Connexion
/ Inscription
Mon espace
Etudes & Enquêtes
ABONNÉS
Suivez-nous sur feedly

[Enquête] Territoires transfrontaliers : résignation ou résilience ?

Ils représentent 30 % de la population européenne, 2 millions de travailleurs frontaliers (400 000 pour la France) et plus de 30 ans de coopération via les programmes Interreg, les Groupements européens de coopération territoriale ou les traités bilatéraux, tels les récents traités Franco-Allemand d’Aix-la-Chapelle et Franco-Italien du Quirinal. L’expérience transnationale au quotidien, des institutions comme des citoyens, fait des territoires transfrontaliers de véritables laboratoires face aux enjeux de l’Europe en devenir.

En première ligne pendant la pandémie Covid-19, les territoires transfrontaliers ont tiré les enseignements de la crise sanitaire dès la première édition du Borders Forum, en 2020. Alors que les régions frontalières sont à nouveau confrontées à une crise migratoire d'ampleur suite à l'attaque de l'Ukraine par la Russie, c’est bien au-delà des crises que la Mission Opérationnelle Transfrontalière (MOT), à l’initiative de l’événement, entend rappeler les nombreuses potentialités des territoires transfrontaliers et convaincre de leur place stratégique dans les politiques publiques de relance.

La deuxième édition du Borders Forum, co-organisée par le Commission européenne et le Comité européen des Régions, se tiendra les 21 et 22 juin 2022 à la Cité Internationale Universitaire de Paris, dans le cadre de la Présidence française du Conseil de l’Union européenne. Elle appuiera les ambitions de la France sur la scène européenne et se fera l’écho de l’expertise des régions frontalières face aux défis démographiques, sanitaires, climatiques, socio-économiques et énergétiques, autant de facteurs de paix, car de rapprochement des peuples européens. Le programme est en ligne et les inscriptions sont dès à présent ouvertes sur le site internet de l’événement : www.bordersforum.eu.

DES TERRITOIRES EN PREMIÈRE LIGNE POUR TIRER LES ENSEIGNEMENTS DE LA CRISE SANITAIRE

  • Abandonner le réflexe de repli.

La fermeture brutale des frontières au début de la pandémie a été un choc pour les transfrontaliers, dans leurs vies professionnelle et personnelle. Elle a mis en évidence les interdépendances économiques et fonctionnelles, tant des espaces frontaliers que des États au sein de l'UE. « Malgré les efforts considérables déployés depuis des décennies pour faciliter la mobilité transfrontalière en matière d’emploi et de développement économique, la crise du Covid-19 a déclenché un réflexe immédiat de fermeture des frontières de la part des États » regrette Karl-HeinzLambertz, Président du Parlement de la Communauté germanophone de Belgique et Président de l’Association des régions frontalières européennes (ARFE).

Depuis, le repli sur soi a laissé la place à la recherche de cohésion au niveau d’un même bassin de vie, vers un cadre résilient transfrontalier et national. « Il est indispensable de consolider durablement la cohésion européenne le long des frontières nationales et de mettre les bassins transfrontaliers à l’abri d’un réflexe de fermeture aux conséquences néfastes. » ajoute Karl-Heinz Lambertz.

  • Pérenniser le télétravail.

De nombreux travailleurs transfrontaliers sont eux aussi devenus des télétravailleurs. Parce que le télétravail influe sur de multiples domaines, tels que la mobilité, le climat ou encore l’attractivité du territoire, « L’enjeu post-Covid est de pérenniser les dispositions prises, pour faciliter le télétravail. La Mission opérationnelle transfrontalière a partagé l’expertise du Grand Genève dans l’encadrement du télétravail pendant la pandémie et continuera à le faire.» souligne Christian Dupessey, Président de la MOT, Maire d'Annemasse, Président du Pôle métropolitain du Genevois français.

  • Créer des bassins d’emplois solidaires.

La crise sanitaire a révélé de façon encore plus criante le déséquilibre au sein des personnels hospitaliers lié au différentiel de salaire. « La France ne peut plus assumer la grande majorité de la formation des professionnels et ne pas en disposer dans ses propres hôpitaux parce qu’ils sont débauchés de l’autre côté de la frontière. On ne peut pas continuer comme avant ! » s’exclame Christian Dupessey. De nouveaux équilibres sont à rechercher entre formation, emplois, activités afin de construire des bassins socio-économiques solidaires par-delà les frontières. « Dans le secteur de l’hôtellerie tout le monde bénéficiera de la relance économique, seulement si elle permet de rééquilibrer la répartition des emplois. » souligne Christian Dupessey.

DES TERRITOIRES AU PREMIER RANG POUR CONSTRUIRE L’EUROPE DE DEMAIN

  • L’Europe de la transition écologique : des territoires frontaliers champions de la transition écologique.

Le climat ne s’arrêtant pas aux frontières, les territoires transfrontaliers sont bien placés pour faire face aux enjeux climatiques et devenir le fer de lance de la transition écologique en Europe. Le Borders Forum 2022 fera une large place au rôle de ces espaces dans la transition énergétique et écologique : quelle gestion transfrontalière des ressources ? Comment s’organiser pour faire face aux urgences climatiques ? Quelles perspectives transfrontalières pour le New Bauhaus européen en faveur de l’économie circulaire et de l’innovation durable ? Au-delà des crises, quelles alliances nouer en faveur de la transition écologique ?

  • L’Europe du quotidien et de l’intégration transfrontalière

Mobilité, éducation, santé, sécurité, culture… les services publics s’adaptent aux besoins des habitants qui travaillent, étudient, se soignent… de part et d’autre des frontières. Cependant la mise en œuvre des projets transfrontaliers est encore souvent freinée par les différences de législation et de cultures administratives et nécessite de redoubler d’efforts pour qu’élus et acteurs de terrain trouvent le cadre juridique adéquat.

Le Borders Forum est l’occasion de mettre en lumière les Groupements européens de coopération territoriale (GECT). Outils polyvalents, les GECT existent depuis 15 ans et continuent leur déploiement avec 80 GECT en place, 25 en cours d’élaboration, représentant plus de 1000 collectivités et 20 états-membres. Ils associent des structures administratives et aussi des citoyens et entreprises.

  • L’Europe solidaire

La Mission Européenne Transfrontalière dédie une table-ronde à la question migratoire liée aux millions de personnes déplacées par la guerre en Ukraine. Elle fera témoigner des acteurs de territoires et de structures transfrontaliers sur la gestion de la frontière dans ce contexte spécifique et l’accueil des réfugiés. La MOT s’associe à la résolution de l’Association des régions frontalières européennes (ARFE), rappelant que le processus d'intégration européenne et transfrontalière est essentiel à la promotion de la paix et de la sécurité, et au respect des droits et des libertés fondamentales.

Lire la suite...


Articles en relation