Connexion
/ Inscription
Mon espace

Vigeo dégrade la note d'Apple, Google, Microsoft, Verizon et Yahoo!, sur le critère des Droits de l'Homme

BE - Culture & Société
ABONNÉS

Au cours du mois de juin, de nombreux titres de presse ont relayé les accusations à l'encontre d'Apple, AOL, Dropbox, Facebook, Google, Microsoft, PalTalk, Skype (Microsoft), Twitter, Yahoo! et YouTube (Google) qui auraient autorisé l'accès de leurs serveurs aux services de renseignements américains leur permettant de collecter à leur insu des informations sur les utilisateurs, via PRISM, un programme de surveillance.
Verizon est en outre accusé d'avoir transmis à la National Security Agency, les données téléphoniques de ses clients. Ces informations révèlent la localisation, la date et la durée des appels nationaux et internationaux, ainsi que les numéros de téléphone qui ont été composés.

Les entreprises du secteur des Technologies de l'information et la Communication (TIC) subissent de plus en plus de pressions de la part des gouvernements leur enjoignant de respecter des lois et politiques intérieures qui peuvent être en contradiction avec les Principes fondamentaux universellement reconnus, relatifs aux Droits de l'Homme, notamment la liberté d'expression et le droit à la protection des données.

Pour autant, on prête aussi aujourd'hui une attention particulière au niveau de la protection des données personnelles des clients, au fait qu'ils soient informés de leurs droits et aux obligations juridiques de l'entreprise réglementant les informations qu'elles doivent fournir aux autorités. L'une des responsabilités principales de l'entreprise est de s'assurer que le caractère privé des données échangées est bien respecté.

A cet égard, un groupe d'opérateurs appartenant au Dialogue industriel des télécommunications, avait pris l'engagement en mars 2013, de lancer une collaboration de deux ans sur la liberté d'expression et la protection de la vie privée. (Alcatel-Lucent, France Telecom-orange, Millicom, Nokia Siemens Networks, Telefonica, Telenor, TeliaSonera et Vodafone). Ces entreprises croient que les droits ci-mentionnés pourraient être renforcés par un engagement entre les gouvernements, l'industrie, la société civile, les investisseurs, les organisations supranationales et d'autres parties prenantes.

Compte tenue de l'importance des accusations d'atteinte à la vie privée, la récurrence de tels événements pour les entreprises impliquées et l'apparent manque de mesures de due diligencemises en place afin d'empêcher les violations du droit à la vie privée, Vigeo a dégradé la note de toutes ces entreprises sur le critère des "Droits Humains". Ces entreprises n'ayant par ailleurs, pas fait la preuve pour Vigeo, qu'elles étaient capables de gérer correctement les risques de réputation, ni les risques de sécurité juridique.

Vigeo, premier expert européen de la performance responsable, fondée en 2002 par Nicole Notat, mesure les performances et les risques de plus de 2000 entreprises, régions et Etats du monde entier au regard de six domaines de responsabilité sociale : environnement, droits humains, ressources humaines, engagement sociétal, comportement sur les marchés et gouvernance d’entreprise.
www.vigeo.com

  

---------- découvrir les lettres et newsletters d'Esteval Editions ----------

Lire la suite...


Articles en relation