Connexion
/ Inscription
Mon espace
Questions de gestion
ABONNÉS
Partager par Linked-In
Partager par Twitter
Partager par Xing
Partager par Facebook
Partager par email
Suivez-nous sur feedly

[Question de Gestion] Columbia Threadneedle, la COP27 débute sous des auspices difficiles

La Conférence des Nations Unies sur le changement climatique COP27 a débuté le 6 novembre à Sharm El-Sheikh, en Egypte. Il y a beaucoup à faire - les émissions doivent être ramenées à un niveau compatible avec les objectifs de 1,5 degré et plusieurs milliards de dollars américains doivent être mobilisés.

« Mais la conférence doit faire face à de violents vents politiques contraires », écrivent Joe Horrocks-Taylor et Albertine Pegrum-Haram, Senior Associates Responsible Investment chez Columbia Threadneedle Investments. « L'impact du conflit entre l'Ukraine et la Russie sur les marchés européens de l'énergie a provoqué une crise de renchérissement qui a conduit plusieurs pays à revenir sur leurs engagements en matière de climat et à remettre en service des centrales électriques à combustible fossile qui avaient été fermées. À cela s'ajoute la détérioration des relations entre la Chine et les États-Unis, dont l'accord bilatéral a donné à la COP26 de Glasgow l'élan dont elle avait tant besoin. »

Une nouvelle année d'événements climatiques extrêmes, dont les pires inondations de l'histoire du Pakistan, des incendies de forêt qui ont brûlé plus de 600 000 hectares de terres en Europe et plusieurs records de température à nouveau battus, ont mis en évidence, selon les deux experts, l'importance de faire progresser la COP27.

Accent sur les dommages causés par les risques climatiques physiques

Ils s'attendent à ce que les questions d'adaptation et de compensation des dommages causés par les risques climatiques physiques soient un thème majeur des discussions, étant donné que la conférence se déroule en Afrique. L'injustice selon laquelle les pays en développement doivent supporter l'essentiel du fardeau du changement climatique, alors que leur responsabilité dans les émissions mondiales de carbone est limitée, a donné lieu à des demandes de compensation de la part des pays les plus riches. La question des pertes et dommages ne figure pas (encore) à l'ordre du jour officiel de cette année, mais le Groupe des 77 (dont fait partie l'Égypte, pays hôte) et la Chine demandent qu'elle soit incluse et proposent un nouveau point à l'ordre du jour : la création d'une facilité financière pour l'indemnisation des pertes et dommages. L'UE et les États-Unis ont fait part de leur volonté de s'engager dans ce domaine, bien que les États-Unis ne souhaitent pas nécessairement soutenir une avancée vers une nouvelle aide ou un nouveau financement. Horrocks-Taylor et Pegrum-Haram prévoient qu'il y aura un point à l'ordre du jour sur les pertes et dommages qui dominera le débat. « Mais les progrès vont s'arrêter si les pays industrialisés ne se mettent pas d'accord sur des mesures concrètes. »

Le déficit d'émissions ne se comble que lentement

Les engagements climatiques nationaux pris lors de la COP26 à Glasgow permettent de limiter le réchauffement de la planète à 2,4°C d'ici 2050. Un mécanisme a été inclus dans le texte final pour combler l'écart d'émissions, les pays étant "invités" à revoir leurs objectifs d'ici la fin 2022 - et non après une nouvelle période de cinq ans comme prévu initialement. Cependant, depuis la COP26, seuls 23 pays ont présenté des objectifs nouveaux ou actualisés. La promotion d'objectifs climatiques nationaux plus ambitieux n'était pas une priorité pour le pays hôte, l'Égypte, qui a omis de présenter un objectif actualisé en 2021 et a déclaré que la COP27 serait l'occasion de passer des promesses à la mise en œuvre, écrivent les experts de Columbia Threadneedle. Ils estiment toutefois que les nouvelles promesses seront loin d'être suffisantes pour combler le déficit d'émissions.

La conjoncture pèse sur le financement climatique

Le financement a été un thème central à Glasgow et le sera probablement encore cette année. Les pays industrialisés ont promis aux pays en développement un financement climatique annuel de 100 Mrds$ d'ici 2020, mais les calculs de l'OCDE montrent que les fonds ont été inférieurs de 17 Mrds$ et qu'ils ont été dominés par les prêts plutôt que par les subventions demandées. Le Canada et l'Allemagne présenteront un rapport lors de la COP27 dans lequel ils analyseront cet échec et proposeront des solutions. « En raison de la situation économique, nous pensons qu'il est peu probable que des engagements plus importants soient pris, mais nous nous attendons à ce que les initiatives visant à améliorer l'impact des programmes des institutions internationales comme la Banque mondiale et le Fonds monétaire international soient largement soutenues. »

Lueur d'espoir sur le marché du CO2

Les deux experts s'attendent à peu de progrès sur la question du financement de l'adaptation en raison des pressions macroéconomiques actuelles. A Glasgow, les pays les plus riches se sont déclarés prêts à mettre à disposition des pays à faible et moyen revenu 40 Mrds$ par an à partir de 2025 pour des mesures d'adaptation au changement climatique (p. ex. protection contre les inondations). Cependant, au niveau bilatéral, seuls 21,8 Mrds$ ont été promis. En outre, plusieurs groupes d'intérêt font valoir que les 40 Mrds$ ne sont pas suffisants. Horrock-Taylor et Pegrum-Haram s'attendent en revanche à des progrès dans l'établissement d'un marché pour les émissions de CO2. « Les discussions lors de la conférence intermédiaire de Bonn ont été positives. Nous nous attendons à ce que la dynamique de la COP26 se poursuive à la COP27. »

Lire la suite...


Articles en relation