Connexion
/ Inscription
Mon espace
Tribunes & Témoignages
ABONNÉS
Suivez-nous sur feedly

[Témoignage] Académie des technologies : Constats et recommandations sur les transitions 2030-2050

A l'occasion de son séminaire interne annuel, l'Académie des technologies s'est penchée sur les transitions de société en cours dans les domaines de l'énergie, de l'industrie et de la culture technique, et sur les enjeux industriels et sociétaux les plus critiques pour réussir ces transitions à l'horizon 2030-2050. Elle souhaite mettre particulièrement en exergue dix constats ou recommandations.

L'Académie des technologies rappelle combien les transitions de société en cours sont interdépendantes et corrélées entre elles. Elle a porté une attention particulière aux évolutions, transitions ou révolutions à l'œuvre dans le domaine énergétique, dans celui de la transformation de l'industrie par le numérique, et dans celui de la relation des citoyens à la technologie.

Sur les questions clés industrielles et sociétales incontournables pour réussir ces transitions à l'horizon 2030-2050, l'Académie formule un grand nombre de constats, enjeux et pistes de solutions, pour certains déjà partagés dans le débat public et par la presse, qui font l'objet de plusieurs brèves. Elle souhaite mettre particulièrement en exergue les dix messages qui suivent.

  1. Décarboner l'économie française est une priorité, mais sera un dur chemin pour l'atteindre, en fait plus une révolution qu'une transition, à la fois pour l'industrie et pour les citoyens. Un effort considérable de sobriété est nécessaire pour réduire nos consommations énergétiques. Mais il ne saurait être suffisant, et il faudra donc assumer les implications et le coût d'une consommation électrique fortement croissante, faisant appel à tous les moyens de production décarbonée possibles. Un secteur d'industries vertes innovantes reste à créer ou à développer : à court et moyen terme des technologies telles que la capture en sous-sol du CO2 ne doivent pas être négligées ? 

  2. Les choix énergétiques seront différents d'un pays à l'autre au sein de l'Union européenne, mais ils devront être coordonnés au niveau de l'Europe et partagés avec les citoyens. Un portage politique fort et un engagement cohérent dans la durée seront aussi importants, sinon plus, pour la réussite de cette transition, que les choix stratégiques de départ sur le mix énergétique. La priorité est la baisse des émissions et non l'efficacité énergétique. Enfin la compétitivité de notre Europe doit être préservée par un mécanisme d'ajustement carbone aux frontières. En effet une politique énergétique, européenne comme nationale, doit prendre en compte non seulement les enjeux climatiques, mais aussi ceux de compétitivité et de souveraineté ?

  3. La transition énergétique requiert certaines matières premières minérales rares et des progrès sont nécessaires dans leur extraction, leur recyclage et leur substitution, pour éviter la pénurie ou la dépendance : une politique cohérente, accompagnée par un effort de R&D, devra être poursuivie dans ce domaine ?

  4. Les compétences vont manquer, en quantité et qualité, dans tous les domaines technologiques. Elles manquent déjà. Le chantier pour attirer les jeunes vers ces métiers technologiques est considérable et commence en classe primaire pour se poursuivre jusque dans le supérieur, voire aussi au-delà en revalorisant l'image des métiers technologiques. Il s'agit là d'une urgence absolue, car la transition ne se fera pas sans ressources humaines ad hoc, et les leviers disponibles ont un effet différé de 15 ans au moins ?

  5. Toutes les industries ont à se transformer en adoptant des technologies et des processus de fabrication radicalement plus économes en matières premières et en énergie pour faire face aux enjeux des transitions. Les acteurs de la recherche technologique et de l'innovation doivent être pleinement mobilisés sur ces enjeux, en encourageant systématiquement l'exploration de voies originales porteuses de ruptures potentielles et en acceptant la prise de risque correspondante. La réussite des programmes PIA4 et France 2030 est cruciale non seulement pour placer la France sur une trajectoire crédible vers les objectifs 2050 mais aussi pour sa réindustrialisation, facteur indispensable à la réduction de sa dépendance dans les secteurs clé et à la réduction des inégalités sociales et territoriales. Une politique horizontale d'attractivité des activités de production est indispensable ?

  6. Le débat croissance/décroissance renvoie à une vision simpliste des relations entre l'économie et l'écologie. La croissance est nécessaire pour créer suffisamment d'emplois, dégager les ressources financières nécessaires à la transition, et mieux affronter la difficile mais incontournable question des inégalités. Lutter contre le changement climatique doit se faire via une croissance ancrée territorialement et économe en émission de gaz à effet de serre. Les critères ESG et environnementaux sont représentés par les Objectifs de développement durable (ODD) au plan mondial : ils doivent guider toutes les initiatives publiques et privées. La définition de leur raison d'être par les entreprises et le développement des entreprises à mission, telles qu'organisées par la loi Pacte, sont également à encourager pour inscrire leur activité dans le temps long ?
  7. Le PIB est un outil très imparfait pour le suivi économique de la transition, il masque les aspects qualitatifs, aux conséquences quantitatives, résumés par le sigle ESG ?

  8. Nous aurons besoin d'industriels champions au niveau mondial, qu'ils soient français ou européens, pour être à l'échelle d'un monde de plus en plus polarisé sur l'axe Chine-USA. L'Europe gagnerait à une consolidation de sa base industrielle qui favoriserait l'émergence de ces champions, ce qui implique une autre orientation de sa politique de concurrence, prenant en compte la compétition mondiale ?

  9. Rien ne sera réussi sans participation citoyenne ou, pire, en allant à l'encontre de la volonté des citoyens. Les intentions de la transition sont bonnes, mais le chemin du consensus social reste à écrire, particulièrement dans l'acceptation sociétale du coût et des effets collatéraux inéluctables des choix. Un travail d'explication transparente, d'écoute ouverte et de soutien sera indispensable, particulièrement pour les catégories sociales les plus modestes, dont la priorité est logiquement l'immédiat plus que le futur ?

  10. Cette participation sera d'autant plus constructive que les citoyens seront mieux armés pour comprendre les enjeux liés aux technologies. La culture technique doit être développée. Elle peut passer par une meilleure conscience du cycle de vie des objets technologiques, de leur conception à leur mort, via une « ouverture des boîtes noires » que sont ces objets aujourd'hui trop mal connus du grand public. 

Lire la suite...


Articles en relation