Connexion
/ Inscription
Mon espace
Etudes & Enquêtes
ABONNÉS
Partager par Linked-In
Partager par Twitter
Partager par Xing
Partager par Facebook
Partager par email
Suivez-nous sur feedly

[Etude] Investir dans les outils de collaboration pour faire face à la guerre des talents et à la grande démission

Une culture d’entreprise plus collaborative pourrait y remédier, mais seul un décideur français sur cinq la considère une priorité.

Atlassian, l'un des principaux fournisseurs de solutions de collaboration et de productivité d'équipe incluant Jira, Confluence et Trello, publie de nouveaux résultats de son enquête Collaboration Maturity Survey. Celle-ci révèle que 41% des entreprises adoptent une stratégie basée à la fois sur la rétention et sur le recrutement des talents, 29% priorisent l’embauche de nouveaux candidats tandis que 7% investissent exclusivement dans la conservation des salariés déjà en poste.

L’étude indique que pour moderniser leurs pratiques RH, les entreprises françaises ont avant tout adapté leur processus de recrutement aux nouvelles modalités du télétravail (35%), adopté de nouveaux outils dédiés (29%) et investi dans des initiatives d'engagement des employés (24%). Malgré ces efforts, seulement la moitié des salariés interrogés (50%) déclarent être satisfaits de la culture collaborative proposée, témoignant le besoin urgent d’investir davantage dans des outils innovants et de mettre en place de nouveaux processus, afin de devenir plus compétitifs sur un marché du travail en pleine transformation.

Choisir les bons outils et processus pour une culture de la collaboration consolidée 

Pour accélérer leur transformation et optimiser les modes de collaboration, les entreprises pourraient commencer à actionner certains leviers. Par exemple, seulement 40% d’entre elles disposent d'une équipe dédiée à la promotion des compétences en matière de collaboration et 38% ont établi des capacités de collaboration à l'échelle de l'entreprise dans un centre d'excellence. Par ailleurs, seule une entreprise française sur quatre (27%) est à la pointe de la technologie et estime disposer des meilleures solutions du marché en matière de collaboration numérique, tandis que les autres continuent soit à utiliser des solutions historiques et obsolètes, soit elles ne disposent d’aucun outil. En outre, les processus ne suivent pas toujours les exigences organisationnelles demandées par les nouveaux outils de collaboration (39%) par manque d’alignement ou d’adoption par les collaborateurs.

Selon les résultats de l’étude, seulement un cinquième (21%) des décideurs IT affirment que son entreprise considère les initiatives en faveur de la culture de collaboration comme une priorité élevée, malgré le fait que 70% des interrogés soient conscients des effets positifs des bonnes pratiques de collaboration sur la satisfaction des employés. Lorsqu'il s'agit d’introduire des nouveautés organisationnelles et technologiques, comme la mise en place d'une équipe de collaboration centralisée ou l'achat d'un outil de gestion des connaissances, plus d’un tiers des décideurs informatiques sont freinés par des coûts élevés (36%), par une culture d'entreprise peu propice au changement (36%) et par une répartition peu claire des responsabilités (29%).

« Les outils de collaboration innovants sont un excellent moyen de soutenir le travail des collaborateurs, ils rendent les équipes plus efficaces et constituent un argument convaincant pour générer leur engagement à long terme. A l'avenir, ces technologies joueront un rôle déterminant pour les entreprises dans la rétention des meilleurs talents et l’attraction des nouveaux. Les dirigeants ont tout intérêt à entreprendre dès maintenant les bons investissements et être réactifs face à la volatilité du marché du travail », explique Alexis Gaches, Directeur commercial des comptes stratégiques pour l’Europe du sud chez Atlassian.

2022 affiche une régression tangible en terme de collaboration numérique

Cette étude menée par Atlassian pour la deuxième année consécutive, a également révélé une régression sensible dans la maturité technologique et organisationnelle en termes de collaboration numérique. Cette année, les entreprises françaises ont obtenu un score de 3,2 dans le Collaboration Maturity Score, soit une baisse de 0,2 point par rapport à l'année dernière. Bien que cela signifie un ralentissement tangible des processus de transformation numérique, on observe néanmoins que les entreprises ont commencé à migrer et à transférer partiellement leur infrastructure vers le cloud, tandis que le travail hybride s’est largement installé. 

« Les entreprises doivent enfin cesser de penser uniquement en termes de scénarios actuels, car les talents le plus qualifiés vont vouloir choisir leur lieu de travail et baseront également le choix de leur employeur sur le niveau de flexibilité dont il saura faire preuve, » ajoute Alexis Gaches.

 

Lire la suite...


Articles en relation