Connexion
/ Inscription
Mon espace

Les propriétaires Français attachés à leur résidence principale et peu enclins à la mobilité

BB - Analyse du marché immobilier
ABONNÉS

Le Crédit Foncier a interrogé 2 180 de ses clients propriétaires sur leurs motivations d’achat à l’origine et leurs intentions de mobilité.

L’acquisition de la résidence principale obéit souvent à deux types de motivations :
- celles immédiates :
66%  « désir d’être propriétaire » ; 54%  « ne plus payer de loyer » ; 35%  « faire ce qu’il nous plaît chez soi ».
- celles pour préparer le futur : 42% « transmettre un patrimoine à ses enfants » ; 24% « préparer sa retraite ».

La perception de l’achat diffère en fonction du statut de l’acheteur :
-  le primo-accédant :
75% acquiert un bien qui lui permet avant tout de se rapprocher de son lieu de travail, souvent avec un logement de surface et de confort comparables ;
-  le secondo-accédant : 73% déménage pour un bien plus grand et 82% pour davantage de confort.

Des propriétaires peu enclins à déménager …
Lorsqu’elles sont déjà propriétaires, seulement 27% ont l’intention de déménager ces prochains mois ou années. Acquérir sa résidence principale est perçu comme un acte d’achat de long terme : ils sont plus de 70% à vouloir garder le bien le plus longtemps possible alors que seuls 8% souhaitent le revendre le plus vite possible pour faire un nouvel achat.
Il semble également qu’il existe une période plus propice pour changer de résidence principale : l’intention de déménager est plus forte chez ceux qui détiennent leur logement entre 6 et 8 ans (32%) ; ce taux est inférieur avant (22% pour ceux qui détiennent leur logement depuis 3 à 5 ans) comme après (23% pour ceux qui détiennent leur logement depuis 9 à 11 ans).

… sauf en cas d’opportunité professionnelle
Néanmoins, 57% seraient prêts à déménager si un meilleur emploi leur était proposé. Les sondés à « hauts revenus » sont plus enclins à profiter des opportunités professionnelles : 60% ayant un revenu compris entre 2 500 et 3 900 € sont prêts à bouger pour 53% ayant un revenu inférieur à 1 700 €.

www.creditfoncier.com

 

---------- s'abonner aux lettres et newsletters d'Esteval Editions ----------

 

 

 

 

Lire la suite...


Articles en relation

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
Esteval Infos - 8 février 2019

Au sommaire de nos publications cette semaine, 58 articles (accès libre et accès abonnés) dont : Lancement du fonds Candriam Equities L Oncology Impact Dette émergente : une classe d'actifs attrayante pour 2019 Comme chaque mois, retrouvez nos sélections de produits d'investissement : Notre liste de fonds de boutiques revient en territoire positif Notre liste diversifiée rebondit de 2,3 % sur un mois       Une fin d'année 2018 solide pour le marché locatif des bureaux...

BB - Analyse du marché immobilier
ABONNES
Immobilier de luxe : clignotants au vert-dollar chez les « gilets gold »

Loin des préoccupations du Grand débat national, les millionnaires et milliardaires internationaux continuent de prospérer et d'acquérir de l'immobilier. Focus sur cette population peu nombreuse mais très active. Toujours plus riches, toujours plus nombreux : ça va bien pour les High Net Worth Individuals (HNWI, plus de 3 millions de dollars de patrimoine, soit 2,6 millions d'euros) et encore mieux pour les Ultra-HNWI (plus de 30 millions de dollars de patrimoine). Le nombre de ces derniers,...

BB - Analyse du marché immobilier
ABONNES
Les taux bas se maintiennent

La météo des taux de Cafpi  Comme pressenti, les taux de crédit immobilier restent bas en ce début d'année : en janvier les taux effectivement pratiqués ont été de 0,84% sur 10 ans, 1,09% sur 15 ans, 1,29% sur 20 ans et 1,50% sur 25 ans. « Le maintien des taux à ce bas niveau permet à l'activité de se maintenir en janvier. On assiste d'ailleurs à une situation exceptionnelle avec des taux qui se maintiennent au niveau de l'inflation. Cette situation devrait perdurer dans les mois à venir »,...

BB - Analyse du marché immobilier
ABONNES
Explosion des encours de crédits immobiliers : merci les taux bas !

Selon la Banque de France, l'encours de crédits immobiliers avait atteint 1 003 Mds€ à fin novembre 2018. Un chiffre jamais atteint auparavant et qui représente l'équivalent de la moitié de la dette de l'État. Ce chiffre record s'explique bien évidemment par les taux de crédits immobiliers très bas qui poussent toujours les emprunteurs à emprunter massivement et ce, même malgré l'augmentation des prix de l'immobilier. « Aujourd'hui le crédit immobilier reste le seul outil de captation de...