publics et aux acteurs de la santé sur l'état de santé des jeunes. Déjà en 2017, l'enquête Ifop - JNA « Smartphone : ami ou ennemi de notre santé auditive ? » apportait un éclairage fort inquiétant, questionnant l'impact des pratiques toxiques d'écoute de musique via les oreillettes sur la santé, en regard de l'enquête...

BE - Culture & Société
ABONNES
Les Européens veulent consommer plus local et responsable

Avec une croissance qui s'essouffle et des perspectives moins favorables pour 2019, la prudence grandit chez les consommateurs européens. Mais un autre mouvement se fait jour : ils se tournent de plus en plus vers une consommation plus locale considérée comme plus responsable. Tels sont les deux grands enseignements de la nouvelle édition de L'Observatoire Cetelem qui, depuis plus de 30 ans, décrypte et analyse les modes de consommation des ménages en Europe. Cette étude intitulée « Think local,...

BE - Culture & Société
ABONNES
Quelle place pour les énergies renouvelables chez les Français ?

A l'heure du grand débat national, les Français réaffirment leur désir de privilégier les énergies renouvelables pour l'avenir du pays. L'engagement des Français est important sur cette thématique, puisque 67% estiment qu'il leur revient également d'agir à leur échelle. L'amélioration énergétique de leur logement figure parmi les actions les plus citées, devant les changements de comportement en matière de déplacements, mais derrière les résolutions en faveur d'une consommation plus responsable...