Connexion
/ Inscription
Mon espace
Etudes & Enquêtes
ABONNÉS
Suivez-nous sur feedly

[Etude] Degré de maturité data des entreprises françaises en 2021

Pionnier et expert en Data-driven Marketing, le Groupe IDAIA a lancé pour la 3ème année consécutive une enquête nationale en ligne mettant en évidence le niveau de maturité data des entreprises françaises.

Le Groupe IDAIA publie les résultats de son enquête annuelle portant sur le degré de maturité data des entreprises françaises en 2021. Deux grands profils s’y dégagent :

- les data driven confirmés (++), qui intègrent la data en tant que moteur de croissance, et

- les data driven récalcitrants (--), qui, au contraire, pilotent encore peu leurs activités grâce à la data.

Cette étude a été réalisée entre juillet et septembre 2021 auprès de dirigeants et décideurs de 190 entreprises françaises couvrant l’ensemble des secteurs d’activité. Une infographie illustre ces résultats afin de mieux mettre en lumière l'utilisation de la data au cœur des organisations.

Le contexte économique lié à la crise sanitaire a fait progresser la note moyenne de maturité data des entreprises pour atteindre 4,7 contre 3,5 l’année dernière. Cette note démontre bien la nécessité pour les entreprises de piloter leur activité et leur stratégie par la data, particulièrement depuis la crise sanitaire. En effet, la digitalisation des entreprises s’est imposée pour faire face à de nouveaux enjeux comme le maintien de la relation client, les moyens de croissance et de prospérité durables, la recherche d’outils pour assurer une bonne collaboration interne à distance, etc.

Une augmentation continue des besoins en data

Cette année, 77% des entreprises ayant un niveau de maturité data très faible disposent d’une base de données, contre 58% en 2020 et 24% en 2019. Ce chiffre démontre bien l'accentuation de la transformation digitale des entreprises data driven -- vers une stratégie plus orientée data.

En revanche, les entreprises ayant peu d’effectifs ont un niveau de maturité data le moins élevé (83% des entreprises data driven -- ont moins de 20 salariés). Ces sociétés restent encore en retrait sur ces sujets, compte tenu des budgets nécessaires pour une mise en place efficiente. Cette année encore les profils majoritaires exploitant la data sont les dirigeants suivis des marketeurs - ceux-ci étant les plus à même de prendre des décisions pour répondre efficacement aux différents enjeux de l’entreprise (besoins clients, stratégie de génération de leads, suivi des chiffres clés, etc.).

La collecte d’informations clients reste un enjeu majeur pour les entreprises et le client reste au cœur des priorités, avec des investissements plus poussés sur les actions de fidélisation et le travail sur la relation client (réalisation d’enquête de satisfaction, mise en place de programme de fidélité…). Malgré les contraintes vis-à-vis de la collecte de données (fin des cookies-tiers, nouvelles réglementations du RGPD), aujourd’hui 63% des entreprises data-driven* disposent et exploitent leurs données clients. Elles ont donc maintenu le cap vers une stratégie plus orientée data.

Enfin, il ressort de cette étude une augmentation des besoins en termes de traitements de données. Les entreprises capitalisant fortement sur les métiers de la data font appel de façon plus récurrente à des data scientists, des data mineurs ou bien à des data analysts.

Une marge de progression plus faible pour les TPE/PME

Face aux entreprises data driven ++, toujours plus avancées dans leur processus de digitalisation, la marge de progression pour les TPE/PME stagne. La collecte de données web passe à nouveau au second plan et seules 10% des TPE/PME les ont exploitées en 2021 contre 32% en 2020, ce qui reste tout de même supérieur à 2019 (0%). En dépit de la croissance des entreprises data driven, il reste encore à accompagner 37% d’entreprises vers le bien-fondé d’une stratégie pilotée par la data et ses indicateurs clés, nécessaires à la prise de décision.

Aux yeux des sociétés, la relation et la satisfaction client sont les défis principaux à relever. Les entreprises data driven ++ ont nettement plus investis dans les outils, les techniques et les profils data afin d’améliorer leur connaissance client. De même chez les entreprises data driven -- pour qui l'investissement sur ces leviers perdure. L'IA est néanmoins mise de côté, nécessitant plus de moyens financiers.

La data s’impose une fois de plus comme un levier majeur pour les entreprises data driven ++, avec 100% d’entre elles qui pilotent leur activité et leur stratégie grâce à elle. En revanche, leur marge de progression -- reste importante, car seulement 23% d'entre elles misent sur la data pour piloter leur entreprise.

« Notre objectif avec le lancement de cette enquête annuelle est de faire un état des lieux de l’évolution de l’utilisation des data en entreprise pour mesurer leur degré de maturité dans le cadre de leurs pratiques marketing, leurs process de collecte et d'exploitation de données et, enfin, de connaissance client. Cette année, nous avons pu constater la volonté des entreprises même data driven -- de s’inscrire durablement dans une stratégie plus orientée data liée en partie à l’accélération de la transformation digitale », conclut Nathalie Schulz, Directrice Générale du Groupe IDAIA.

*Les entreprises data-driven sont celles qui utilisent la data comme moteur de croissance pour leur activité.
**Accompagner la performance des entreprises en mettant la data au cœur de leur stratégie.

Lire la suite...


Articles en relation