Connexion
/ Inscription
Mon espace

Les vacanciers se montrent plus préoccupés par le coût que par le beau temps

ABONNÉS
  • Partir sans se ruiner : le prix arrive largement en tête des critères qui déterminent le choix de destination cet été (67%), devant le climat (48%) et la baignade (32%). Un quart des sondés (26%) tient à rester en France

  •  Des vacances sans chichis : près d’un tiers des vacanciers (31%) a prévu un budget de moins de 500 euros par personne pour leurs vacances cet été. Les moins de 35 ans sont trois fois plus nombreux que les seniors à organiser des vacances à petit prix (44% vs 14%)

  • Des vacances sur mesure : un Français sur deux (50%) organise ses réservations à la carte, 32% prévoient un plan à la dernière minute et 18% optent pour une formule complète

  • Comme chez soi : les gîtes/appartements arrivent en tête des hébergements (25%), suivi de près par les chambres d’hôtels (25%) et le logement chez la famille/des amis (20%). Un Français sur dix passera ses vacances en camping

  • Les dépenses sur place : l’alimentation représente le plus gros poste de dépenses sur le lieu de vacances pour 57% des sondés, alors qu’un vacancier sur cinq (21%) privilégie les visites culturelles et 12%  le shopping

 

Au coup d'envoi des vacances, les budgets sont restreints et les Français chanceux pouvant  s’offrir quelques jours de fraîcheur d’été restent particulièrement attentifs à leurs dépenses. Le nouveau sondage de Poulpeo.com avec CCM Benchmark Panel révèle aujourd’hui que plus des deux tiers des vacanciers français (67%) choisissent leur destination de vacances cette année en fonction du prix, un critère auquel ils accordent beaucoup plus d’importance qu’au climat, qui arrive en 2ème place du classement (48%), et la possibilité de se baigner (32%). 69% des Français déclarent qu’ils font plus attention à leurs dépenses qu’il y un an.

Cependant, on constate que l’importance qui est accordée au budget varie beaucoup selon l’âge. Alors qu’ils sont près de trois quarts (74%) chez les moins de 35 ans à organiser leurs vacances en fonction du prix, ils ne sont plus que deux tiers (66%) dans la tranche des 35 – 54 ans et seulement 57% chez les seniors.

Ainsi, près d’un tiers des estivants (31%) prévoit de débourser moins de 500 euros par personne pour leurs vacances, et seulement 23% des touristes en herbe se sont fixés un budget de plus de 1000 euros par personne. Dans la tranche des moins de 35 ans, ils sont 3 fois plus nombreux que les seniors à partir avec moins de 500 euros (44% vs 14%), alors que chez ces derniers, 15% ont un budget de plus de 1500 euros, contre  5% chez les moins de 35 ans. 

 

 

Même si les vacanciers se montrent particulièrement concernés par les prix, ils ne choisissent pas toujours les formules les plus économiques. En effet, la moitié des voyageurs opte pour des vacances « à la carte », où ils effectuent toutes leurs réservations individuellement, plutôt que de choisir une formule tout-compris qui permet de bénéficier de tarifs négociés et de réductions supplémentaires. Seulement 18% réservent un séjour complet et presque un tiers (32%) mise sur un plan à la dernière minute.

Un vacancier sur cinq loge chez la famille ou chez des amis.

 

Côté hébergement, un quart des vacanciers louera un appartement ou un gîte et ils sont même 38% parmi ceux qui organisent leurs vacances « à la carte ».  Les chambres d’hôtels suivent de près (25% également) et 20% seront accueillis par la famille ou des amis.  Le camping reste également populaire, avec un vacancier sur dix (10%) qui plantera  sa tente dans un village de toile.

Quant aux coûts  sur place, c’est l’alimentation qui représente le plus grand poste de dépenses pour une grande partie des vacanciers (57%), alors que 21% prévoient d’investir davantage dans les visites culturelles et 12% dans le shopping sur place.

« La crise impacte naturellement les projets de vacances et ce n’est pas le moment où les Français font des folies. Le prix est le premier facteur qui détermine le choix de la destination cet été et il y a des arbitrages à faire. De ce fait, il n‘est pas étonnant que 20% des vacanciers seront hébergés par la famille ou des amis », commente Olivier DAVID, Directeur Général de Poulpeo.com.

 « Pour ceux qui cherchent des solutions pour ne pas trop solliciter leur porte-monnaie, il y a de nombreuses réductions disponibles. Avec le cashback, les voyageurs peuvent se faire rembourser une partie de leurs vacances, que ce soit pour la réservation d’un vol, une location de chambre, un parc de loisirs ou une formule complète. Certains remboursements vont au-delà de 10% et pour le voyageur c’est entièrement gratuit et sans aucun engagement. »

 

Pour en savoir plus : www.poulpeo.com

 

 

---------- découvrir les lettres et newsletters d'Esteval Editions ----------

 

Lire la suite...


Articles en relation

BE - Culture & Société
ABONNES
[Etude] Vos corvées vous rendent plus sympathique que vos « talents innés »

Une étude de la Cass Business School (City University of London) affirme que le fait de mettre l'accent sur la notion d'effort plutôt que de talent naturel permet de faire meilleure impression lors d'un premier rendez-vous Les personnes devant faire bonne impression lors de rendez-vous galants ou d'entretiens d'embauche doivent mettre en exergue le dur labeur et les efforts consentis pour expliquer leur succès, d'après une étude récente de la Cass Business School. Dans l'étude intitulée...

BE - Culture & Société
ABONNES
Alerte JNA : l’état de santé auditif des jeunes est inquiétant

A 3 semaines de la 22e Journée Nationale de l'Audition, l'association JNA - Association d'alerte et de plaidoyer agissant depuis 22 ans en France - lance une alerte aux pouvoirs publics et aux acteurs de la santé sur l'état de santé des jeunes. Déjà en 2017, l'enquête Ifop - JNA « Smartphone : ami ou ennemi de notre santé auditive ? » apportait un éclairage fort inquiétant, questionnant l'impact des pratiques toxiques d'écoute de musique via les oreillettes sur la santé, en regard de l'enquête...

BE - Culture & Société
ABONNES
Les Européens veulent consommer plus local et responsable

Avec une croissance qui s'essouffle et des perspectives moins favorables pour 2019, la prudence grandit chez les consommateurs européens. Mais un autre mouvement se fait jour : ils se tournent de plus en plus vers une consommation plus locale considérée comme plus responsable. Tels sont les deux grands enseignements de la nouvelle édition de L'Observatoire Cetelem qui, depuis plus de 30 ans, décrypte et analyse les modes de consommation des ménages en Europe. Cette étude intitulée « Think local,...

BE - Culture & Société
ABONNES
Quelle place pour les énergies renouvelables chez les Français ?

A l'heure du grand débat national, les Français réaffirment leur désir de privilégier les énergies renouvelables pour l'avenir du pays. L'engagement des Français est important sur cette thématique, puisque 67% estiment qu'il leur revient également d'agir à leur échelle. L'amélioration énergétique de leur logement figure parmi les actions les plus citées, devant les changements de comportement en matière de déplacements, mais derrière les résolutions en faveur d'une consommation plus responsable...